parrot eating durian
bla bla quotidien,  instantanés singapouriens

Mes petits bonheurs #3

Share

Une autre semaine, et un nouveau lot d’imprévus…

 

 

Parce qu’une semaine c’est pas drôle si ce n’est pas un peu pimenté…

 

En guise de cadeau de la fête des mères…  j’ai testé pour vous, me bloquer le dos.

 

Du coup, hier au lieu de finir le billet sur la famille Bishan ( parce que les aventures des loutres singapouriennes c’est un de mes petits bonheurs qui méritait un billet à lui tout seul, d’autant plus que ça ne vous étonne pas, du coup j’en ai profité pour vérifier que j’avais bien lu juste il y a quelques temps et que la loutre européenne recolonise lentement la Suisse), il a fallu que je reste au lit en attendant le rendez-vous chez l’ostéopathe.

Fille chérie s’est vengée du coup de stress que je lui ai refilé à me bloquer le dos ( rendons à César sur le moment elle a géré comme une cheffe, m’aidant en gardant la tête froide et son calme) et  en racontant le tout à sa maman à mi-temps, ce qui veut dire qu’il a aussi fallu que je leur explique à eux aussi,que non j’avais pas besoin d’aller chez le médecin, que oui tout était sous contrôle, qu’ostéopathie et patience résoudraient le problème.

Depuis, côté mobilité ça va, mais je dois encore me dépatouiller des tendinites un peu généralisées de la ceinture abdomino-périnéales.  C’est sympa.

 

 

Côté chats-pas-à-moi

 

Espresso a toujours des hauts et des bas, mais en moyenne, on touche du bois, les choses semblent se tasser. C’est parfois un peu difficile d’être 100% sur.  On peut faire confiance à des ados pour passer de tout va parfaitement à c’est la fin du monde assez rapidement.

Nala, elle, se calme suffisamment sous anti-dépresseurs pour que petit pas à petit pas, elle tolère mieux la troupe.  Mais on a cessé de se donner des échéances temporelles pour voir des progrès s’installer durablement.

Il y a les moments de pur délice, comme lorsqu’elle se décide à venir se coucher au milieu de nous.  Et les moments de pur désespoir quand elle se lance encore dans une bataille avec les autres chats.

 

 

“Madame, c’est grôle ton jeu! T’es pas si mal quand les autres sont pas là!” ~Nala

 

 

Il y a aussi

 

Les trucs administratifs qui m’ont échappé dans les temps, les communications un peu ubuesques avec l’assurance maladie.  Ou les plans lunch qu’il a fallu que j’annule à cause du dos bloqué,  iTunes qui bugge, la mise à jour de mon iPad aussi.  Ou encore Redmart qui passe pile poil pendant les 10 minutes où on promène les choiseaux.  Heidi qui ne les entend bien évidemment pas sonner.

Un passage chez le physio pour Heidi ( histoire de travailler ses maux de dos).  Un passage chez le généraliste pour Heidi ( avec cerise sur le gâteau, la généraliste qui s’effondre de rire quand tu lui dis “long time no see” quand tu passes la porte de son cabinet)

Sans compter le vertige à regarder le calendrier, j’arrive juste pas à me représenter le fait que dans moins de 2 semaines on atterrit en Suisse. Faut absolument que je reprenne le programme du séjour et que je fignole l’organisation [ déclenche la crise d’angoisse suivante].

Une annonce de départ qui me fend le coeur.

 

 

Heureusement il y a mes petits bonheurs au milieu

 

 

Les mêmes chats qui me stressent, me font rire encore et encore.  Les petits progrès de Nala deviennent du coup des célébrations.   On ne parle même pas des dernières lubies de Blu la terreur.  Il s’enfile maintenant sous un duvet, comme s’il était en train de visiter un trou dans un arbre. Attention aux chatouilles quand les plumes passent le long de la jambe, et aux coup de bec quand il s’extirpe du duvet parce que d’abord c’est un beau nid, alors c’est à lui!

Les mêmes vacances en Suisse qui me font stresser, sont bien attendues.  Parce qu’on ira voir le spectacle des Vincent,  parce qu’on s’est prévu plein  -trop?- de trucs à  faire.

 

 

“Moi aime Durian, Durian cro cro bon! ” ~Blu

 

 

 

C’est aussi

 

La conclusion que cette année est une année où je dévore des Durians.  Et que toutes celles et ceux qui me jugent se rappellent que perso dans mon monde, le fromage de chèvre ou le roquefort c’est absolument pas comestible. Chacun ses goûts pour des trucs bizarres.  En plus j’ai été peste: j’ai filmé la réaction de tous les chats quand tu leurs mets du Durian sous le nez.  A voir la vidéo de Nala, Superchéri et moi on se dit qu’elle a du grandir chez un humain qui était amateur de Durian. Elle est la plus chill de la maison quand tu l’embusques avec un Durian sous le nez.

 

La super soirée qu’on a passé jeudi dernier avec notre amie Flo, qui était de passage à Singapour quelques jours.

 

Le trip absolu que Superchéri et moi on se paie à regarder des documentaires sur Netflix.  On est pas mal fasciné en ce moment,  par la période de la fin du XIXe début du XXe siècle.   Le truc le plus frappant: se rendre compte à quel point le temps passe, mais l’homme réagit avec les mêmes peurs face aux changements radicaux de sa société.   Si vous vous dites que le monde vous donne le vertige à la vitesse à laquelle il se transforme, ça n’a pas été triste non plus pour ceux qui vivaient aux environs de 1900 et on vu débarquer l’électricité, la voiture, et j’en passe!

 

C’est les conversations parfois souvent surréalistes et impubliables avec Heidi-ado.

 

 

“Tu vois je suis un oiseau, je bois dans le bol d’eau de leur cage! Comment ça leur sert de piscine?” ~ Felix-le-chat-avec-un-conflit-d’identité

 

 

Bon sur ce, avant que je ne tergiverse encore plus, je clique sur publier.

 

Non parce que ça fait depuis mardi que j’ai écrit le gros du billet, mais que je suis pas convaincue. Les joies des semaines en dent de scie ousque je cours après mes heures de sommeil.  ( Ouais parce que des tendinites à la pelle ça n’aide pas pour dormir)  Et en plus à chaque fois que je me dis que c’est bon, je viens me faire interrompre. ( Le dernier en date étant le chien, qui a insisté pour aller en promenade entre les deux phrases précédentes)

 

Bonne fin de journée!

 

 

 

Share
Share