bla bla quotidien,  la familia,  Les choiseaux

Les brèves – pas brèves- des dernières semaines

Share

Coucou du “oh mon dieu, ça fait de nouveau une paie que j’ai disparu…



Il y a tellement de choses à vous résumer que je ne sais plus par quel bout commencer.

Mais en gros au dernier billet mi-février, on attendait sous peu Supergranny et Superpapi qui venaient 2 semaines pour son anniversaire. Lovely Nounou se pliait au rituel de refaire un permis de sortie des Philippines pour pouvoir aller chez elle en vacances.

Heidi comptait les jours jusqu’aux vacances scolaires, Superchéri jusqu’aux siennes. Les choiseaux allaient bien. Et je faisais des petites crises épisodiques de #KonMari…

Bref, un quotidien bien rythmé, dont le planning semblait tout tracé jusqu’à fin avril…


Pis Supergranny et Superpapi ont du annuler leur venue



On avait déjà la sérieuse tuile santé dans la famille de Supergranny. On en a rajouté une seconde, avec toutefois des perspectives plus optimistes.

Mais pour résumer du coup, Supergranny ne pouvait pas venir.

J’avoue ça m’a fichu un coup, parce que purée… j’attendais depuis des mois de les prendre dans mes bras et rattraper ces embrassades que je n’avais pu leur faire via la webcam.

Pis soyons honnête, j’ai horreur de manquer les anniversaires. Et là, ça faisait de nouveau un bail que j’avais pas pu le souhaiter de vive voix à mon papa.



Et là, Superchéri et Heidi se sont regardés pis m’ont dit: ” vas-y ! “



Bon d’accord je romance un peu, mais pas tant que ça. C’est surtout que j’ai paraphrasé et résumé les conversations.

J’ai regardé, vu que je pouvais faire l’aller-retour à un prix décent si je faisais un aller-retour rapide. J’ai pris mes billets, balancé la surprise à mes parents, et regardé tout ce qu’il fallait que je déplace à cause du changement de programme.

Le temps d’avancer dans mon administratif, de gérer le fait qu’Heidi s’effondrait physiquement et n’était plus en état d’aller à l’école, de racheter quelques habits d’hiver à ma taille. Et bam, c’était déjà l’heure de monter dans l’avion.


La Suisse version éclair c’était….



Peut-être un autre billet, m’enfin j’en ai tellement dans le pipeline, que je vous promets rien…

Du temps avec mes parents. Plein d’embrassades. Une orgie de nourriture que je trouve pas le reste du temps. L’occasion de voir la cuisine finie…

C’était un repas du dimanche avec la marraine d’Heidi ( qui est de base – rappelons-le – mon amie) et mes frères et soeur.

C’était mon papa qui rayonnait de bonheur. Il était tellement content qu’alors qu’il voulait pas qu’on le lui souhaite avant le jour J, sur le coup de 22h30 ce dimanche-là, il nous a placé le fait que dans 1 heure et demie, c’était bon, on pouvait le lui souhaiter. On a donc poussé les festivités jusqu’à minuit pour ceux qui n’avaient pas à se lever le lendemain matin !


Le brunch du lundi…. ma soeur elle rocke pour faire une belle table !



Bref, c’était court mais ça a fait du bien au coeur de tout le monde…

En rentrant j’ai coupé le voyage en deux et je me suis arrêtée une journée chez mon amie de Malaisie qui n’y vit plus depuis longtemps… Voir remarque ci-dessous, si j’y arrive je résumerais les impressions de cette journée au Qatar. M’enfin je promets rien…


Faut dire que depuis que je suis rentrée, le quotidien a repris à 150 à l’heure…



Je suis arrivée jeudi 7 au soir, n’ayant pas vraiment eu d’amortir le premier décalage horaire et remettant déjà ça dans l’autre sens.

Comment dire… j’étais un peu à côté de la plaque…

J’ai eu le 8 et le 9 pour tenter de revenir sur terre, et puis le dimanche, en cours de matinée, l’ado est rentrée de sa nuit chez ses parents à mi-temps un bébé perroquet dans les bras !

