instantanés singapouriens,  Les choiseaux

Loki, le bébé sauvage

Share

Tout commence un dimanche matin vers 10h…


Je suis en train de faire la salle de bain des oiseaux, histoire qu’ils ne vivent pas dans une porcherie. 😂 Dans son genre c’est un peu un mouvement perpétuel, vu qu’ils se donnent une peine considérable pour changer la salle de bain en porcherie tous les jours !

J’entends Heidi arriver derrière moi, je me retourne et là les bras m’en tombent. Je bugge. Je comprends pas ce que je vois : elle a un oiseau dans les bras…

Et c’est pas un des nôtres : Il est vert, et a deux billes noires en guise d’yeux. Signature inimitable d’un bébé.

La miss esquisse un “je suis désolée d’autres enfants du Condo l’avaient trouvé, il ne s’envolait plus

Effectivement le petit tas de plumes vertes est plutôt placide même s’il est essoufflé.

Donc tu inspires un grand coup, et tu te résignes à la nouvelle direction qu’a pris la journée. A savoir t’escrimer à sauver un oisillon dont tu ne sais pas encore s’il peut survivre.


Les leçons des dernières aventures en sauvetages sont bien rentrées : on trouve une grande boîte en carton, on ajoute quelques trous pour qu’il puisse respirer.


Ensuite on installe du papier au fond, de l’eau, des graines, une des petites perches qui nous restent.

On l’y dépose délicatement, on ferme la boîte, le laissant essentiellement dans le noir, et on lui fiche la paix.

En fin d’après-midi, on l’extirpe de son carton. Il a l’air réveillé, curieux. On le descend alors dans le jardin, pour voir s’il repart vers les siens qu’on entend appeler.

– Au passage on crée un attroupement d’enfants du Condo, dont ceux qui l’avaient trouvé. Tout le monde veut son tour pour le caresser.-




Il n’appelle pas. Il n’a pas l’air motivé pour s’envoler. Les perruches à collier du Condo repartent. On admet la défaite et on rentre en se disant qu’on réessayera le le lendemain.

Me reste plus qu’à aller faire une expédition shopping tardive pour acheter un stock de purée de fruits ou légumes pour bébé humain.

( Vu que c’était avec ça que j’avais sauvé Blu, et que vu l’état des bols qu’on lui avait laissé, le petit truc vert ne mange visiblement rien pour le moment.)

Et vu que son séjour se prolonge faut lui penser un prénom. Superpapi – toujours prêt à aider, propose “Lantern” ( vu qu’il est vert… Green Lantern…) Ce à quoi Heidi réplique que d’abord, on ne donne pas de nom de DC à nos animaux. Mais elle propose Loki à la place, vu que le costume de Loki est aussi vert, et que Marvel c’est Disney….

Emballé c’est pesé, Loki est adopté à l’unanimité.

Lundi



C’est un remake de la veille. Le matin dans le jardin, il appelle une fois à peine, ce qui fait qu’un des adultes fait un arrêt et revient un peu l’observer.

Mais à partir de là, c’est silence absolu, aucune velléité de s’envoler. Les perruches partent, on rentre. Ce n’est pas ce matin qu’on pourra les réunir.

A ce stade je commence à chercher si quelqu’un dans les environs a du “lait infantile” pour perruches dans les environs.

Parce que soyons honnête, je désespère un peu du peu que j’arrive à lui donner à manger. Un oiseau ça meurt vite de faim et de soif. Et un bébé en pleine croissance ( non il a atteint sa taille maximum, mais ses plumes sont loin d’être finies, et ça, ça demande des nutriments) c’est encore plus critique d’arriver à le nourrir correctement.

J’ai vite une dizaine de personnes qui se proposent pour nous donner un peu de lait infantile.




En parallèle, on prend la décision de le montrer à un vétérinaire aviaire.


