bla bla quotidien,  Les choiseaux

Instantanés de la semaine écoulée pas en bref

Coucou du premier lundi de Mai

 

 

 

Parce que parfois procrastiner un peu avant d’attaquer la liste des trucs à faire absolument aujourd’hui, ça fait du bien

 

J’ai pris le temps d’écrire tout un billet ce matin, histoire de reprendre mon souffle avant de me plonger dans ma paperasse, de me poser un moment au lieu de déjà me laisser entrainer dans le tourbillon que s’annonce cette semaine ( on a notamment un repas avec une visiteuse de passage), c’est aussi donner quelques minutes de plus à mon coeur pour pondérer la tristesse de la mort du patriarche de la famille Bishan, les loutres sauvages les plus célèbres de Singapour.  Après le Marina Daddy l’année dernière, c’est l’autre patriarche le plus emblématique de l’île qui s’est éteint.  Une mort sur le regard attentif des humains qui le suivaient régulièrement, après avoir dit un dernier adieu à sa famille, sur caméra, alors évidemment, c’est un peu comme passer mon coeur à la moulinette.

Ces moments étranges, enfin jusqu’à me retourner vers Heidi, où la tristesse de la mort d’un personnage fictionnel ou d’un animal peut sembler plus m’atteindre que celle d’un être humain.

 

 

“Pour procrastiner, attend on t’aide, on vient faire la sieste chacun sur une de tes mains!” ~Bazinga

 

 

 

Sinon quoi de neuf?

 

 

 

C’est le ver d’oreille de la semaine ( la chanson qui tourne en boucle quoi) merci Heidi ( pour changer) avec Panic! At the Disco et leur dernier single “Say Amen”  dont le clip est juste délicieux,  si vous aimez les scènes d’action over the top.

C’est le fait que je me suis tellement retrouvée sur tous les fronts la semaine dernière qu’à la fin j’arrivais plus rien à faire: j’ai posé un lapin à une amie pour un café ( heureusement elle était presque dans le même état que moi donc me l’a posé aussi wouarffff), failli foutre le feu à l’appartement, pas fait la moitié des trucs que j’avais prévu de faire.

C’est Nala qui est de retour ici, depuis mardi parce que le placement a échoué, qu’il a fallu du coup mettre sous anti-dépresseurs pour gérer le stress que les choiseaux génèrent chez elle.

 

C’est le sentiment de panique irrépressible quand je vois la date du 7 mai s’afficher….  [insérez ici la série d’explétifs de votre préférence, mais ne soyez pas timide, j’ai un vocabulaire de charretier ( comme quoi, selon toute vraisemblance ça fait longtemps que les conducteurs de véhicules ont la réputation d’avoir un vocabulaire fleuri, quelque chose me dit que le road rage n’a pas été inventé en même temps que le moteur à explosion) le seul truc si vous voulez que ce soit réaliste, c’est d’éviter les insultes qui se basent sur un handicap, j’essaie de les supprimer de mon vocabulaire, chacun ses combats 😉 ] et que je réalise qu’Heidi et moi on se glisse dans l’avion pour la Suisse et la fête d’anniversaire de Supergranny dans 20 JOURS

Excusez-moi je reviens, j’ai une crise d’angoisse à faire…

 

Bref, pensons à autre chose…

 

 

C’est Espresso dont il semble,

 

qu’après 3 semaines d’aller-retours chez le vétérinaire, qu’on peut respirer et annoncer qu’il va enfin clairement mieux.   C’est con mais à force de passages chez le vétérinaire, même si c’est pas le mien, que ce ne sera jamais mon chat, on s’y attache à ces petites bestioles et à leur bien-être. 

Aux dernières nouvelles, le fin mot de l’histoire pour Espresso, du mieux qu’on arrive à le conjecturer: c’est qu’Espresso a été stérilisé et microchipé dans une opération de TNR et qu’il a environ 4-5 ans.  Il a probablement été shooté par une voiture ou a fait une vilaine chute à un moment dans son passé, abimant son pelvis.   Il n’a pas de soucis particuliers à se mouvoir, mais ça lui pose des soucis pour aller à selles en cas de dérangement digestif, ce qui faisait qu’il était chroniquement constipé, au point de gêner son appétit.  Là dessus, récemment il est tombé malade avec son coronavirus, ce qui lui a donné la diahrée sans pour autant résorber le souci de constipation qu’il avait de base, et a achevé de l’affaiblir.

