autistiquement votre,  expatriation,  touriste en suisse

Ça sent les vacances, hein?

Share

Plus de billet depuis 12  13 jours…

 

 

 

C’est généralement le signe que je suis au fond du lit, ou tellement en train de courir que je me pose pas pour écrire

( ou que les rares moments où je me pose il y a un orage donc que c’est pas le moment d’écrire pour éviter de perdre le texte quand les plombs pètent inévitablement)

Sauf à l’aube de juin ou en novembre/ décembre… dans ce cas-là c’est plus pragmatiquement l’effet grandes vacances et le fait que vous écrire un billet sur les quelques centimètres carrés du téléphone, ça lasse vite 😅

 

Depuis lundi Heidi et moi sommes à l’heure suisse, en train de les traumatiser à jouer aux touristes.

 

 

 

( parce que soyons honnête, je suis tout à fait consciente qu’Heidi et moi on fait lever des sourcils quand on se balade.  Entre le passage incessant entre le français-sauce-maison, le franglais et le franchement-tout-en-anglais,  les observations insolites,  les trucs qui ne devraient jamais fasciner quelqu’un qui parle en français avec un accent Suisse et qui a plus de 4 ans.   Ou le fait qu’on tourne en spectacle comique tous les moments où soit Heidi soit moi nous sentons un peu dépassées par les bruits, les odeurs ou les idiosyncrasies typiquement Suisses.)

Les choiseaux sont restés avec Superchéri et Lovely Nounou, pour leur simplifier l’ampleur de la tâche, j’ai mis Nala en pension pour la durée de notre absence ( parce que les relations félines orageuses, il n’y a que moi qui sait gérer).

Ils survivent plutôt bien, enfin sauf que l’absence de nouveau billet se faisait sentir, dont acte!

Le plus de refaire la Suisse en juin depuis des éternités, c’est les longues soirées d’été.

Le fait qu’on peut balader nos habits d’été pour une fois… c’est la verdure.

Ou encore le fait qu’il y a des bébés oiseaux partout ( Supergranny et Superpapi sont les heureux hôtes de 2 nids d’oiseaux, ils ont un store qu’ils n’osent plus descendre histoire de ne pas déranger la petite famille 😃)

C’est aussi l’omniprésence des produits sans gluten ici.

 

 

Les moins c’est le rhume des foins, le fait que tu sais jamais comment t’habiller, que quand il pleut la pluie est froide.

 

 

Les chocs de culture de l’année…

 

Je peux déjà vous dire la campagne c’est magnifique avec tous ces chantiers à perte de vue ( comprendre champ, Heidi de Motordu un jour, Heidi de Motordu toujours et c’est pas le manque de pratique du français au quotidien qui la rendre invisible, au contraire) ou que pirate des carabines est un très bon film.

C’est le tiraillement de Heidi qui veut pas choquer les gens sur combien elle a grandi et changé, mais qui étouffe à essayer de dissimuler Heidi ado. ( Enfin plus précisément,  Heidi ado autiste dans toute sa flamboyance. Note qu’à trainer au milieu d’une grappe d’ados suisses un peu par hasard l’autre jour, elle fait pas si tache que ça ici, elle est somme toute pour beaucoup de trucs juste une ado comme les autres.)

C’est de constater que de plus en plus d’enfants de mes amies sont dangereusement aussi grands que moi.

 

 

C’est de réaliser à quel point on a tourné un cap et cessé de se considérer comme expat’ pour vraiment se mettre dans la peau de ce qu’on prenait avant pour l’image d’Epinal de l’immigré.  C’est un peu doux amer quelque part, parce que c’est le moment où tu fais le deuil un peu d’une page de ta vie.

C’est le grand écart entre les choses pratiques dont je me souviens bien, et tout ce qui est vernis social et humain où j’ai beau faire des efforts je ne comprends plus comment ça fonctionne.

( Là comprendre que c’est mon mea culpa pour tous les impairs que je commets.  Promis j’essaie de faire attention, mais j’avoue que le seul résultat c’est que je me torture la nuit de tous les trucs que je pense avoir fait faux quand j’y repense.)

 

Woufffff il tourne lourd ce billet…  c’était pas exactement prévu!

 

Bon on va vite vous ajouter quelques photos cartes postales pour illustrer le billet, histoire de remettre une ambiance plus fun… parce qu’il ne faut pas croire, au delà de mes turpitudes philosophiques c’est surtout des beaux moments et le plaisir de revoir tout le monde!

Et que ça reflète aussi tous ces moments extraordinaires qu’on vit à voir tout le monde!

 

 

Bonne journée et à tout bientôt pour de nouvelles aventures.

 

 

 

Share
Share