bla bla quotidien,  meri-philosophe,  singapour pratique

Alors sans helper? Ça se passe comment?

Coucou du lundi

 

 

 

J’ai enfin repris et adapté un billet des brouillons qui me gavait et sonnait faux chaque fois que je tentais de le terminer.  Mais après la conversation de la semaine dernière avec Lovely Nounou ( non je vais pas vous dire ce que c’est, inutile d’insister 😉),  j’ai enfin trouvé ce qui coincait et j’ai pu le reprendre…

Bref,

Il y a environ 6 mois ( Seulement? déjà? si si, les deux en même temps!) que Lovely Nounou s’est envolée vers d’autres cieux.

On continue de se parler ( et de lui envoyer des photos des choiseaux, parce que notamment l’iPatch lui manque toujours beaucoup… faut dire que dans le monde avec Lovely Nounou, il était souvent collé à elle.  S’il y avait un orage, c’était chez elle qui allait chouiner pour se réfugier)    Et globalement hormis le monstre choc des cultures, des températures ( Ceux qui ont vécu les expatriations au Moyen Orient savent de quoi je parle, mais dans les petites joies qu’on n’imagine pas, il y a le fait que les canalisations chauffent tellement la journée, que l’eau ‘froide’ est dangereusement brulante la très large majorité de la journée pendant l’été, pour enchainer avec un ‘vrai’ hiver, soit avoir plus froid qu’elle ne l’a jamais eu)  ça se passe apparemment pas trop mal pour elle.

Elle a la chance d’avoir sa soeur sur place, quand elle est en manque des choiseaux elle peut se rabattre sur le chien et le chat de sa soeur, ce qui fait qu’on se fait pas trop de souci pour elle ( comprendre concrètement qu’on n’a pas trop peur qu’elle se retrouve piegée dans une situation vraiment chaude, comme ça peut se passer assez facilement au Moyen Orient, ou qu’il lui manque un réseau de soutien pour gérer les hauts et les bas d’une adaptation pas évidente)   Passés les ondes de choc de sa nouvelle expatriation, et des changements radicaux de rythme de vie, on espère pour elle qu’elle prendra ses marques à Bahrein.

 

Et de notre côté?

 

Alors après Albert, on a Joe qui a fait son apparition dans notre vie.  Joe est le cleaner qui vient tous les jeudis nous faire les à-fonds.

On est passé par Helpling, une des multiples apps/ plateforme web sur le marché en ce moment qui te permettent de booker une femme de ménage.  Des échos rassemblés via Singapour Nanas,  la qualité d’Helpling est essentiellement dépendante du quartier où tu vis ( vu que les cleaners viennent généralement de pas trop loin en théorie)   certaines nanas sont satisfaites, et d’autres s’arrachent les cheveux.

Ici on fait partie de ceux qui sont contents, mes peureux de chats ( les monochromes) commencent à s’habituer à lui et ne pas risquer la crise cardiaque à chaque fois qu’il passe la porte,  donc à priori on va rester avec ce système-là ( la question qui reste c’est est-ce qu’il ne faudrait pas mettre une seconde session hebdomadaire de temps en temps)

Il y a bien quelques couacs, genre on a pas encore complètement de gérer le fait qu’il faut planifier les livraisons sur des heures ou c’est pratique et qu’on est garanti que quelqu’un soit là. Evidemment je dois aller à la poste un peu plus souvent que par le passé…

Et puis il y a les fois où le pauvre Patch me regarde avec des yeux suppliants de besoin de sortir alors que je suis en plein repas donc que je peux pas parce que je suis seule à la maison à ce moment-là…

Mais globalement, l’organisation s’améliore de mois en mois, et on est pas mort, aucun des animaux ne nous en veut mortellement et l’appartement n’est pas parti à vau l’eau ( encore que des fois à entendre les soupirs de Joe quand il nettoie, il doit pas tout à fait être d’accord avec moi)

 

 

“J’ai décidé de t’aider à faire le repassage. Je me couche sur les habits, et ça les aplatit! ” ~l’iPatch

 

 

Mais globalement on est très content

 

 

On a trouvé des routines qui nous font plaisir ( comme la promenade matinale des choiseaux qu’on met aussi souvent que possible Superchéri et moi)

Heidi en a profité pour gagner en indépendance.

