instantanés singapouriens,  Singapour

La vie sauvage à l’autre bout de Bukit Panjang

Des fois les billets commencent à s’écrire tout seul ou presque

 

 

 

Pour la petite histoire celui-ci  a commencé à me trotter en tête quand un jeudi récemment il y a quelques mois j’ai été chercher un billet au hasard pour faire un #throwbackthursday sur la page Facebook ( que je vous encourage à liker et aller zyeuter de temps en temps – bon d’accord quasi tous les jours- si vous aimez les instantanés sur les bétises des choiseaux… ou sur Instagram, ça vous rappelle que je suis bien vivante même quand je n’écris pas trop, vu que j’y poste plus fréquemment qu’ici )

Je suis tombée sur un billet écrit au début de notre emménagement à Bukit Panjang ( j’ai constaté avec quasi horreur que c’était il y a presque 5 ans!!! )  et après presque 2 ans à l’autre bout de Bukit Panjang, je me suis dit que c’était l’occasion de faire une version plus actuelle du billet.

 

Dont acte.

 

On est grosso modo a à peine 1.5km à vol d’oiseau de notre ancien appartement,  alors qu’on était proche de l’extremité nord-est, on est maintenant pas loin de l’extremité sud-est du voisinage ( oui, Bukit Panjang c’est pas bien grand, c’est surtout dense).

Et pourtant on est à des années lumières de là… tout est différent ou presque.

Evidemment il y a les différences directement imputables aux bipèdes, plus précisement la différence entre l’ambiance d’un petit condo en bordure du quartier de maisons et une estate HDB.  On a perdu les cérémonies d’enterrement ou de mariage, on a perdu les concerts pour le mois des fantômes ou la fête pour Nouvel An Chinois.

Il y a des grosses différences dans notre gestion des transports:  downtown line est devenu notre incontournable au lieu du bus autoroutier.   En moyenne on prend nettement moins le bus, plus du tout le LRT ( dont on ne sait toujours pas d’ailleurs ce qu’ils vont en faire quand l’heure de penser à la suite arrive dans les prochains mois, l’upgrader, ou le désafecter et ne remettre que des bus?)

 

 

 

 

Il y a des différences de destination de shopping, note que là l’ouverture de Hillion Mall, son fair price 24/7, son Miniso, et son best denki y sont peut-être aussi pour quelque chose, on ne va plus au Giant d’à côté ou dans les shops HDB, enfin sauf pour la prescription de lunettes à renouveller, parce qu’on l’aime bien notre opticienne.

Mais étonnamment il y a aussi des différences climatiques: il ne pleut pas pareil que de l’autre côté, je vois régulièrement la pluie nous passer à côté alors qu’il pleut là où on habitait avant,  on a beaucoup plus de vent – qu’on se prend de plein fouet alors qu’avant il avait tendance à passer le long de l’immeuble sans vouloir s’infilter dans l’appartement.  Effet secondaire marrant, régulièrement on a les vitres qui sifflent comme dans une maison valaisanne un jour de bise ou de foehn.

Bukit Panjang, d’une certaine manière, c’est une bonne illustration de ce qui définit le mieux Singapour: une diversité méga-condensée.

 

 

Et la vie sauvage?

 

 

Bin déjà on a moins de risque de tomber sur des singes que là on habitait avant… ils viennent apparemment assez régulièrement dans les HDB pas loin de là où on promenait le chien avant – ce qui veut dire qu’ils passent sur le chemin qu’on utilisait pour promener le chien-  aussi longtemps qu’on ne descend pas trop près de Dairy Farm et la réserve naturelle de Bukit Timah ( qui est presque plus près qu’avant en fait, alors qu’avant on était collé au central catchment.)

On ne voit pas les mêmes oiseaux… du tout… enfin si on voit toujours des mynah, et des corbeaux mais ceux-là on peut se passer de les mentionner.

Plus de poules,  plus de pigeons, mais on a eu l’occasion de voir une famille chouette de près quand ils ont fait leur nid tout près de l’entrée du condo en 2016  ( ils n’ont pas remis ça en 2017, il faut dire que la fougère nid d’oiseau qu’ils avaient utilisé est tombée entre deux, et qu’à la bonne saison ça s’agitait dans tous les sens dans la rue pour construire les kilomètres de chemins couverts qu’ils ont ajouté ces 2 dernières années dans le quartier et ailleurs dans Singapour.

On a aussi moins de rats, mais tout autant de fourmis et de cafards, moins de geckos, moins d’abeilles charbonnières ( les énormes noires, on en avait un nid dans l’arbre en face du balcon à l’ancien appartement, régulièrement on en avait qui venaient dormir sur le balcon au lit de rentrer au nid)

De manière générale les insectes volants ont changé de visage:  plus de petites abeilles qui ne piquent pas,  plus de criquets,  mais on  a régulièrement des espèces d’araignées ailées noires… dont à force de google je viens d’apprendre qu’elles répondent au doux nom de guêpe enseigne ou guêpe . Elles ressemblent à ça, si vous vous posiez la question:

 

 

Photo de Muhammad Mahdi Karim – Own work, GFDL 1.2, utilisée dans les paramètres de license creative commons https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6999089

 

Mais pas de panique en fait, si tu en vois chez toi, c’est tes nouvelles meilleures amies que tu ne savais pas avoir besoin d’avoir parce que 1. elles ne piquent pas 2. c’est un insecte parasitique:  elles pondent leurs oeufs dans des cafards, les tuant au passage. Avoue que toi aussi en lisant ça, tu tombes raide amoureux de leur look un peu hybrido-‘derpy’ comme dirait fille chérie… Faut que j’explique aux chats monochromes qu’il faut qu’ils cessent de tenter de les bouffer!

 

Mais c’est surtout beaucoup plus d’oiseaux on croise facilement.  On voit tous les matins plusieurs espèces de perroquets ( dont certains viennent faire la causette avec nous quand on se balade avec Blu & Bazinga, c’est marrant ils font des rase-mottes voire carrément se posent sur une branche proche pour discuter)    il y a des Merles des Indes ( enfin des mainates religieux vernaculaire régional désuet quand tu nous tiens… )  qui dorment fréquemment dans le condo, on a un arbre à mynas normaux dans le condo ( donc des centaines de mynah qui convergent pour dormir dedans à la tombée de la nuit)  Les martins-pêcheurs,   des couturières ( ou tailorbird, qui sont des tous petits trucs aussi minuscules que les sunbird et qui ont la capacité de chanter un son constant pour des minutes d’affilées… ) et  au moins une espèce de pics

 

 

 

 

Ah et puis vous allez rire… après presque 2 ans à vivre dans ce coin-ci de Bukit Panjang, j’ai percuté sur le fait qu’il y avait un accès au sommet du green corridor à quelques centaines de mètres de chez moi,  donc je m’amuse à traumatiser l’iPatch ( qui me fait un grand cinéma que d’abord c’est pas juste il veut pas marcher, pourquoi je peux pas le porter comme Blu et Bazinga, après tout il est un choiseau comme les autres. ) en lui proposant un nouveau chemin de balade.   C’est les photos qui illustrent ce billet 🙂

 

 

Bonne journée, bonne fin de semaine et bon week-end ( argh mon dieu ça veut dire que les vacances scolaires sont déjà presque finies!!!!)

Share