bla bla quotidien,  Les choiseaux

Comment épicer une semaine

Share

Un peu dans la veine de l’avant-avant-avant-dernier billet…

 

 

Mercredi dernier en cours de journée, j’ai eu l’outrecuidance de me dire que OUF, ça faisait officiellement une semaine que l’univers, les bosons de Higgs et les lois de la probabilité ne s’étaient pas senties obligées de nous pimenter notre quotidien et que c’était pas désagréable.

Du coup ils se sont sentis obligés de revenir nous chatouiller en force.

Mercredi soir, mes enfants à temps partiel ( comprendre les frère et soeur à mi-temps d’Heidi, mais comme ils entrent chez moi sans frapper et se servent seuls dans mes placards, que j’ai d’ailleurs toujours du petit-déjeuner en stock pour eux et dorment chez moi relativement régulièrement ils qualifient de mon côté d’enfants à temps partiel)  débarquent en panique.  Ils ont trouvé un chat qu’ils pensent perdu errant dans le condo et ne savent quoi faire.

( là il est utile de rappeler qu’ils ont 5 chats chez eux,  tous des chatons, ce qui les amène à avoir au total plus d’animaux que nous.  Bon enfin en même temps si on commence à peignetter comme ça, comme plaisantait une amie il y a quelques temps, eux ils ont des poissons, une petite trentaine de néons donc que techniquement ils nous battent à plate couture.)

Il est quasi 21h, le chat est affamé, propre, bien soigné, sait se comporter avec les humains, les gamins sont terrifiés de le laisser dehors. Donc après délibérations entre adultes, je remonte le chat – qui se laisse relativement faire, vu que je la ramène en haut sans une seule griffure- à la maison.   Branle-bât de combat pour retrouver la troisième caisse, remettre ce qu’il faut dans la chambre d’Heidi pour qu’elle puisse y accueillir un chat ségrégé à plein temps.

 

Ouais on est maso pas suicidaire, quand on ramène un chat de plus à la maison on le sépare des autres…

 

Le lendemain, descente chez le vétérinaire pour vérifier si par miracle la chatte est pucée ( malheureusement pas, les chiens le sont *presque* toujours vu que c’est obligatoire légalement, mais pour les chats il n’y a pas de registre centralisé et c’est sur base volontaire)

On lance un avis sur les réseaux sociaux ( vu qu’il y pas beaucoup d’endroits ou tu peux coller une affichette légalement à Singapour,  pas mal de personnes ne passent que par les réseaux sociaux pour signaler un animal perdu/ trouvé)  on prévient la SCPA et l’AVA ( en leur disant qu’on garde l’animal le temps nécessaire, la triste réalité des chats qui leurs sont confiés, c’est que leur espérance de vie diminue drastiquement selon le type de chat que c’est, un singapore special ayant vachement moins de chance d’intéresser quelqu’un qu’un persan perdu et pas réclamé, d’autant qu’il faut payer des frais de pension pour récupérer l’animal…)

On fait une affichette, on parle avec les gardes du condo, et on répand la news…

Et on croise les doigts.

 

 

 

“Madame, tu te fiches de nous, y’a un chat de plus dans cet appartement… c’est un scandale on t’a déjà expliqué que tu pouvais pas ramener des nouveaux sans nous consulter!”

 

 

En parallèle, je commence l’intégration parce que vivre dans la parano de savoir à tout instant où sont tous tes animaux c’est un peu fatiguant.

 

 

Au moment où j’écris ces lignes, on est à J4… et on progresse à petits pas mais on progresse: je peux laisser la chatte-encore-sans-nom-mais-il-faut-qu’on-lui-en-trouve-un-on-peut-pas-continuer-à-l’appeler-l’autre/la tricolore ou autres-trucs-du-genre-éternellement, et le chien quelques minutes sans supervision sans bagarre.  Elle s’y habitue relativement bien.

Avec les autres chats, c’est un peu plus tendu pour le moment,  mais en moyenne pour les moments les interactions se sont limitées à se souffler dessus et gronder, sans escalader l’agression, donc on commence à avoir bon espoir qu’à coup de patience, ils vont gentiment pouvoir être mis ensemble de plus en plus longtemps sous supervision.

( Je travaille un horizon 3 semaines minimum… )

 

 

On s’occupera des oiseaux ensuite…

 

Vous allez me dire… mais tu parles déjà de ce chat comme s’il va rester?

Alors non, le but est vraiment pas qu’il reste. Mais si on arrive pas à localiser ses propriétaires, il nous reste d’essayer de la replacer plus loin ( ce qu’on fera si la mayonnaise ne finit pas par prendre… on a vécu une fois avec 2 chats qu’on ne pouvait laisser dans la même pièce sans qu’elles essaient de se bouffer,  comment dire, c’est usant à long terme)  mais on sait aussi que c’est pas simple, donc qu’on est un peu résigné dans un des scénarios qu’on a conjuré de ne pas vraiment avoir le choix que de la garder.

J’ai pas envie de me retrouver d’ici 3 semaines avec la réalisation que rien ne semble se débloquer, et devoir à ce moment-là commencer l’adaptation à zéro.