C’est un peu l’expédition: on se plante de vétérinaire. ( Si si, m’enfin quelle idée d’avoir 2 antennes de mount pleasant à moins de 3km l’une de l’autre 😂)

C’est même taxi qui nous reprend et nous amène à la seconde clinique, bien mort de rire…

La vétérinaire est celle qui a déjà soigné la patte cassée de Blu. Elle manipule Loki avec une dextérité qui nous impressionne. Elle confirme ce que je pensais: il est bien trop calme pour un oiseau sauvage. Mais il n’a pas la moindre idée de ce qu’est une seringue, ne la reconnait pas comme une source de nourriture. Ce qui confirme la piste de l’oiseau sauvage. Autre souci, il n’a clairement pas de tonus dans les ailes. ( En gros, lui faire battre des ailes c’est mission quasi impossible).


La vétérinaire nous raconte que cette année apparemment, il y en a plein qui sont trouvés.


Qu’elle-même en a déjà eu un à soigner récemment. Il était arrivé paralysé des pattes. La seule chose qu’ils arrivaient à lui faire avaler c’était du miel additionné d’un peu d’eau.

– inutile de préciser que ça ne tombe pas dans l’oreille d’une sourde

Nous dit que vu notre expérience, elle peut nous le laisser continuer les soins. Elle soupçonne un traumatisme crânien, nous donne un anti-inflammatoire, et une feuille de route.

Si dans les 7 prochains jours, Loki retrouve son peps, il pourra être relâché. Sinon il faudra voir pour l’intégrer aux autres, parce qu’on pourra considérer son problème de tonus dans les ailes comme définitif.




Mardi


Pas de descente dans le jardin ce jour-là. Ce n’est que la seconde dose d’anti-inflammatoire, il a été plutôt calme lundi soir et mardi tôt le matin.

Non je concentre mes efforts sur le fait de le faire manger. Loki perd du poids, et j’aimerais éviter qu’il en perde trop.

La formule qui marche le mieux, c’est une dizaine de ‘croquettes’ à perroquets réduites en bouillie dans de l’eau chaude, plus 2 petites cuillères de purée de fruits et une petite cuillère de miel.


Toutes les 2 – 3 heures, je me retrouve à essayer de le convaincre à coup de dixième de ml par dixième de ml qu’il faut qu’il mange un peu.



C’est long, c’est fastidieux, c’est salissant parce qu’il hésite à recracher le tout si tu lui en donnes trop à la fois. Alors à ce stade-là, une association qui ne fait pas ça en amateur aurait une seringue qui descend jusque dans le gosier et permet de le gaver sans demander lui demander son reste, réduisant la nourriture à 3 sessions par jour.

M’enfin, j’ai pas ce qui faut, et je ne sais ( pas encore?) gaver un oiseau…

Et il faut bien reconnaître que Loki, lui, de son côté trouve que la bouffe version meri est dégoutante et pas du tout comme avec papa et maman. Je ne lui donne rien qu’il ne reconnait. Mes connaissances en menu de perruche à collier sauvage à Singapour sont lamentables d’après lui !


Tout n’est pas noir et contraintes, hein…


Nan parce qu’entre les moments de curiosité intense, ceux où il se blottit dans le creux de ta nuque parce qu’il s’y sent à l’abri, et la satisfaction de voir que mes efforts pour le nourrir portent ses fruits.

On doit dire qu’à ce stade, il y a des moments où le mauvais génie sur mon épaule susurre qu’il est bien chou Loki. Et que s’il allait pas mieux et qu’on devait le garder ce serait pas si mal…

Il a le chic pour incruster ses griffes dans mon coeur!

Mardi soir, il est enfin un peu plus vivace.

Il a compris que la seringue apporte de la nourriture et trouve que le mélange miel-fruits-‘croquettes’ c’est raisonnablement acceptable.




Mercredi


Quand j’ouvre le carton, pour la première fois depuis un moment, Loki me fait tout un cirque pour m’échapper. Je l’encourage à battre des ailes, et c’est prometteur.

Donc petit-déjeuner, médicament et hop on descend dans le jardin. Sous le regard un peu incrédule des mecs de la maintenance qui se demandent pourquoi c’est pas les oiseaux habituels que je balade.

