peachfaced pied lovebird on a perch
bla bla quotidien,  juste pour rire,  Les choiseaux

Peach

Share

Coucou la compagnie…

Premier billet d’août, mon dieu comme le temps file ! On commence avec du léger ( le prochain sera drôle – oui, vous aurez le droit de rire – mais nettement moins léger, il est prêt, il attend juste le ok final d’Heidi qui doit le relire)

Bon alors, ça fait plus une semaine que Peach est chez nous. On perd gentiment mais sûrement espoir de retrouver d’où iel vient.

Lovely Nounou verdit de ce que ça veut dire pour notre séjour en Suisse et de la responsabilité supplémentaire sur ses épaules. Superchéri en est hilare tellement il est résigné.

Et c’est la course contre la montre, pour le/la comprendre, et avancer autant que possible son intégration ! Et laisser un troupeau de choiseaux aussi stable que faire se peut.

grey parrot and lovebird on top of a cage
“Maman déplumée, attention… tu n’as le droit de prendre des photos de Peach que si tu prends de moi avant et tu me dis combien je suis belle aujourd’hui” ~ Bazinga


On ne sait toujours pas si Peach est une fille ou un garçon…

Ce qu’on sait par contre, c’est que soit c’est une fille et elle est complètement fascinée par Blue… genre quand-je-serais-grande-je-serais-comme-elle

Soit c’est un garçon, et Peach est déjà fou amoureux…

Peach suit Blue à la trace chaque fois que c’est possible ( même quand ça implique de faire des aller-retours en courant au travers du salon comme Patch, parce que Blue vole d’une extrémité à l’autre…)

Si Blue monte sur Superchéri pour une séance de câlins, on peut être sûr que Peach va faire de son mieux pour débarquer cahin-caha dans les minutes qui suivent.

Affaire à suivre… mais du coup selon les moments, on utilise indifféremment les deux déterminants pour parler d’iel.

peachfaced pied lovebird preening
” Donne-moi zuste un moment faut que ze m’occupe de mes plumes” ~Peach


Peach s’affirme tous les jours…

Et honnêtement on est plié de rire à observer ce microbe de 50 grammes qui fait plus la taille d’un moineau que d’un perroquet, prendre les challenges les un après les autres…

C’est fascinant parce qu’en l’observant attentivement, on se rend compte que l’adage de dormir dessus pour résoudre le problème reste vrai pour un oiseau adulte.

On peut vous le confirmer : Peach est un concentré de concentré de perroquet ! Iel se lance à corps perdu dans la découverte de son nouvel univers avec la même détermination que Blue en son temps.

Du coup certains chats l’ont déjà rajouté à la liste de “ces oiseaux c’est méchant, ça mord, ça a aucun respect, faut s’en méfier !” Marichat, par exemple, maintenant qu’elle a identifié tous les bruits que Peach peut générer reste aussi obstinément endormie que lorsque c’est Blue ou Bazinga qui trafiquent dans le salon.

wet lovebird on a swing
“Comment ça tu peux pas utiliser ta tête pour te gratter le dos ? Décidément vous avez pas de chance vous les z’humains !” ~Peach


Peach apprend “How to choiseaux”

Non, parce que ça a l’air de rien, mais c’est toute une aventure socio-ethnographique de se faire intégrer aux choiseaux.

C’est un des trucs qui me fascine : tout le monde est conscient du fait que l’éclopé suivant peut arriver et rester n’importe quand. Si c’est le cas, il va falloir lui faire de la place. Parfois c’est un peu électrique, mais en moyenne tout le monde fait de la place au nouvel arrivé assez gracieusement, aussi longtemps qu’on les aide à respecter leurs bulles et leurs besoins pour vivre en harmonie.

Pour être un bon choiseau il faut… être un télézard plutôt qu’un grand sportif. Au grand désespoir de Blue…

Aimer casser les oreilles de Superchéri : Peach commence à prendre le pli et crier contre les intrus livreurs, et répondre à Patchi quand il aboie.

