bla bla quotidien,  Les choiseaux

Les brèves ( pas brèves) du jour #4

Share

Coucou du lundi

 

 

J’avance sur le billet qui suit le précédent sur les stims, mais pas aussi vite que j’aimerai…

Il faut dire que j’ai passé un long moment à faire des sous-titres en français pour la video que j’allais vous mettre en lien.  Donc qu’il a fallu que je découvre comment ça fonctionne sur youtube de proposer une traduction.   

Il faut dire aussi que c’est un de ces sujets sur lesquels je continue à cogiter au fur et à mesure que j’écris, donc c’est difficile de savoir comment le construire sans trop vous noyer sous trop d’informations pour un seul billet.

 

 

Il faut dire aussi que pendant ce temps-là…

 

 

Ils en ont toujours pas fini avec les bruits de tronçonneuses. Avec la saison des pluies les interruptions sont fréquentes.  Et que cerise sur le gâteau, un de nos voisins a fait des rénovations qui ont duré toute une journée.

J’essaie de mettre le casque pour pouvoir quand même écrire. Mais encore faut-il que je puisse le mettre, parce que Bazinga et Blu ont tendance à le prendre comme une invitation à venir s’installer sur mes épaules pour comprendre ce que c’est que ce truc.

 

Que depuis vendredi

 

Je suis de nouveau en mode bon bin on va rester au lit…  Vous vous rappelez de mes ongles des pieds bleus au terme du tree top walk?  L’hématome ne se stabilisait pas, et dès que je marchais un peu plus ça saignait à nouveau. Donc j’ai pris mon courage à 2 mains, et je suis allée chez le podologue.

Non parce que dans le monde merveilleux des tropiques, en pleine saison des pluies, quelque chose me disait qu’entretenir des plaies ouvertes du côté de mes orteils pour drainer l’excédent de l’hématome à chaque fois que ça recommençait à saigner, c’était inviter au désastre…

Je sais pas pourquoi…

Bref.

Donc la -très gentille- podologue m’a prise vendredi. M’a demandé si je savais à quoi m’attendre, où si j’étais dans le milieu médical parce que je lui parlais de mes hématomes.  Nan… celui-ci c’est parce que j’avais oublié le mot bruise, mais qu’hematoma lui se traduit littéralement. Accès lexical simplifié, même si c’est un terme plutôt technique en anglais, alors qu’en français on l’utilise facilement dans le langage courant aussi.

Pis ensuite je l’ai regardée ( parce que je suis un peu maso et très curieuse) découper tout l’ongle qui était décollé. Facilement. Il me reste un demi-centimètre d’ongle sur chaque gros orteil.

 

Ils sont beaux mes pieds, non? Un peu flous ceci dit… mes excuses

 

Après un pansement de la mort qui tue

 

sur chaque orteil, avec une belle couche de crème antibiotique.  On est encore passé par l’étape si on veut que le pansement tienne 4 jours, il faut le tenir en place avec de l’adhésif de sport. ( Vous savez ces bandes que le physio vous colle et qui vous font des réactions allergiques… )

Tout le laïus version diable sur la muraille, sur la catastrophe vers laquelle je me dirigeais si je ne gardais pas rigoureusement le pansement sec.

 

Je suis repartie avec

 

 

“mes pieds de canards” : de superbes et sexy sacs en plastique qui se ferment avec un anneau de néoprène.  Ils me permettent de prendre une douche sans me mouiller les pieds.  Et l’instruction formelle de – de nouveau – rester allongée avec les jambes surelevées.  (J’allais dire en l’air, mais même moi je ne pouvais m’empêcher de glousser et décliner les gags graveleux)

Clopin clopant jusqu’à la maison ( enfin au taxi qui m’a ramené à la maison). Et avec la douloureuse certitude que dès que je ne pose pas mes pieds comme d’habitude c’est génial, ils craquent de partout.

 

L’aventure des ongles des pieds n’est pas finie…

 

M’enfin, là à J-1 du rendez-vous de contrôle j’ai de moins en moins de signes que j’ai une plaie ouverte sur chaque orteil. ( Le premier soir quand j’ai accidentellement appuyé sur le dessus de mon orteil, par contre, j’ai vu des étoiles.) 

Et je peux m’attendre à une longue attente – au mieux 6 mois, mais plus probablement un an – avant de ravoir des ongles des pieds décents.

L’occasion de confirmer au passage, l’idée que dans un pays tropical où on peut vivre en chaussures ouvertes toute l’année, mais où le risque infectieux est plus vicieux, les podologues ne prennent pas forcément les mêmes décisions qu’ils le feraient dans un pays tempéré à la saison des chaussures fermées.

Affaire à suivre…

 

 

Les plumes y grattent moi. Les plumes y sont méchontes

 

 

 

Sinon quoi d’autre?

 

 

Heidi a passé ces 3 derniers jours hors de la maison du matin au milieu de la nuit.  Elle avait été embrigadée par ses profs de théâtre pour être ambassadrice/ co-présentatrice au AYTFestival ( Asian Youth Theater Festival)

Du coup, là je m’attends à ce qu’elle passe 3 jours au lit pour se remettre. Mais elle a eu beaucoup de plaisir. C’était l’occasion pour elle de gérer ses soucis de santé, sans filet de sécurité ( nous avoir sur le dos quoi).

C’est de ces moments où je déborde de fierté de voir gentiment l’adulte émerger.

 

Côté choiseaux

 

Blu est en pleine mue. Il avait pris du retard, parce qu’elle s’était suspendue pendant toute l’aventure patte cassée. Et comment dire… ah oui, si vous ne voulez pas vous faire mordre, hurler dans les oreilles, etc.  Il est de bon ton, de passer un temps considérable des interactions avec lui à le plaindre.  Parce que c’est un pauvre chou, il souffre et ça fait mal et c’est pas juste.  Si si… je vous jure il y tient à sa compassion bordel!

 

Inutile de préciser que c’est généralement au moment où il s’installe pour son moment à lui, que Bazinga passe à l’attaque. Elle met en brânle le plan machiavélique qu’elle avait concocté pour la bêtise du jour.  Et tu la regardes, la gronde à distance, mais tu es coincé. Ouais si tu te lèves pour aller l’interrompre,  Blu va partir en vrille et le sang va couler.  Parce que d’abord elle est méchante, et moi je voulais juste un moment calin et calme et ma vie elle est terrible et si c’est comme ça GNAP !

Ouais, les perroquets ont la fâcheuse tendance à exprimer leur mécontentement avec la première main à portée de bec. Même si c’est pas le vrai coupable.

Donc tu ne vas l’interrompre que si elle se met vraiment en danger cette nouille! Sinon tu fais semblant de rien voir, et tu la laisses jubiler.

 

 

Y’a aussi la version si tu viens pas t’occuper de moi tout de suite. Je réduis tes livres en charpies et ce sera bien fait!

 

 

Sur ce,

 

j’ai des fourmis dans les jambes à rester à mon ordinateur avec la table du salon pour allonger mes jambes à la bonne hauteur.  Oui Heidi m’a repiqué mon portable…  

 

Donc je vous laisse, vous souhaite un bon début de semaine…   et recommence à bosser sur le billet sérieux promis!

 

 

 

Share
Share