la familia,  suissitude,  touriste en suisse

Les 60 ans de Supergranny

Share

Comme un certain nombre d’entre vous le saviez déjà, si cette année on a fait le trajet en juin, parce que c’était l’anniversaire de Supergranny…

 

 

 

Plus précisément la fête surprise des 60 ans de Supergranny.  C’était le samedi 2 juin dans le jardin du château d’Eclépens.  Le repas au restaurant qui officiellement était avec ses soeurs et ses enfants était en fait un repas avec une quarantaine d’invités!

Une belle surprise réussie…

 

 

Là vous me direz, mais alors? Pourquoi tu as pas poussé le bouchon jusqu’à t’inclure dans l’aspect surprise et qu’elle découvre ta présence le jour J?

 

 

 

Déjà,  perso,  le coup de l’anniversaire surprise, comment dire… ah ouais… ne me le faites pas!  A toute fin utile, j’ai retiré mon anniversaire de Facebook il y a quelques années déjà, histoire de faire sombrer la date dans l’oubli digital.  En clair, je me sentais un peu mal à l’aise de faire à quelqu’un quelque chose que j’aurais véritablement haï qu’on me fasse.

Et puis même si j’avais pu me laisser tenter ( ma soeur est persuasive)  il y avait quand même quelques aspects logistiques qui n’allaient pas être simple.  Pour avoir le temps de nous remettre du jet-lag ( et ne pas faire comme à ses 50 ans et dormir tout le long dans la chambre du fond),   il fallait arriver quelques jours à l’avance. De plus,  je devais être joignable le vrai jour de l’anniversaire de Supergranny, ce qui excluait un voyage sur cette date.  Dans le cas de figure idéal, on se retrouvait à devoir cacher ma présence sur le territoire Suisse pendant 3-4 jours. Pas impossible, mais un exercice de style qui demande généralement plus de neurones que je n’en ai de valides au début de mon passage.

Je me serais peut-être laissée tenter de le faire malgré tout ( je vous le disais, ma soeur sait vraiment être persuasive ). Sauf que notre arrivée coincidait dangereusement avec la date de rénovation de leur cuisine.  Je me suis pas vraiment vue  faire le coup à mes parents de débarquer à l’improviste chez eux quelques jours chez après la fête, alors que l’état de la cuisine était un gigantesque point d’interrogation.

 

Heidi, tata Vivi & une de ses amies dans le parc du château

 

 

 

Le plan et ses comploteurs

 

Je le dis et je le maintiens: au delà d’avoir déduit que c’était une fête surprise ( Ah et puis de  savoir techniquement où elle se déroulait vu que j’avais reçu l’invitation, même si je l’avais promptement oublié)  avant les faits je n’avais pas plus d’informations que ça. Je tiens le screenshot de la conversation whatsapp avec ma soeur à la disposition de tous ceux qui ne me croient pas!

Ça m’a permis d’insister avec aplomb auprès de Supergranny qui commençait à avoir quelques doutes.  Je ne savais rien de rien!  Soit il semblait bien y avoir anguille sous roche, mais clairement j’avais été classée maillon faible par les autres.  Parce qu’on ne m’avait rien dit, d’abord!

Les comploteurs en chef c’est Superpapi et Tata Vivi.   Superpapi avait monté à Supergranny une histoire que stress ( faut dire qu’il travaille beaucoup) et touça touça, il ne pouvait pas lui organiser la fête des 60 ans dont ils avaient parlés.  Rien marchait comme il voulait, il trouvait pas de lieu…  Bref, c’était trop et il jetait l’éponge.

 

 

 

Entre en scène sa co-conspiratrice, tata Vivi, qui de facto bosse dans l’évenementiel. Si si, ma chtite soeur qui est plus grande que moi, est aussi extravertie que je suis introvertie. Elle ne se décompose pas à l’idée de faire un téléphone, elle!   Elle est notamment co-fondatrice de 10km2  qui – oh hasard le plus absolu propose sa prochaine dégustation de bières artisanales produites localement,  ce soir vendredi 29 juin dès 18h à la roulotte de l’Acolyte sur la place du Marché à Carouge.

Superpapi a outsourcé à tata Vivi tout ce qu’il n’avait justement pas le temps de faire.  ( Dans le genre, comment monter un bateau réaliste?  Dire quasi la vérité, juste omettre qu’on a trouvé un plan B pour s’en sortir question organisation).

S’en sont ensuivies des manoeuvres dignes de films d’espionnage pour subtiliser du téléphone de Supergranny ses contacts et pouvoir lancer les invitations.  Ça tombe bien que de temps en temps Supergranny soit étourdie et oublie son téléphone.  Une invitation à déposer en personne chez un des voisins, parce que le voisin en question ne répond plus aux numéros inconnus, télémarketteurs obligent…  Sans compter par exemple des rencontres sous des faux prétextes pour aller faire la dégustation des vins prévus pour la fête.

Le rendez-vous est donné à tous dans le jardin du château d’Eclépens  …en espérant maintenir la surprise jusque là…

 

 

C’est le grand jour

 

 

Le beau temps a répondu présent.  C’était une des grandes incertitudes de la fête, vu que la Suisse était en plein marais barométrique. ( Pour ceux-lles qui ne savaient pas ce qu’était un barais marométrique, l’article wiki est là. Dans la pratique ça veut dire qu’on s’est senti comme à la maison pendant 2 semaines. Impossible de prédire le temps. On est passé de la pluie au beau temps en quelques minutes pendant tout le séjour.)

Et toutes les personnes qui se sont annoncées présentes ont pu faire le chemin. Sachant que l’une d’entre elles a fini ses séances de radiothérapie l’avant-veille. Sa présence n’était pas garantie.

