Non-Stop

Coucou du lundi

 

 

C’est le quatrième ou cinquième essai pour vous scribouiller un billet qui me laisse suffisamment satisfaite pour presser publier au lieu de sauver le brouillon et le laisser prendre la poussière dans le cimetière des billets quasi-finis mais qui ne me plaisent pas.

J’essaie de finir désespérément un billet semi-sérieux qui vous donne des nouvelles de Lovely Nounou dans sa nouvelle vie ( elle va bien, même si elle est en plein dans la phase de choc culturel)  et de comment on survit sans elle ( plutôt bien à vrai dire, même s’il y a quelques couacs) ou du fait qu’on est tombé sur un homme de ménage en cherchant quelqu’un qui venait une fois par semaine pour faire les à-fonds…

Mais à chaque fois que je le touche, il lui manque un je-n’arrive-pas-trouver-quoi qui fait que bof, il me parait moche, sans vie, indigeste, bref impubliable!

J’ai essayé d’en reprendre plusieurs sur les choiseaux, notamment celui écrit à genre 90% sur le fait que l’intelligence d’un animal est directement corrélée à la quantité de bêtises qu’ils te font à la maison…  faut dire que les membres plumés des choiseaux s’occupent de mettre de l’eau au moulin de ce poste:  par exemple, samedi on a trouvé Blu la tête dans le grille-pain, il a fallu prendre l’habitude de le débrancher et le couvrir pour éviter le pigeon roti accidentel.

Mais pareil…  ils n’ont pas ce petit quelque chose en bouche quand je les relis qui font qu’ils me plaisent…

 

 

“Blu aime ice tea, paille être amusante!” ~Blu

 

 

J’ai celui sur le PSLE d’Heidi qui s’étoffe petit à petit mais hors de question de le publier alors les examens écrits sont tenus à cheval entre cette fin de semaine et le début de la prochaine.

En désespoir de cause ( après tout c’est un peu ma dernière opportunité vu la fréquence des billets pour en publier un avant octobre!)   j’ai sorti l’artillerie lourde: comprendre une des chansons qui exprime assez bien mon état d’esprit de ces jours, je l’écoute en boucle et j’essaie d’écrire ce billet-ci qu’au moment où j’arrive à ce paragraphe-ci, me plait pour le moment suffisamment pour que j’ose le publier.  ( Si vous êtes curieux, c’est celle-ci,  mais attention c’est le genre de chanson qui te donne le vertige parce qu’elle mérite son titre… )

Le tout avec un oiseau qui se fait les plumes sur mon écran ( et dont la queue obstrue une partie de l’écran)  et l’autre qui est posé sur mon épaule pour se faire les siennes ( et m’oblige à taper la tête légèrement penchée sur le côté, ça va aider mon torticolis quasi chronique)   et râle quand je tape trop vite parce que je le secoue un peu trop, tout en gardant un oeil distrait sur l’heure, parce qu’il va bien falloir les mettre au lit à l’heure, et faire le souper ( m’enfin comme on est dimanche, même du temps de Lovely Nounou j’aurais du garder ça en tête).

 

 

La vérité c’est que cette année 2017 me donne le vertige…

 

 

On est quasi en octobre et j’ai pas compris comment, elle passe encore plus vite que les précédentes,  les singapouriens ne plaisantaient pas quand ils disaient que l’année du PSLE est une aberration spatio-temporelle!  ( Non, ils disent pas exactement ça mot pour mot, c’est moi qui paraphrase)

Supergranny prend sa retraite en fin d’année.   Heidi se réjouit, elle se fait des plans selon lesquels du coup l’année prochaine elle pourrait faire le trajet seule et rester plus longtemps. Bon d’ici là, elle pourra avoir changé d’avis et décidé qu’il n’y a que ses nouveaux camarades de classe qui sont fréquentables.

Heidi a tellement changé ces derniers mois qu’elle me donne le vertige aussi.  C’est un gigantesque plaisir de la voir s’épanouir, et prendre ses aises dans la peau d’une jeune fille.  Quoiqu’en ont eu pensé plein de personnes au cours des années,  je suis le genre de maman poule-qui-vole donc pousse son poussin dehors du nid pour qu’il prenne son envol, donc je l’encourage dans toutes ses tentatives pour gagner en indépendance, et préparer au mieux son entrée en école secondaire dans quelques mois.

Chaque année me semble-t-il amène maintenant son lot de pépins de santé plus ou moins grave.  Cette année c’est une de mes tantes qui s’y colle.  A distance ainsi, on vit le tout avec un mélange d’étrange détachement surréel et d’anxiété de ne pas être plus proches.

