shiba dog lying on a play mat with 3 blurred humans to the left
la familia,  la miss,  touriste en suisse,  Voyages

Super pouvoirs et un peu de magie…

Share

Coucou du décalage horaire dans l’autre sens…

Et oui, on est déjà rentré ! ( à vrai dire avec le temps qu’il m’a fallu pour relire et ajouter les photos sur ce billet ça fait même plus de 10 jours qu’on est rentré! A ma décharge on a haze…) On a pas pu voir tout le monde, j’ai la liste des perdants de ce bingo des visites sous mes yeux… on se dit que ce ne sera que partie remise !

Malheureusement dans les marathons, on fait toujours des choix, et selon les années, les programmes et les aléas, il y a les gagnants et les perdants.

Bon, avant d’entamer le vif du sujet, à savoir ‘et le reste du séjour alors?’ Et le retour? Il se passe comment?

Bin pas trop mal pour le moment, enfin sauf le haze… Patch était juste extatique de nous revoir. Les chats étaient plutôt contents aussi ! Moralité ils demandent presque plus de câlins à Superchéri que lorsqu’on était en vacances !

Côté perruches, les cadeaux amenés ont suffit à apaiser rapidement Peach et Bazinga. Mais soyons honnête: Blue est restée gravement furax contre moi au moins une bonne semaine. Elle m’a foncé dessus version kamikaze, a refusé que je rentre dans la salle de bain, s’est posée sur moi juste pour me mordre… ( et on parle de la version bien calme et réfléchie de la morsure, hein, pas du réflexe hors de contrôle dont elle a parfois le secret, elle a juste fait un beau bleu et boum elle s’est envolée…)

Le ballet commence à être bien rôdé : je lui propose toutes les douceurs possibles et imaginables. Elle vient à chaque fois sur moi comme d’habitude pour partager glace, carotte et biscuits. Mais elle le fait en plissant méchamment les yeux et en orientant ses plumes version elle sort littéralement d’Angry Birds !

Genre elle accepte mon offrande, m’enfin, elle ne m’a pas encore pardonné… Et petit à petit à force de ramper ET de respecter les distances qu’elle impose, les choses se tassent. Depuis 2-3 jours, j’ai de nouveau le droit de la toucher un peu, parfois…

Faudra aussi que je vous raconte les dernières de Peach : maintenant qu’il a 1 plume de vol à gauche et 2 à droite, il a développé une technique de vol maison pour pouvoir faire tout seul, mais là, en fait, j’ai juste plus le temps…

small houses with apparent wood beam from the german countryside
Nan mais avouez que c’est beau…


Bref, donc je vous avais laissé en Allemagne…

Le passage en Allemagne c’est aussi l’occasion de mettre en mots ce qui fait que le rythme frénétique de visites espérées par Heidi me convient aussi bien pour autant qu’on se déplace nous.

C’est le bonheur absolu de regarder les paysages défiler par la fenêtre du train. Non sérieusement ! Regarder les paysages familiers et moins familiers défiler sous mes yeux, c’est un peu ma version à moi de food for the soul ou autre eat, pray, love.

C’est prendre le temps de VOIR les animaux, essayer de comprendre ce qu’ils trafiquent. C’est respirer les paysages familiers, autant que faire se peut trouver une excuse ou une autre pour faire les classiques.

Quand on explore de nouveaux endroits comme avec l’Allemagne, c’est me laisser aller à me dire que finalement ça ressemble à de la campagne fribourgeoise en plus étiré et plus plat. Enfin sauf que leurs maisons sont plus petites.

Et de se marrer comme un phoque dans la foulée, parce qu’un des endroits par lesquels tu es passée c’est Freibourg en Allemagne, donc que c’était tout aussi littéralement la campagne fribourgeoise qu’en Suisse !

Bref, je digresse…

Donc Allemagne dernier jour – le sequel que personne n’attendait, c’est finalement une journée paisible, qu’Heidi passe sur un petit nuage avec la famille de son ami.

Je les rejoins pour le souper, mais décline la soirée musique live. Entre les imprévus de la matinée, l’humeur ambiante dans la gare le temps que j’y trouve mes repères et que je prenne la décision de nous ramener au point de départ, et les efforts que ça représente l’air de rien pour mon cerveau d’exhumer mon allemand, je suis crevée ! Je ne me vois vraiment pas survivre dans ce qui ressemble à un festival pour la soirée !

Me reste juste à réconcilier mon esprit cartésien et cette suspicion étrange qui me poursuit parfois que les super pouvoirs d’Heidi ont encore frappé. Apparemment il n’y a pas que la neige qu’elle sait faire tomber en la souhaitant très fort, ça marche aussi pour faire tomber les trains en panne !

shi tsu dog looking up from under the table
” Euh diiiiiis, ça a l’air bon ce que tu manges, je peux en avoir” [ NdT, en Allemand dans le texte original, encore que le langage des yeux d’un chien ça transcende les barrières linguistiques]


Le trajet retour en Suisse – tentative 2

Sera celle couronnée de presque tous les succès… c’est juste qu’on accumule tellement de retard à chaque changement de train qu’on aura mis au moins 2 heures de plus que nécessaire pour faire Wetzlar- Palézieux. On arrive chez Supergranny et Superpapi peu avant le souper.