C’était une perruche à collier sauvage, visiblement sonnée. On a rouvert les portes de l’arche de Noé/ centre amateur de réhabilitation animale. Là, je vous promets la version longue, parce que j’ai trop envie de partager ce que j’ai appris au passage.

Mais la version courte en attendant, c’est un passage chez le vétérinaire. Un traumatisme crânien, et des anti-inflammatoires. La bataille pour le faire manger parce que la nourriture qu’on avait à disposition est trop différente de la nourriture qu’ils trouvent dans la nature.

La curiosité des autres choiseaux, qui sont tous venus voir ce qui se passait. J’avais des observateurs à chaque fois que je faisais quelque chose pour Loki.

C’était aussi se prendre la tête à maintenir une quarantaine à peu près potable. Gérer la perspective que si en une semaine il ne retrouvait pas son peps, on augmentait la taille du cheptel… ( En clair: le handicap qu’il avait était alors probablement définitif, et aurait été incompatible avec la vie sauvage)


Loki, du haut de ses 8 semaines avant qu’il ne reparte avec les siens…


Pis au cinquième jour de sa présence chez nous…



C’était heureusement un envol réussi et la réunion avec ses parents et le reste de ses frères et soeur.

Ranger tout le bazar exhumé pour s’occuper de Loki, transmettre la bonne nouvelle au vétérinaire, et se dire qu’on allait pouvoir reprendre une activité normale.


Non parce que s’escrimer à nourrir Loki toutes les deux-trois heures…



… sur une grande partie de la journée et reprendre un quotidien normal, soyons honnête c’est un challenge !

On a profité de notre liberté retrouvée pour aller voir Captain Marvel. Qu’on a adoré, au grand désespoir de nos voisins de devant. Parce que soyons honnête, quand on aime un film, on est plus ou moins le spectateur que les gens détestent avoir près d’eux parce qu’on est trop expressifs.

Depuis on essaie de déterminer lesquels de nos chats ne sont pas des chats mais des flerken. On a nos suspicions, mais on les gardera pour nous !


On s’est aussi lancé dans l’analyse comparative des cinémas ici il y a 10 ans et maintenant.



Les prix n’ont essentiellement pas vraiment augmenté, mais la quantité de personnel sur place dans le cinéma est significativement plus mince. Les caisses ont été fermées dans la plupart des cinémas, pour n’y laisser que des machines automatiques, et pour parler à un humain, il faut souvent faire la queue pour la combinaison boisson/ticket.

Alors bon, c’est pas comme si ça faisait 10 ans que nous on prenait de toute façon nos tickets par internet. Mais pour ceux qui aimaient faire valoir leurs rabais étudiants ou senior, ça devient compliqué de trouver un humain pour le faire.

Ne nous lançons pas sur le fait que de nos jours c’est 30 minutes de pubs parsemées de vraies bandes-annonces qu’ils t’infligent avant le début du film ! Ouais, il y a des fois où je fais ma nostalgique rétrograde genre c’était mieux avant, et j’assume !

( Et oui je mesure le fait que si on habitait en Suisse on irait probablement plus JAMAIS au cinéma… )



Ça c’est Fifty, le chat de mes parents… Je suis plus ou moins certaine que qu’elle n’est pas un flerken. Parce que si s’en était une, elle aurait déjà bouffé le chien…





Bon… sans transition, je vais vous lâcher là presque comme une vieille chaussette ! Pis sans doute aller me mettre au billet sur Loki ! Faut dire que les vacances de Lovely Nounou commencent ce week-end. Et selon la quantité d’imprévus que les choiseaux et mes humains me concoctent durant son absence, ça empiètera sur le temps pour écrire !


Oui, avec la capacité de cette année de me faire des surprises. Je préfère parer au pessimiste !




Sur ce, tout de bon et à la prochaine !

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<


(ça c’était la note finale de Blu, je vous l’ai laissée…)

Share
Share