Superchéri change de service, avec son lot d’imprévus du genre, il regarde le calendrier comme il veut, mais il n’arrive pas à  prendre le temps de venir en Suisse cette année.  C’est la première fois depuis 2013 qu’il ne pourra pas venir avec nous.

 

 

“Ton café est prêt! Si tu viens pas le prendre je vais jouer avec!” ~ Blu

 

 

On change plein de trucs: on est passé sur MyRepublic pour internet, on teste le nouvel opérateur téléphonique mobile Circles ( enfin techniquement j’en ai parlé à Superchéri et comme j’étais la seconde personne à lui en parler dans la même seconde hop il a sauté le pas dans les 24 heures,  s’il est content, on va probablement tous passer là-bas, c’est Heidi qui salive à l’idée de gagner 4GB sur son plan data!)

On a sauté le pas de Netflix ( faut dire qu’on profite de l’action pour les mois gratuits encore)  et on s’éclate à regarder plein de trucs qu’on aurait pas regardé autrement… Superchéri râle contre le fait qu’il est impossible à Singapour de désactiver le pin pour les shows rated R21, Heidi jubile parce que justement elle connait le pin et peut défier à tout instant le paternalisme singapourien quant à l’âge recommandé.

En parlant d’âge recommandé, et pour ne sauter qu’un peu du coq à l’âne,  vu qu’Heidi est en pleine phase film d’horreur, elle ronge son frein en attendant la sortie en DVD ( en streaming vous l’aurez traduit)  de ‘IT’  et assomme de questions sur le contenu du film toute personne qu’elle connait qui est assez âgée et avait envie de le voir au cinéma.

On a ouvert les paris que le jour de ses 16 ans, elle va fêter ça en se rendant au premier film NC16 qu’elle trouve.  Avec le caveat qu’elle va être très très vexée s’ils ne lui demandent pas sa carte d’identité pour vérifier qui elle a bien 16 ans révolus.

 

 

A un niveau perso,

 

 

Le fait de gérer la maison seule, est à la fois anxiolytique ( quand tout va bien) et anxiogène ( quand la machine s’enraie genre que je tombe malade, ou qu’il y a des imprévus) mais il faut bien admettre que la fatigue a augmenté.

J’ai du monter les doses de traitement, je pense avoir réussi à l’équilibrer au niveau rythme autant que faire se peut.

Je dois prendre du temps pour aller chez le dentiste, mais c’est un pas en avant deux pas en arrière, principalement parce que je supporte très mal de devoir garder la bouche ouverte le temps de faire les soins et que c’est un peu complexe d’expliquer au dentiste qu’il doit y aller doucement ( entre l’allergie au latex,  les médicaments que je supporte pas et autres précautions d’utilisation, ils sont super à l’aise à bosser sur mes dents, ce qui aide à me mettre en confiance 😂 )  et en médecine chinoise parce qu’à ce jour c’est les seuls qui arrivent à stabiliser ma nuque quand elle fait des siennes, mais faut que je change de praticien, parce que j’en veux un dans le quartier, et du coup je suis terrorisée à l’idée d’aller expliquer le topo à quelqu’un de nouveau.

Je constate avec un certain amusement ( bon d’accord je ris jaune)  que je vis aussi mal le stress des examens quand c’est pas moi qui les fait,  et je compte les jours jusqu’à ce que le PSLE soit passé.

 

 

Sinon les choiseaux vont pas trop mal…

 

 

Bon évidemment je vous dis ça et droit derrière, je nettoie le vomi de Sieur Felix, parce que môsieur a rien trouvé de mieux de goûter la colle chaude solidifiée sur le sol d’Heidi ( elle bricole pour gérer son stress)

Marichat a des hauts et des bas, mais globalement comme les massages marchent bien, elle est contente.  On la chope régulièrement à faire des parties de courses-poursuites dans l’appartement avec les deux autres. Après évidemment elle le paie, mais heureusement dans ce cas,  comme dit Superchéri, Marichat n’a pas des humains, elle a des masseurs thérapeutiques à demeure et corvéable à merci.

 

 

“Dis dis, on la réveille….” ~Blu

 

 

 

Sur ce, j’ai apparemment réussi à pondre presque 1400 mots, donc on va vous laisser reprendre une activité normale…

Je vous souhaite une bonne journée, une bonne semaine, et rendez-vous en octobre!

 

 

 

Share