Sa famille à mi-temps

Coucou du lundi!

 

 

Z’avez vu!  Un billet du lundi alors même que je vous en ai publié un la semaine dernière…  il doit neiger quelque part…

Et en plus il ne parle pas des choiseaux!   ( encore que… on peut argumenter qu’Heidi est un choiseau comme les autres, je vous jure des fois on ne voit pas la différence entre elle et les chats 😂)

 

 

Heidi, donc

 

 

Ces derniers temps, faut que je vous avoue que j’ai un nouveau péché mignon:  perplexifier ( si si je vous jure c’est un vrai mot, d’ailleurs vous l’avez compris non? donc c’est un vrai mot 😂)  les gens en parlant de la famille à mi-temps d’Heidi.

Pour bien comprendre l’étymologie de l’expression, il faut remonter dans le temps – jusqu’à mon séjour au Japon, qui fêtera allègrement son vingtième anniversaire ( 😱 )  en 2018  et qui si vous l’aviez loupé commence ici –   et avoir réalisé que si vous trouviez mon humour pourri, vous pouviez aller vous plaindre chez  Superpapi parce que c’est de chez lui qu’il vient…

Donc Superpapi, qui est l’un des principaux instigateurs de la dispersion des néologismes idiomatiques familiaux et qui y est pour beaucoup dans le fait qu’il faut un dictionnaire français-famille meri étendue pour bien nous comprendre,  avait commencé à parler de mes japonais en parlant d’eux comme de ma famille d’un an.

En partie pour gérer le choc des cultures qui fait qu’alors qu’en Suisse tu n’appelles généralement que tes vrais parents papa et maman,  en Asie, ça va être moins bizarre de dire papa et maman à tous les papas et mamans de tes amis que mettons les appeler par leurs prénoms, parce que papa et maman sont des titres au même titre que docteur, madame, et qu’à Singapour par exemple tu as vachement plus d’aunties et d’uncles que ce que tu en as de biologiques…

 

Bref,

 

La famille à mi-temps d’Heidi, avec laquelle il faut souvent coordonner les invitations d’Heidi histoire qu’elle ne manque pas quelque chose qu’elle voulait faire avec eux.

Bin c’est des voisins du condo. Ils ont ce qui manque chez nous à Heidi:  des frères et soeurs de variété humaine en plus des animaux ( ils sont à un animal sauvé près d’en avoir autant que nous!).  Ils ont beau fonctionner différemment de nous, ils sont tout autant excentriques, et surtout ils sont plutôt extravertis que ses comparativement-très-introvertis de parents.

Du coup, outre le fait qu’elle va nager tous les soirs ou presque avec eux,  elle passe pas mal de temps chez eux, et ils s’invitent à dormir parmi ( du coup nous,  on a des enfants supplémentaires à temps partiel,  et relativement régulièrement le week-end je me retrouve à faire à manger pour 5 au lieu de 3, j’ai quasi tout le temps du pain blanc au congélateur pour pallier aux éventuels petit-déjeuner à servir à l’improviste)

Corollaire, depuis quelques mois,  Superchéri est presque étonné quand il rentre le soir et trouve notre fille à la maison, respectivement s’il apprend qu’elle est là, il me demande à combien ils sont.

L’histoire d’amour a re-commencé pendant les vacances de Lovely Nounou ( non parce qu’elle les connaissait déjà avant, mais avec de longs mois quasi cloîtrée à la maison pour cause de soucis de santé, elle les avait un peu perdu de vue)  qui correspondait aussi au moment où Heidi se sortait de l’ornière physiquement.

Et elle a été scellée debut juin lorsque sa famille à mi-temps a sauvé 3 chatons orphelins qu’ils ont éduqué depuis leurs 2 jours de vie…

 

 

 

Les 3 chatons à mi-temps d’Heidi…

 

 

 

 

Au bout d’un moment…

 

 

Heidi étant Heidi ( comprendre étant toujours aussi inexorablement confuse avec les prénoms des gens)  à entendre ses amis appeler leurs parents papa et maman, elle a commencé à se planter de plus en plus souvent, jusqu’à abandonner complètement la bataille et elle aussi les appeler papa et maman tout le temps, vu qu’ils ont trouvé ça plutôt drôle au lieu de s’en formaliser ( ils sont une famille eurasienne donc de base habitant à Singapour ils auraient l’habitude de se faire appeler auntie et uncle, donc la différence était pas si dramatique pour eux).

