What comes up must come down…

Hello tout le monde

 

 

( j’aime, ça me donne soudainement l’impression que des tonnes de personnes me lisent,  note que si on additionne le poids moyen des lecteurs réguliers, on doit probablement arriver à la tonne effectivement.  Cherchez pas, je suis crevée, et du coup mon cerveau fait un peu des siennes dans les comparaisons qu’il décide de faire, c’est comme d’un seul coup il décide que le titre est en anglais point à la ligne parce que d’abord il est catégorique il n’existe aucune équivalence digne de ce nom en français.

Il a probablement tort sur ce coup-là,  mais ça ne va pas vraiment faire avancer le schmilblick que je me mette à argumenter avec mon cerveau ouvertement sur le blog…  je ne crois pas avoir besoin de vous en remettre une couche quant au fait que j’étais décidément étrange parfois!)

 

Happy Deepavali / Diwali à vous!   ( si vous vous voulez vous faire une culture sur la fêtes des lumières et le fait qu’elle marque le nouvel an dans une partie de l’Inde, ou qu’à Singapour elle compte comme l’un des 4 Noël/Nouvel An avec la fin du ramadan, Noël et le Nouvel An chinois, je vous conseille la page wiki, y’a de la matière à lire! )

 

 

 

 

 

Heidi a fini son PSLE mardi dernier d’avant, les résultats tomberont fin novembre… et depuis on se retrouve elle et moi dans cet espèce d’état second entre stupeur, épuisement et tremblement qui accompagne la fin d’une session d’examen.

Tu as tellement l’habitude de fonctionner autour de tes examens à préparer que tu es étrangement désoeuvré,  tu as la fatigue qui te rattrape au fur et à mesure que l’adrénaline redescend.

L’occasion pour moi de constater que d’aider Heidi à passer ses examens, ça m’a mis dans le même état que si je les avais passé moi-même.  C’est moi, ou vous trouvez aussi ça chelou, vous?

Evidemment, elle a fini par tomber malade, même si les précautions prises pour qu’elle tienne la route ont fait qu’elle a mis 10 jours post-PSLE pour s’effondrer et passer 5 jours sur la canapé à cracher ses poumons.

 

Bref,

 

Je me traine depuis quelques jours ( et c’est là que pendant un court instant je regrette vraiment très fort LN, parce qu’évidemment il faut malgré tout servir à manger à tout le monde et compter  entre 30 minutes et 1 heure par jour minimum à s’occuper des animaux, et c’est en comptant la version paresseuse pour les promenades de l’iPatch)  qu’évidemment c’est cette semaine-là que Joe-l’homme-de-ménage est en congé

C’est là qu’on voit les limites du traitement médicamenteux.  Il couvre les symptômes courants, mais n’empêche pas les retours de flamme quand on en fait trop.

 

 

 

 

 

Alors on s’écoute,

 

 

Et on prend le temps de vivre…

On ne s’attend pas à tout résorber en un jour, on se prend plutôt des goals raisonnables…   genre tu ne fais que le truc le plus urgent de tes suspens, et pour le reste ça attendra bien demain…

On prend le temps de se regarder pédaler dans la semoule…

 

 

Et on savoure les petits plaisirs…

 

 

On rigole des soirs où Heidi et moi on est tellement crevée qu’on a des authentiques dialogues de sourds,

On disserte sur la réalité littérale d’expression comme se voler dans les plumes ou se prendre le bec…  je vous jure, ils font vraiment ça quand ils ne sont pas contents l’un avec l’autre

 

 

 

 

On regarde les choiseaux concocter la bêtise suivante ( et comme ils ont trop de temps libre, en particulier Blu, ils ne sont pas à court d’idées… par exemple au moment où je  vous écris ces mots,  Blu la terreur précité tente de me faire tomber un à un les livres de la bibliothèque)

( Au moment ou je relis ce paragraphe quelques jours plus tard, je suis en train de faire l’autruche quand au fait que la terreur et choupette ( et non choupette c’est pas toujours flatteur, la coccinelle était une sacrée peste)  se poursuivent sur le sol de l’appartement, pour la possession d’un morceau de mon inhalateur pour l’asthme qu’ils ont visiblement réussi à piquer quand j’avais le dos tourné,  le tout sous l’oeil attentif  de l’iPatch qui les séparera au premier signe de vraie bagarre en fonçant dans le tas.)

On rajoute inexorablement du scotch isolant sur nos cables électriques ( enfin plus particulièrement ceux des iPads, et des écouteurs de fille chérie)  pour qu’ils continuent à fonctionner malgré les coups de bec des oiseaux

On fait des reportages photos en temps réel sur les évolutions qu’on continue à voir au sein de la ménagerie, en particulier des membres félins du groupe qui ont commencé à tous dormir ensemble sur notre lit…

On se moque régulièrement de Superchéri, qui un jour lointain s’est plaint d’être l’humain le moins aimé des choiseaux.  Dans le genre faut se méfier des souhaits qu’on a:  quand il passe la porte, les chats prennent un ticket à la queue leu leu pour leur quota de caresses.

 

 

 

 

On se fait plaisir quand on fait à manger. L’autre soir j’ai tenté une calzone,  et à part le fait que ma pâte s’était cassée donc que le sommet de la calzone était un champ de bataille pour le reste ça a très bien fonctionné et c’est à refaire…

De temps en temps on s’accorde le droit de junk-fooder ( et de commander ou faire des trucs minutes comme les nouilles instantanées sans gluten saveur pho vietnamien qu’on a déniché chez redmart et qu’Heidi adore…)

On constate avec un peu de perplexité que la bouteille de gaz semble durer plus longtemps depuis le départ de Lovely Nounou… on n’a pas encore du la changer, alors qu’on l’avait fait pour la dernière fois au moins un mois avant son départ.

 

 

 

 

 

On se fait la rentrée des séries qu’on regardait d’habitude…

On regarde régulièrement Stephen Colbert, parce que c’est la seule façon qu’on a de gérer le flux d’information en provenance des USA sans se rouler en boule et paniquer…   Heidi y a pris goût en plus…  On se fait juste un peu de souci parfois sur la culture du stand-up qu’on lui refile.  Le sarcasme est définitivement en train de devenir sa langue maternelle!

On teste aussi un peu tout sur Netflix, mais on ne croche pas sur tout pour autant.  Heidi et moi on aime bien les comédies décalées genre ‘The Good Place’ ou ‘the Unbreakable Kimmy Schmidt’… Superchéri se fait des cures de sci-fi

Heidi continue sa série je-vais-voir-tous-les-films-d’horreur-possibles-et-imaginables…   Elle est aussi systématique pour ça que pour tout ce qu’elle entreprend.  Vous saurez par exemple que The Shining est bof, il y a juste quelques minutes elles sont vraiment fun et font peur… et que si on lui spoile un film d’horreur ça le lui gâche parce que ça arrête de lui faire peur…  donc que contrairement à TOUS les autres films, elle ne va pas lire le résumé du film sur wiki avant de le voir.

 

 

 

 

 

 

 

Bon sur ce, je vous laisse, et j’envoie le billet avant qu’il ne soit plus le mercredi de deepavali et que je doive de nouveau l’éditer pour corriger la timeline des trucs qui ont trop changé depuis…

Bonne fin de journée!

______________

 

*edit pour préciser que je sais que la phrase juste en anglais c’est ‘what goes up must come down’….  mais toujours cerveau à l’envers… il a décidé de me mélanger mes citations, et je l’ai laissée parce que je trouvais mignon, ça avait le bon goût en bouche à ce moment-là…

Share