Mais les plus gros changements c’est sans aucun doute chez moi qu’il faut les chercher

1. de reprendre complètement les rennes sans filet de l’organisation de la maison m’a forcé à confronter plusieurs choses, notamment le fait que mes doses de traitement n’étaient absolument pas suffisantes… et que non le status quo que je pensais pas mal question énergie, était très loin de ce que je peux en fait espérer.

Et purée ça c’est cool… je ne me souviens pas d’avoir eu autant d’énergie depuis des décennies…  sérieusement!   C’est encore un chantier en cours, parce que certaines fonctions reviennent plus lentement que d’autres, qu’il faut que je rajoute de la physio pour me donner un coup de pouce pour optimiser certains muscles.

2. reprendre les rennes sans filet, ça m’a aussi obligé à réapprendre un peu mieux à planifier par semaine, voire mois,  de faire  les commandes dans les temps au lieu de rattraper au fur et à mesure.   Lovely Nounou avait la fâcheuse tendance de me dire qu’un truc était vide quand il l’était déjà.  Genre “oh au fait les chats ont plus de nourriture pour ce soir”

On va dire que ça m’a permis de dérouiller des muscles d’organisation, de gestion de la maison que je ne me rappelais plus avoir.  Là aussi c’était un processus… qui pour tout dire continue 🙂

 

 

“Mais, mais? Tu as pas le temps de faire du yoga: on a un petit creux et on aime pas la sélection que tu nous as laissé!” ~Bazinga

 

 

 

La suite?

 

Bin pour le moment on va continuer comme ça…

Mais j’avoue que je vois les limites du système.   Beaucoup de choses à la maison reposent de facto sur mes épaules, et ce serait pas forcément compatible avec le développement de certains projets (  vous avez vu…  2 billets en moins d’une semaine, je crois que ma page-blanchite-aigue est en train de regresser… )

Parce qu’autant virtuellement, ou sans bouger de chez moi je suis flexible pour dégager des heures et faire en sorte de faire coincider le planning, autant le système touche immédiatement ses limites si par exemple j’ai des choses à faire en dehors de la maison les mardi ou jeudi ( où il faut que j’amène son lunch à Heidi)

Je sais pas trop quand… mais je sais qu’à terme si je veux bosser plus efficacement, je devrais  reprendre quelqu’un plus que pour le ménage hebdomadaire.

Par contre,  je mets à profit ce temps qu’il reste encore en solo, pour continuer de faire le tri entre tout ce qu’il absolument qu’on garde de notre période sans filet,  et ce dont il faudra que j’organise la délégation le moment venu.

 

 

Sur  ce, je vous souhaite un bon début de semaine,

 

 

mon administratif et les choiseaux plumés m’attendent…  et trouvent d’ailleurs que j’ai déjà trop langui ici,  ils n’apprécient pas la poésie du clavier qui tapote ni d’ailleurs les pauses nécessaires à relire ou trouver l’inspiration pour la bétise suivante à coucher sur pixel, bande d’ingrats!

A tout bientôt pour de nouvelles aventures ( et qui sait, la suite du billet obscuro-philosopho-poétique que je vous ai teasé il y a 2 semaines… le truc c’est que celui n’est pas encore a l’état de brouillon, donc je ne sais pas si je vais avoir le temps de m’en occuper cette semaine… )

 

______
* Pour les curieux, la photo en tête de billet a ça comme légende ” Bin si vous voulez tout savoir c’est affreux:  on doit ranger derrière nous, ça casse un peu de la joie exubérante de faire du chenis comme si c’était notre dernier jour sur terre” ~Blu

 

 

Share