 

 

 

“C’est chouette chez toi, mais un peu mal fréquenté” ~ chat-perdu-sans-nom

 

 

Et comme si juste avoir un 7ième animal dans la maison n’était pas assez pour épicer la fin de semaine…

 

Vendredi c’est journée à tonalité médicale, vu qu’on s’occupe de la consultation en orthopédie d’Heidi pour la question de la scoliose.  Après radios, le verdict est encourageant, le spécialiste se contente de la surveiller et de l’envoyer faire de la physiothérapie.  L’air de rien c’est un gag qui ne prend plusieurs heures… on est un peu passées à la moulinette le temps de s’extirper de là, au stade où je recule face au fait de faire la queue à la pharmacie de l’hôpital, même si ça m’oblige à aller la faire lundi suivant à la place.

Samedi matin on se fait une belle marche avec Superchéri le matin, on descend presque jusqu’à l’ancienne gare de Bukit Timah ( qui se trouve grosso modo à la hauteur de la station MRT de King Albert Park), au grand désespoir de l’iPatch qui trouve que quand même on exagère à toujours essayer de marcher plus loin.

Il boite préventivement depuis, histoire de s’assurer qu’on n’insiste pas plus pour le promener trop ( il a une petite plaie sur le bord d’une patte,  mais comment dire… ah oui,  elle est tellement terrible que le pauvre il est régulièrement obligé de sauter sur 3 pattes dès qu’on sort de la maison, surtout si on essaie d’accélérer le rythme de la marche, m’enfin il arrive toujours à courir après Blu… )

Samedi après-midi, Heidi a du baby-sitting et fait des aller-retours entre notre maison et celle du bout de chou qu’elle garde.   Il faut dire qu’elle est pas gâtée: on se prend le ciel sur la tête.

Cerises sur le gâteau:  les plombs pêtent pendant que la grosse mise à jour d’une des ordinateurs.  C’est là que tu es content d’avoir un système de back-up efficace, parce que la coupure de courant avait changé l’ordinateur en brique.   Mais le temps que ça se réeinstalle je vous dis pas ce que Superchéri était heureux et détendu…

Et parce que c’était clairement pas assez de trucs rigolos à gérer en même temps, pendant leur sieste, Blu et Bazinga se sont disputés version on-est-toujours-fachés-et-on-attendait-juste-que-vous-ouvriez-les-cages-pour-se-prendre-physiquement-le-bec.   Donc tu te retrouves avec un remake live des oiseaux,  sauf qu’aussi longtemps que tu ne t’interposes pas entre eux tu ne prends rien.  Mais évidemment tu dois intervenir, parce qu’ils peuvent sérieusement se blesser ces nouilles à se disputer ( donc que tu t’y prends comme avec 2 chats qui se battent sérieusement, avec un morceau de tissu).   Blu saigne, Bazinga lui a entamé la patte.  Bazinga a une écorchure minime sur les ‘cuticules’ du bec.  Et de choper Blu pour lui désinfecter la patte, de réarranger le fond de sa cage et la salle de bain pour qu’il ne puisse pas aggraver sa blessure,  et puis jouer à le poursuivre comme d’habitude, parce qu’il aime et que ça le rassure…

Garder Bazinga enfermée de son côté pendant tout ce temps, parce que dès que tu les laisses en stabulation libre, ils s’y remettent, donc qu’elle râle.

Avec le sens de la mesure familial, on se demande si on doit mettre un aller vétérinaire le soir même ou si on peut attendre le lendemain de voir comment ça évolue.  Il ne serait pas impossible que certains membres de la famille aient passé la nuit à cauchemarder qu’on retrouverait Blu mort le lendemain matin.

Dimanche matin, tout le monde est toujours vivant, mais Blu et Bazinga se font toujours la gueule… on passera toute la journée sur des oeufs à essayer de les chouchouter pour qu’ils oublient pourquoi ils étaient fâchés.   C’est pas encore complètement revenu à la normale mais on progresse.

 

 

“Bon à lire ton billet, je me sens crevée, excuse, faut que je fasse la sieste!” ~chat toujours sans nom, mais on penche pour Nala

 

 

 

Sur ce, la semaine suivante commence bien et s’annonce haute en couleurs si sa première matinée est représentative de ce qu’on a en attendre, vu que je dois courir faire un aller-retour à l’école de la miss pour lui transmettre le truc qu’elle a oublié et qui est vital qu’elle ait aujourd’hui.

 

 

Bonne journée et bonne semaine!

 

 

p.s.  vu la longueur du billet je vous ferais une récap’ pratique dans un billet rien que pour ça sur la marche à suivre en cas de perte d’animal.  et je vous le mettrai en lien ici dès que ce sera fait 😀

 

 

 

 

 


*oui,  on trouve des chiens-pas-errants sans puce, ou des puces qui me mènent à personne…  Faut pas croire que parce que Singapour a des amendes pour tout ou presque, la petite désobeissance comme d’essayer d’éviter la taxe à chien n’existe pas

 

 

 

Share
Share