Le matin-même, Supergranny est exponentiellement nerveuse, parce que quelque chose cloche.  Superpapi a passé suspicieusement beaucoup de temps avec sa fille dernière née depuis 24 heures. Et pour un simple repas avec ses soeurs et ses enfants, il est vachement nerveux quand même.

M’enfin elle met sa belle robe – celle que tout le monde l’a encouragée à acheter pour marquer le coup, même s’il n’y avait pas de grosse fête, parce que d’abord ça lui fait plaisir alors autant le faire. Emballe une seconde paire de chaussures ( parce qu’à la dernière minute Superpapi précise que les talons ne sont pas une bonne idée).  Et c’est parti.

Le trajet en voiture se fait au rythme des “m’enfin chéri, tu peux me le dire là… c’est pas possible… c’est plus gros que ce que tu m’as fait croire” et Superpapi qui tient bon…

M’enfin comme Supergranny ne va pas tarder à le constater, il n’est pas le seul gros menteur dans ses proches et amis.  Vu qu’elle va voir arriver les voisins ( qui guettaient son départ pour partir juste après elle), une grosse partie de sa famille, certaines de ses anciennes collègues ( dont celle avec laquelle elle avait soupé 3 jours plus tôt et qui n’avait pas vendu la mèche), et des amis de longues dates.

 

 

Une partie des menteurs euh des invités

 

 

Oh mais bande de menteurs!

 

Ce sera la salutation du jour.   Après un apéritif dans le jardin on passe à table dans la tente. Le traiteur a préparé un buffet de salades, puis un roti sauce moutarde accompagné de purée où à 2 salades près tout est sans gluten ( ce qui fait que Supergranny a l’embarras du choix).   On mange bien, on rigole bien, on boit bien aussi.

Vient l’heure de faire les premiers speechs.  Et c’est tonton fighting qui s’y colle en premier.  Le tricheur, c’est le seul qui avait préparé quelque chose au lieu d’improviser à la one again…  donc il nous a tous étalé sur la consistance du discours!

Superpapi et tata Vivi improvisent mieux que moi sur le coup. Faut dire que moi j’étais bien embêtée:  j’avais déjà usé jusqu’à la corde une grosse partie de tous les gags possibles lors de leur mariage en 2009. J’étais aussi coincée pour les archives vidéos comiques, pour la même raison.  Et le moment venu, en prime j’ai oublié plus de la moitié de ce que j’avais prévu de raconter.

Le jour J, Supergranny a notamment donc échappé au fait qu’elle peut difficilement se plaindre du langage de charretier de sa petite fille!  Quand quelques années plus tôt, j’avais eu droit au soupir contraire, parce que fille chérie tentait de corriger le langage coloré de tout le monde cet été-là. Supergranny avait eu la grande idée d’expliquer à sa petite fille que d’abord ‘chier’ ‘bordel’ ‘merde’ ou ‘putain’ c’est pas des vrai gros mots en Suisse pour qu’elle arrête de les reprendre sans arrêt.  Ma foi, maman, sur ce coup-là, tu récoltes ce que tu sèmes…

 

 

Kukaï Samouraï kiffe la vie de château.

 

 

L’après-midi s’écoule gentiment

 

Dans les rires et la bonne humeur.

M’enfin c’est aussi Heidi qui en profite pour choquer dans la foulée quelques membres de la famille qui ne l’ont pas vu grandir. Quoi tu es incollable sur les films d’horreur? Quoi tu viens donner ton avis sur Black Mirror, Deadpool ou Rick & Morty?   Mais ta mère? Elle est au courant que tu regardes ça?

Bin oui, il y a même pas mal de trucs qu’on regarde ensemble.  D’après les amies-ados d’Heidi, je suis une maman méga cool.  Nan mais disons que j’ai beaucoup de souvenirs de mon adolescence, et aucune illusion sur le fait que la jeunesse singapourienne est finalement dès qu’on sort des écoles d’élites une jeunesse très normale.  Donc que je préfère ne pas me leurrer sur ce que regarde ma fille quand j’ai tourné le dos, ce qui fait qu’elle se sent pas obligée de le cacher. Bref, je digresse.

Somme toute, ils passent vite sur le choc, vu que d’ici à la fin de l’après-midi ils lui donnent des trucs de drague et l’incitent à tester de tremper les lèvres dans un verre d’alcool. Ce qui fait que pour 2-3 gorgées d’alcool, Heidi criera “I’m so wasted” sur toute une partie du chemin retour…

 

 

 

 

Et oui, la fin de l’après-midi et le retour au monde réel sont arrivés bien trop vite…

 

 

Mais quelque chose nous dit que Supergranny va s’en souvenir de cet anniversaire-ci. Même si on a pas fait des beaux discours bien préparés ( enfin sauf tonton Fighting le fayot lol)  Même si on a oublié les bougies ou le noeud cadeau qui avait été préparé pour Kukaï.  Même si certains ont du s’éclipser tôt ou arriver méga tard.  Même si Heidi a été méga-vexée parce que son plan habit préparé depuis des semaines a pas marché. Ceci dit,  pour ne pas risquer accidentellement de divulgâcher* la surprise, elle n’avait pas osé demander de détails à sa tante,  donc que de toute façon ça faisait un peu trop de surprises pour elle.

 

Ce qu’il reste de la journée… c’est de l’amour, beaucoup d’amour. De l’amitié. Des beaux moments partagés.  Les enfants jouaient,  les adultes papotaient,  la sérénité du jardin se prettant merveilleusement bien à l’humeur générale.

 

 

Et franchement ça valait la peine de prendre l’avion pour ne pas louper ça!

 

 

 

 

 

 

 

Bonne journée et bon week-end!

 

 

 


*divulgâcher, il parait que c’est la version française de spoiler… j’avoue que je trouve mimi…

Share
Share