Toujours l’avoir ouverte… Oui ça semble un peu redondant avec le précédent, mais c’est un peu différent. C’est le fait que tout le monde vocalise des tonnes ( mais garde des sons raisonnablement propres à leurs espèces respectives).

Appliquer le motto des choiseaux : ‘Moi aussi je peux, je suis un choiseau comme les autres’ en toutes circonstances! De préférence la foi où on veut absolument escalader la cage tout seul, alors que maman est juste à côté pour donner un coup de main.

Ou qu’on veut tester de manger du piment, ou qu’on veut voit pas pourquoi on a pas le droit de dormir en rond sur l’épaule de maman, ou qu’on mange des croquettes… liste bien entendu non exhaustive !

peachfaced pied lovebird on cat tree
” T’as vu moi z’ossi ze suis un rominet !” ~Peach


L’aspect le plus compliqué de l’intégration :

C’est gérer les rapports entre les chats et Peach. Non, ils n’essaient toujours pas de bouffer le dernier arrivé. Je crois qu’ils doivent avoir plastifié dans leur casier le mantra ‘les oiseaux sont nos amis, on ne les mange pas, enfin sauf si les nôtres disent d’attaquer !

Là où ça se complique, c’est que par contre ils sont enchantés d’avoir un nouveau camarade de jeu.

Donc il faut surveiller de très près les interactions, parce que l’incident n’est qu’à une perte de patience près. La patience, et laisser à chacun du temps pour être dans sa propre bulle entre deux séances d’intégration, sont les meilleurs instruments pour qu’ils fassent connaissance.

Pour donner un exemple de ce qui pourrait mal tourner : Felix propose à Peach de jouer, au bout d’un moment plus ou moins rapide, Peach sature et du coup commence à répondre agressivement à Felix.

A cet instant-là, Felix toujours dans le jeu, ne va pas comprendre pourquoi il se prend un coup de bec sans préavis. Alors s’il a encore des réserves, il se rappelle qu’il doit riposter en douceur ou partir. Mais si lui-même est à fleur de peau, alors il va s’agacer et riposter plus vertement.

Quand on est 80 fois plus grand que son copain, mettre un peu plus de force dans son coup de patte peut avoir des conséquences fâcheuses !

cat watching a lovebird on a shelf
“Dis Peach… tu veux jouer avec moi? Je te saute dessus et toi tu t’envoles… Comment ça tu voles pas???” ~Felix


Je ne vais pas être sereine de sitôt…


Peach ayant les ailes rognées, iel est essentiellement incapable de faire plus que de tomber ou de sauter avec panache. Ça l’empêche de pouvoir juste prendre de la hauteur quand les autres lui courent sur le fil.

J’avoue que je me réjouis vraiment que ses plumes repoussent.

Je crois d’ailleurs ne pas être la seule à compter les jours. Peach regarde avec envie Blue et Bazinga virevolter dans l’appartement.

Peach veut tout faire comme elles

Ça a des avantages clairs : Peach va manger tout ce qu’iel voit les deux autres manger. J’ai pu introduire une belle diversité dans son alimentation en une semaine.

Mais aussi des effets secondaires inattendus : alors qu’on lui apprend à monter sur une perche pour la déplacer selon les besoins… Iel a découvert les joies de la ‘chaise roulante’

Devinez du coup qui est-ce qui se retrouve à balader une branche, aller-retour, dans l’appartement avec un microbe ailé qui secoue ses ailes pour suivre les autres quand elles partent à la salle de bain.

Vous me direz mais t’es en manque de glace de faire un truc pareil… enfin sauf que vous devriez voir comme Peach s’éclate quand je le fais, c’est trop mignon…



2 parakeets and a lovebird in a large open bird cage
“T’as vu, maman déplumée, on arrive à partager la cage tous ensemble…” ~ Blue, Bazinga & Peach



Bonne fin de journée & à la prochaine…


On m’appelle….







p.s. c’est marrant Blue et Bazinga apprennent à chanter comme un inséparable… Mais vachement plus fascinant, c’est combien Peach modifie ses vocalises pour ressembler de plus en plus à son nouveau groupe…

Share
Share