Le positif de la sortie: Loki appelle un peu plus. Il essaie même de s’envoler.

Le négatif: il fait un espèce de vol plané droit dans le mur le plus proche. Et en plus derrière ne me laisse pas le rattraper tout de suite. Donc je me retrouve à 4 pattes au dessus de la rigole à essayer d’attraper un tas de plumes qui hurle son mécontentement et essaie de se rendre très effrayant.

Après 2 aller-retours à 4 pattes dans l’herbe le long de la rigole, j’arrive enfin à l’attraper, et je remonte.


Vu les changements dans son comportement, on modifie son habitat


On ressort la cage à hamsters, Loki y aura plus d’espace pour battre des ailes si l’envie lui en prend. Je lui laisse un mélange de ‘croquettes’ humides, de dattes et de fruits coupés petits additionnés d’eau, pour s’il lui prend l’envie de se nourrir.

Et on continue le fait de lui proposer à manger toutes les 2-3 heures.

Le soir, on l’entend bien appeler ses parents depuis le bureau et s’affairer dans la cage à hamsters. Clairement il va mieux !


Jeudi


Vu l’évolution du peps de Loki, on se dit que c’est potentiellement le jour J. Superchéri descend avec moi le matin. On repère les deux autres jeunes perruches à collier.

Loki se lance dans la valse des appels aux adultes ( parce que le matin et le soir, ils ont le chic pour demander vigoureusement à leurs parents de les nourrir, même si le reste de la journée ils sont de plus en plus indépendants)

Et alors que Superchéri regarde un des adultes qui vient d’arriver sur la branche de l’arbre nourrir un de ses frères ou soeurs, il s’envole… et part lui aussi dans les arbres… Sans se retourner… l’ingrat !

Mission accomplie ! Superchéri a pas compris ce qui est arrivé tellement ça s’est passé vite ( Moi, j’avais la chance relative qu’il soit parti de mon épaule). On remonte à la maison à la fois euphoriques et fiers mais un peu tristes et désoeuvrés.

On range la cage à hamsters jusqu’à la prochaine fois…

( à ce stade autant être intellectuellement honnête, ça finira bien par arriver de nouveau… )




Depuis…


On entend régulièrement Loki et sa famille dans le condo le matin et le soir. Un matin, alors que je promenais le chien, ils ont même pris le temps de faire un passage supplémentaire au-dessus de moi.

Et j’ai bien pu compter que le groupe comptait 3 juvéniles, et non pas juste 2 comme lorsque Loki était chez nous !

La morale de l’aventure


En fait le voir voler libre avec sa famille, c’est clairement la plus cool des récompenses pour le travail accompli.

J’avais oublié à quel point la vie d’un parent oiseau c’est concentré dans son intensité. Nan sérieusement ils casent des semaines voire des mois d’éducation humaine en quelques heures !

Côté convalescence en cas de problème c’est pareil ! Une fracture – selon la sévérité – c’est entre 2 et 3 semaines pour guérir complètement. Un traumatisme crânien c’est une semaine pour être fixé.

Le traumatisme crânien, c’est une des raisons les plus fréquentes pour lesquelles vous trouverez des oiseaux sauvages qui se laisseront attraper.

Typiquement parce qu’ils ont raté un atterrissage, foncés dans un mur ou une fenêtre trompés par un reflet, ou qu’ils ont pris des risques inconsidérés pour échapper à un prédateur.

Mettre l’oiseau juste sauvé dans un carton sombre au calme, le temps de le relâcher ou de le transmettre à des équipes compétentes*, ça augmente vraiment leurs chances de se remettre de ce qui leur est arrivé…


Honnêtement, j’ai commencé à me demander qu’est-ce qu’Heidi nous ramènera la prochaine fois ? Les paris sont ouverts !









Bonne journée, et à la prochaine pour de nouvelles aventures !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



*Pour la petite histoire, à Singapour l’équipe compétente pour le sauvetage d’un animal sauvage c’est ACRES

Faudra que je vous en reparle un de ces 4, Heidi y va en tant que volontaire quand elle arrive.

Share
Share