Elle fait ceci dit un effort pour utiliser leurs prénoms quand elle nous parle d’eux à nous, ses parents biologiques, histoire qu’on s’y retrouve plus facilement…

Ils ont pas trop compris ce qui leur arrivait à vrai dire:  Heidi des fois, c’est un peu comme un chat : si tu commences à la nourrir elle revient tous les jours!

 ( et puis elle n’accepte les câlins que quand elle le veut, et si tu en veux pas tu peux être sur qu’elle te poursuivra pour en avoir,  elle est exigeante pour sa nourriture,  elle dort dans des positions improbables… mais elle est ce chat sociable qui – comme Marichat – n’est jamais aussi contente que quand elle gravite autour d’un grand groupe, alors que moi c’est plutôt le chat qui te regarde du sommet d’une armoire et disparait dès qu’il y a du monde, comme Felix)

Elle leur a laissé une brosse à dents à demeure chez eux ( et plaisante qu’elle a brûlé les étapes d’un emménagement vu que d’habitude c’est un tiroir d’abord, une brosse à dents ensuite)  une petite réserve de ses médicaments, histoire de ne pas avoir à revenir aux aurores pour prendre la première dose.

Elle rentre chez eux sans frapper, et ses frère et soeur à temps partiel ont cessé de frapper chez nous aussi. D’ailleurs c’est vite vu: les chats estiment inutile de se cacher pour eux!

 

 

Mais comment tu gères?

 

Bin en fait super bien…

Je sais qu’au cours des années plus d’une personne était persuadée que j’étais la mère poule personnifiée*…  Naaaaaan, avec le temps je crois que la maman oiseau qui me définit le mieux c’est que selon les périodes je suis volontiers une maman Koël ( une sorte de coucou que tous les résidents singapouriens connaissent pour son chant mélodieux mais insistant, et qui a la particularité d’être une femelle coucou documentée comme s’assurant de la survie de ses petits qu’elle a donné à éduquer aux corvidés locaux en gardant un oeil dessus et en les nourrissant également si le besoin s’en fait sentir. )

Sa famille à  mi-temps fait des choses avec elle qu’on ne peut simplement pas faire pour elle.  Lui apprendre à gérer des frères et soeurs et les conflits quand tout le monde est fatigué,  surveiller ses frères et soeurs, travailler son sens des responsabilités.   Elle va faire des courses avec eux, et du coup elle a un second regard sur le prix des aliments et la gestion d’un budget ( parce que oui, grandir c’est aussi ça!)

 

Et puis au passage on s’est refait des amis, on se rend service parmi, on s’invite à manger, c’est plutôt sympa!

 

 

 

 

Sur ce, et cette jolie photo d’Heidi traumatisant Toby ( parce que reconnaissez qu’il a l’air super rassuré), je vous souhaite une bonne journée, et une bonne semaine!

 

 

Ici on continue en rythme un peu étrange parce que c’est les jours de congé donnés aux enfants pour que les professeurs puissent faire les corrigés des examens de PSLE ( ils ne corrigent pas les copies de leur propre école, chaque copie est revue 2 fois pour voir si le décompte des points est le même, c’est complexe comme entreprise, ils donnent généralement 4 jours aux enfants du primaire, et pour les enfants de P6 c’est leurs premières vraies vacances de l’année!)   Heidi ne retournera à l’école que mercredi.

 

 

 

 

____
*Bon d’accord, quand on parle des choiseaux et comment les gérer et que faire pour eux, là je mérite le descriptif de mère poule personnifiée. L’autre soir j’ai fini la nuit sur la canapé du salon parce que les chats sont venus me chercher dans la chambre et ne voulaient pas rester seuls…   🙄

Share