Là il est remis, reprend plutôt bien des forces, maintenant qu’il a eu droit à un lavage sous anesthésie, en plus des médicaments, et du changement de régime – et à priori aussi longtemps qu’il reste comme il faut sous laxatif tout le reste de sa vie, il devrait être en pleine forme.  Par contre ça le range dans les chats qui ne pourront plus jamais être relâchés, il doit rester un chat d’intérieur.

Pour le moment, il semble que la famille de S.  semble toujours partante pour le garder.   Affaire à suivre, on croise les doigts.

C’est aussi la solidarité magique, des autres nanas cats du groupe qui se sont proposées pour nous donner un coup de main pour les factures de vétérinaire.  On les remercie du fond du coeur 😻

 

 

Variation sur cette discipline olympique que les monochromes perfectionnent: “Ou sont les chats?”

 

 

 

 

C’est Blu et Bazinga

Qu’on surveille de près ces temps, suite aux mésaventures du bec. L’occasion de constater que même si c’est elle qui a fini chez le vétérinaire cette fois-là,  dans leurs disputes ordinaires, c’est presque plus souvent elle qui l’arrose de petites persécutions que le contraire.

Du coup on anthropomorphise un coup, et on se dit qu’ils nous regardent indignés quand on les traite de pigeon ( comprendre qu’ils marchent en long et en large du salon)

 

C’est les balades du week-end ( et des jours feriés), avec son lot de surprises à chaque fois ( genre dimanche il a fallu passer sous les macaques, au sommet des arbres nous surplombant à l’entrée du parc de Dairy Farm,  qu’on a vu parce qu’ils ont tiré le signal d’alarme pour le chien)   qui fait de chaque balade un moment unique.

C’est aussi les gamins qui crient à leurs parents qu’ils ont vu des ” Pawwot”, les adultes qui sont au moins aussi curieux mais qui souvent l’assument mal et ne savent pas comment nous aborder.  Les journées show & tell où tu te retrouves pendant 10 minutes à discuter tes oiseaux.

C’est la constation que Bazinga veut bien poser pour une photo AUSSI LONGTEMPS que ton téléphone est un iTruc… si si… je vous jure, elle bouffe les téléphones qu’on lui approche de trop près, sauf si elle voit la pomme, auquel cas elle se cambre et fait des “peekaboo”

 

 

 

” Tu vois, une douche c’est plus fun s’il pleut dehors, mais qu’on se jette dans l’eau de notre plein gré!” ~Bazinga

 

 

 

C’est aussi la constatation bluffante, que si on veut rentrer avant la pluie, il nous suffit de les écouter quand ils donnent le signal du départ.

 

Ils savent combien de temps le groupe mettra pour rentrer à la maison, si on les écoute tout de suite, on arrive à la maison environ 10 minutes avant le début de l’averse ou de l’orage!   Samedi on a loupé le coche, moralité, on s’est fait détremper dans le parking.

Bazinga a tiré une tronche longue comme un jour sans pain, quelque chose que c’est difficile d’interprêter autrement que des récriminations face à cette indignité de devoir se sécher les plumes après avoir été mouillée accidentellement et non pas parce qu’elle l’avait choisi! Elle nous l’avait pourtant dit et redit qu’on allait se prendre l’orage sur la tête si on bougeait pas!

Alors que Blu avait une tronche du genre ” Oh mais c’était trop fun!!!! On le refait dit dit…”  à cause des mêmes 100 derniers mètres sous une pluie diluvienne en courant.

 

 

 

 

Bon sur ce, j’ai réussi à leur échapper un moment ( ils étaient chacun sur une main de nouveau pour une session de lissage de leurs plumes) j’en profite vite pour relire, ajouter les photos et envoyer le billet…  je vous souhaite une bonne fin de journée et une bonne semaine!

 

 

 

 

 


*p.s. pour la photo en tête de billet, le plus flippant c’est que Sir Blu a techniquement trouvé comment faire pour ouvrir la boite, comme souvent ce qui fait qu’il n’est pas une terreur impossible à arrêter, c’est qu’il n’a pas la patience de s’obstiner. Assez rapidement quand quelque chose ne marche pas comme il veut il pique une crise, jette tout par terre et passe à autre chose.

 

 

 

 

 

Share