MRT train with just a few people inside at peak times
bla bla quotidien,  instantanés singapouriens

Chroniques ès distanciation sociale #12

Share

Bon alors on en était où?

Ah oui…

Mercredi 22 avril, jour 16 sur 28 56 du circuit breaker

C’est un peu la panique à bord, parce que tu te rends compte que tu as oublié de racheter assez de caisse à chat, et que malheureusement c’est déjà trop tard pour rectifier ça.

Ma foi, tu espères que la livraison n’arrivera pas trop tard!

Tu passes une bonne partie de la matinée à faire de la modération, parce qu’il faut le temps que la pilule du rallongement du circuit breaker passe.

Comme à chaque fois, il y a pas mal de questions en suspens ( entre les déclarations du gouvernement et la mise en pratique concrète des fois il faut un peu de temps pour obtenir les clarifications…

Du genre quand ils disent qu’ils ne veulent pas qu’on sorte à plus d’une personne à la fois, est-ce que ça inclut les enfants ( ce qui coup empêcherait les enfants en dessous d’un certain âge de sortir... ) ? Ou Heidi ? Vu qu’elle ne peut pas sortir seule …

Mais la grosse morse de la journée, c’est le rdv d’Heidi avec KKH via Zoom.

On a 3 chats en guest stars, dont BB-8 qui tente régulièrement de court-circuiter la transmission en faisant mine de mordre les câbles électriques.

On a beau ne pas avoir fait de trajet, on ressort du rdv crevées, faut croire que la zoom-fatigue c’est réel!

Je vous dis pas, je me préparais pour une belle nuit tranquille à récupérer, quand je me suis rappelé que le lendemain j’avais rendez-vous pour moi à KKH aux aurores.

Ça a mis un gros coup de mou sur mon humeur…

Jeudi 23 avril, jour 17 du circuit breaker

Je me lève guillerette à 7h30 du matin, le temps de prendre mon café, faire le minimum vital de modération du jour sur Singapour Nanas, une douche, et hop c’est parti.

Avec le resserrement des mesures du circuit breaker, rentrer dans l’hôpital devient un vrai gymkhana. Ils ont tout mis en sens unique, et font tout pour que tu ne puisses plus te mélanger.

Donc évidemment, je ne suis pas à la bonne porte, et il faut que je change de porte pour arriver aux procédures d’entrée pour mon rendez-vous.

C’est le retour de la saga du HPV, avec le nouveau gynécologue qui arrive à la même conclusion que les 3 précédents, On continue la surveillance à 6 mois en attendant que soit un jour mon système immunitaire arrive enfin à se débarrasser du virus soit que la lésion s’aggrave et qu’il vaille la peine d’intervenir.

C’est finalement expédié assez vite, donc je monte dans le métro et je m’arrête faire quelques courses nécessaires. J’avais plus fait autant les courses en personne depuis des années…

Mais avec les arrivages qui deviennent chaotiques, c’est encore la meilleure méthode pour dénicher des choses qu’Heidi aime/peut manger.

Là j’enchaîne Fair Price, le German Market, la boucherie d’à côté qui malheureusement est déjà en rupture de stock de röstis, et enfin le magasin shiadé bio sur la même lignée de shophouses que le German Market.

Je ne rentre pas avec la totalité de ma liste de courses, mais c’est pas grave…

J’enfile le tout dans un taxi juste au moment où il commence à pleuvoir et c’est retour maison, ousque je dois bien passer 3 heures à me remettre de la matinée!

Mais la journée n’est pas finie…

A part que les choiseaux insistent pour que je leur consacre du temps, quelques sinistres gouttes d’eau signalent qu’il va falloir que j’entame un second gymkhana : faire venir le réparateur de la clim’

Avec le circuit breaker et le fait qu’on est tous bloqués à la maison, une des questions récurrentes sur SG Nanas, c’était la période de faire mon service, je fais quoi? Ou au choix au secours ma clim’ coule…

C’est un peu une question à tiroirs : la réparation de la clim’ est comptée comme service essentiel, la maintenance ordinaire non. Là dessus, tous les techniciens de clim ne peuvent pas opérer. Vu que l’essentiel des travailleurs migrants sont cloitrés dans leurs dortoirs, ou chez eux s’ils ne vivaient pas en dortoirs, toutes les entreprises n’ont plus forcément la main d’oeuvre pour opérer.

Tout le monde n’a apparemment pas non plus obtenu l’exception nécessaire pour continuer d’opérer.

Donc les noms des réparateurs qui peuvent encore venir s’échangent quasi au marché noir…

M’enfin pas folle la guêpe, je commence par demander à mon habituel s’il a le droit d’opérer.

Réponse positive mais il me dit qu’il a besoin de la permission écrite du management du condo.

Là tu te rends compte que 1. tu as pas l’adresse email du management et 2. en fait tu as même pas le numéro de téléphone du condo manager. Tu enfiles ton masque, tu descends au 2ième, tu prends notes des informations et tu remontes.

Entre deux, le réparateur m’a donné l’exemple du genre de permission dont il a besoin. OK.

Tu te saisis de ton téléphone et tu appelles le manager du condo ( histoire de ne pas te retrouver à attendre pendant des plombes qu’il se rende compte que tu lui as envoyé un message) et tu lui expliques ton souci…

Version trémolo dans la voix, oh mon dieu ma clim’ coule comme il pleut dehors ( et à ce moment-là il pleut des cordes), mon réparateur a besoin d’une confirmation écrite du condo qu’ils le laissent intervenir avec les règles du circuit breaker… je peux vous envoyer un email?

Je raccroche, j’envoie l’email, j’update le réparateur…

Un petit moment plus tard le condo me renvoie le OK, je forwarde le OK même si le réparateur était en copie, et je lui envoie un texte pour lui préciser que le papier dont il a besoin est dans sa boite email.

Il en profite pour me donner la capture d’écran de son autorisation d’exercer, pendant qu’on fixe le rendez-vous pour le lendemain 15h du coup je renvoie les deux informations au condo manager.

Faire venir le réparateur de la clim’ ça ne m’avait jamais pris 20 sms, 1 téléphone et 4 emails!

J’avais ramené quelques douceurs de la sortie au German Market, elles ne font pas très long feu du coup.







Je sais pas vous, mais là du coup je suis un peu fatiguée… je vous dis à la prochaine?


Je vais finir par le rattraper ce retard!

Share
Share