Un pas en avant, un pas en arrière

Coucou de l’avant-dernier mardi mercredi de janvier!

 

 

Déjà! ( Là c’est le moment où sur facebook je placerai un smiley d’effroi)

 

De nouveau un billet dans l’adversité ( comprendre soit avec un oiseau sur la main, soit avec un oiseau sur l’épaule, soit avec un chat endormi entre le clavier et l’écran qui se retourne de temps en temps histoire de changer la musique en appuyant sur les touches)  qui me casse un peu dans mon élan pour arriver à me replonger dans les brouillons en suspens, et me donne plus envie de donner vie à l’image un peu folle de tenter de travailler à la maison avec la ménagerie.

 

Bref.

 

Des moments je suis tentée de migrer un moment à Starbucks, juste pour avoir un moment de calme ( ouais j’apprécie pleinement l’ironie de ce que je dis là…  note que il y a des heures où un Starbucks n’est pas forcément trop plein…)

 

Quoi de neuf?

 

 

On a tenu jusqu’au 23 janvier avant d’avoir Heidi qui s’effondre d’épuisement malade…  Elle est à la maison depuis ce matin hier, on croise les doigts à espérer qu’elle donne vite le tour.  Et je me prépare psychologiquement à lui annoncer la bonne nouvelle qui est qu’elle doit consulter un médecin à son réveil tout à l’heure…

L’occasion de constater que depuis la Suisse ( il y a un mois donc)  elle a du engranger 5cm, vu qu’elle ne passe plus du tout sous mon menton et commence à risquer de pouvoir me casser le nez si elle recule violemment la tête.   C’est marrant cette fois, c’est son torse qui essaie finalement de rattraper un peu le reste  ( elle a déjà des jambes aussi longues que moi, raison pour laquelle elle met du 34 adulte en pantalon depuis quelques temps)  donc que finalement ceci explique peut-être pourquoi la reprise la crevait à tel point.

On essaie de petit à petit faire les tris et rangements que je laisse trainer depuis des mois…  voire des années …  On a enfin pris l’armoire à la salle à manger qui devrait nous permettre de résorber le bazar qui traine.  C’est pas évident de faire avec les petites réserves d’énergie, mais si on se donne des goals raisonnables, genre arriver à finir les rangements d’ici la fin de Nouvel An Chinois…  ça me semble faisable…

 

 

“J’ai vérifié, le lave-vaisselle est tip top” ~Felix

 

 

Du côté des choiseaux

 

 

Déjà des fois on commence à se dire que la propension de nos animaux à s’asseoir sur les claviers/ télécommandes et enclencher musique ou télévision commence à dépasser la proportion où on peut simplement dire que c’est la chance au travail.  Je vous jure, ils le font exprès… l’iPatch rallume quasi systématiquement la télévision quand il s’installe sur le canapé ( vous me direz, on aurait qu’à ne pas y laisser trainer la télécommande, mais en fait c’est parce qu’on la glisse sous les coussins pour la protéger des oiseaux et de leur tendance à jouer avec eux aussi)

On s’amuse Superchéri et moi à constater les dernières évolutions des vases communiquants entre eux.  L’évolution la plus flagrante c’est Marichat qui du haut de ses 4kg ne voit pas pourquoi elle ne pourrait pas, elle aussi, faire comme Blu et se blottir sous le menton de Superchéri pour des calins ou lui grimper sur l’épaule.

Y’a aussi Felix qui a maitrisé le jeu d’équilibrisme sur l’éliptique, et y monte toutes les nuits ( parce que la journée Blu ne partage pas volontiers l’éliptique, il est à lui…  et puis un peu à Bazinga aussi)

Note que des fois on a Blu qui fait semblant d’être un chat, il se pose sur l’étagère des chats, rentre dans la boite en carton qui y est, et miaule…

 

En parlant de Blu…

 

… notre terreur qui est tellement la caricature d’un petit dernier que des fois c’est dur de se rappeler que ce n’est qu’un perroquet, et de ne pas finir les phrases des copines qui ont encore des enfants dans le terrible 2-3-4 en disant des trucs comme “ouais moi aussi il est infernal ces temps”…

Comme l’ont entendu toutes les personnes que j’ai vue en vraie vie cet hiver, Blu c’est la tronche qui quand tu fais un exercice de recall ( les faire revenir sur demande)  fait tout le salon à pied, saute le temps d’arriver sur tes habits et escalade tes habits jusqu’à ta main.  Il a fait exactement ce que tu lui demandais, mais il a été créatif dans son exécution.  Et il est hilare quand il fait ça.

Et non je n’exagère pas mon anthropomorphisation… dans la vie de Blu il y a une règle d’or: il doit avoir du fun…  et il a un espèce de pli de la paupière quand il se marre…  avec le temps c’est totalement reconnaissable ( Comme le sont d’ailleurs les fois ou Bazinga fait mine d’être adorable histoire de te détendre avant de t’attaquer sauvagement…)

On a eu une épiphanie dans la foulée de nos absences, du passage en Suisse, et des résultats sur le comportement de Blu.

 

1.  Blu est le plus énergétique de nos animaux… de loin…

2.  Blu a grandi entouré par des chats, il les imite… c’est pas forcément une aberration d’en conclure que c’est pas le seul truc qu’il a chopé des chats.  Et de mettre à la poubelle dans la foulée le mode d’emploi selon lequel tu stresses ton chat euh ton oiseau à le poursuivre pour l’attraper manu militari et qu’il faut l’éviter à tout prix…  parce qu’avec Blu si tu ne fais pas mine de le poursuivre et l’attraper de temps en temps il est désappointé.

et pour paraphraser Gary Oldman à l’époque du cinquième élément,  il déteste être désappointé…

 


C’est généralement à ce moment-là que nos oreilles prennent… parce que purée on l’écoute pas, on est bouché à l’Emeri et on l’empêche d’avoir du fun…

Ça veut dire que régulièrement on se retrouve comme des nouilles à poursuivre notre oiseau à travers l’appartement avec des tissus ( histoire d’augmenter la surface qu’on est capable de bloquer et lui fournir un challenge digne de ce nom.)  Selon l’humeur des autres choiseaux, ils se joignent à la fête et on se retrouve à jouer à un jeu d’attrape moi si tu peux où Blu joue contre 5 à 8 adversaires…

 

 

 

“Ch’est chouette le harnais, moi peut mieux voler dehors” ~Blu

 

 

On a donc instauré une nouvelle routine pour l’occuper dignement, qui fait que tous les matins on l’attrape manu militari pour aller prendre l’air: Tous les matins, il sort promener son chien…    Il kiffe le concept, parce que selon les jours, il se laisse attraper vachement facilement ( il faut bien lui enfiler son harnais).  Si si je vous assure, y’a les fois où il ne fait qu’une course-poursuite pour le principe… au bout de 3 tours de la salle de bain il se pose sur le sol et me laisse le temps d’arriver l’attraper.

On va dire que ça me donne les bases pour une dissertation philosophique pour savoir quand est-ce que tu peux te donner ou pas le droit d’antromorphiser…

Je vais rajouter ça aux brouillons en suspens,  tout comme la dernière mésaventure avec Bazinga, et vous souhaiter une bonne journée…

 

 

A bientôt  au prochain billet!

Share