Le temps de faire une lessive, de souper et se coucher, sur fond d’odeur de purin. Il semblerait que le paysan proche n’a rien trouvé de plus malin à faire que de vider sauvagement sa cuve de purin en espérant que ça passerait inaperçu !

panel in a DB train giving destination and current delay
Trajet retour avec du retard à chaque connexion. Là on devait avoir 11 minutes de retard à destination… DB Bahn vs CFF même combat!


Dernier week-end déjà…

Le samedi c’est le zoo de Servion, avec la marraine de la miss et l’amie et ses enfants ados qu’on avait vu en Valais tout au début du séjour.

L’occasion de se dire que nos têtes blondes ont vraiment grandi, parce qu’il nous parait minuscule maintenant le zoo. M’enfin on est par terre de rire à faire les voix off des jeunes ours ( qui soyons honnête, démontent la baraque) ou celle de la panthère des neiges qui voit pas pourquoi aller manger quand on l’appelle.

On est plié devant les ratons-laveurs qui nous en tapent 5, on se regarde toutes* quand on croise un chat et qu’on a toutes l’envie de remplacer le mec qui le caresse…

C’est la conversation entre Heidi et une oie, le gamin qui nous suit partout, et le tournus pour faire un tour sur Lux avec Heidi…

L’aprem passe trop vite, il est temps de se dire au revoir pour de bon pour cette fois… mais Heidi repart avec un cadeau d’anniversaire dont elle rêvait, et auquel elle initie toutes ses amies ici depuis son retour !

Et le dimanche c’est un dernier goûter …

Dans le jardin de Supergranny & Superpapi. C’est l’occasion de revoir le petit bout de chou d’une ancienne collègue de Supergranny… il a déjà tellement grandi.

C’est les éclairs au chocolat sans gluten/ sans lait de chez Sonja qu’Heidi dévore avec un tel plaisir, qu’elle en a déjà perdu la vendeuse de la pâtisserie dans son décompte et que la pauvre avait tout du recommencer.

C’est le temps qui est plus clément que prévu.

Et puis lundi tranquillement, on prend le chemin de Genève…

Vu notre track record en matière de panne de transports ce séjour, pas vraiment envie de me mettre dans le train le jour ousqu’on prend l’avion.

Pis ça fait les au-revoirs par étape…

Mardi, après un dernier lunch avec Superpapi ( qui était déjà parti au travail la veille quand on a bougé et qu’on avait pas revu), on se met en route pour l’aéroport.

Ousqu’on déclenche la panique complète à l’enregistrement, parce qu’ils trouvent pas l’indication de la chaise roulante électrique à embarquer dans leur système.

( Là tu es contente d’avoir imprimé la feuille de confirmation que la demande est dans le système)

Ousqu’on te fait le check-in le plus long du monde ( sérieusement on en a pour une bonne demi-heure au guichet lui-même) alors que c’est juste la miss, moi, Lux et 3 bagages enregistrés…

Un bout de la fresque de cuisine de la coloc’ chez tata Vivi… c’était normalement la dernière occasion de l’immortaliser!



A la décharge de la pauvre employée, elle a déjà eu des mésaventures avec des chaises roulantes électriques qu’elle avait par erreur mis en soute quand elle aurait du les faire envoyer cargo. Moralité, elle avait pas envie de se faire taper sur les doigts encore une fois, malgré le fait que c’était notre vol RETOUR donc qu’à moins que les réglementations aient changé en 3 semaines, ça allait logiquement passer ! ( On va dire que c’est comme ceux qui se sont déjà fait taper sur les doigts parce qu’ils ont laissé embarquer quelqu’un avec un passeport de moins de 6 mois à destination de Singapour, et ont coûté l’argent du billet de rapatriement à leur compagnie… c’est le genre d’engueulade que tu espères ne pas te refaire de sitôt !)

Premier vol pas très plein, plutôt agréable. Second vol plein de turbulences mais pas complètement plein, donc on a 3 sièges à deux.

Loi des séries oblige, quand on arrive à Singapour, ils nous annoncent qu’un de nos sacs a raté l’avion. On s’effondre en fou-rires de soulagement sous le regard médusé des employés de dnata… bin ouais cette fois-ci Lux est bien avec nous ! Et puis après 13 ans d’aller-retours sans un seul incident, faut savoir apprécier le fait que du coup on se fait le vol aller ET le vol retour avec un stop au guichet des bagages égarés !

Je crois que le fou-rire est un peu nerveux. Je me fais la queue au guichet des réclamations, remonte Lux de l’autre main pour qu’Heidi puisse déjà aller retrouver son papa de l’autre côté des douanes.


On s’en souviendra de ce passage en Suisse 2019 !

Share
Share