La fin d’une époque

Il s’est passé quelque chose d’étrange pendant les vacances de Lovely Nounou

 

 

( Oui! C’est un des billets que je ronge mon frein de publier depuis des semaines, parce que tant que toutes les choses n’étaient pas complètement officielles je préferais ne pas le mettre noir sur blanc sur la toile, mais là, les décisions ont été prises, et même si elles ne sont pas encore toutes effectives, elles sont sûres et certaines)  

 

 

Quelque chose qu’on avait jamais ressenti à ce jour lors de ses vacances précédentes, ou de celles de Lovely Yaya avant cela d’ailleurs.  Pour la première fois, Heidi et moi au lieu de simplement compter les jours jusqu’à son retour comme d’habitude…

On a aussi pris notre pied.

Alors je dis pas qu’on a pas malgré tout compté les jours, que les choses soient claires, surtout avec les 10 jours de retard non-prévus.

Tout simplement parce que depuis 8 ans que Lovely Nounou est en charge du ménage, tout est acheté selon ses préférences et sa taille ( qui est grosso modo la même que celle d’Heidi)  et non pas la mienne… et sachant que je suis la seule à laver la vaisselle quand elle n’est pas là, des trucs comme un lave-vaisselle me manquent un grand coup quand elle n’est pas là et que je dois tout faire à sa place.

Que je déteste la panosse ( traduire la serpillère pour mes lectrices et lecteurs français)  qu’elle a acheté par exemple, que perso je trouve méga chiante à utiliser…  bref des petits trucs comme ça.

Que j’ai vraiment regretté son absence quand j’ai été mal fichue, au lit et forcée de quand même faire tourner la maison.

Mais, pour la première fois, le plaisir d’être tous seuls chez nous était essentiellement supérieur aux inconvénients de l’être.

 

Alors on avait pas spécialement l’intention de faire quoi que ce soit de ce feeling, on avait repris notre quotidien sans trop se poser de question… jusqu’à ce que Lovely Nounou vienne nous avouer à reculons que la volaille la terrifie, et qu’en plus elle pense y être allergique.

 

On a essayé de regarder ce qu’on pouvait modifier qui permette à tout le monde de bien cohabiter,  mais ce que Lovely Nounou aurait espéré – comme mettre les oiseaux à plein temps sur le balcon, ou faire en sorte qu’ils ne passent pas leur vie à faire des miettes de carton et de bois,  où cessent de venir les épaules te demander qu’est-ce que tu trafiques quand ils sont en stabulation libre dans la volière l’appartement –  ça tient de mission impossible quand on a des perruches à collier.

Perruches, perroquets, même combat, c’est des animaux qui ont besoin d’interagir avec leur groupe pour être bien dans leurs plumes, donc qu’à moins d’avoir une belle volière, c’est toi qui fournit une partie de leur vie sociale. Sans compter que des jeunes animaux comme Blu ( et Bazinga dans une moindre mesure) comptent longtemps sur les liens avec leurs parents et le groupe pour terminer leur maturation, donc qu’ils ont besoin de beaucoup d’interaction pendant leur jeunesse.

Là-dessus, tu rajoutes le fait que les choiseaux sont une entité à part entière qui prend son pied à jouer ensemble tous les matins.  Par exemple, pendant que Blu la terreur fait courir et chauffe le chien, j’ai vu plus d’une fois Bazinga revenir en arrière pour s’assurer que les chats la suivent bien à travers la pièce.   Ces moments de jeux, c’est une part intégrale de leur bien-être mental,  pour le meilleur et pour le pire on est leur colonie d’autant plus que s’ils se rapprochent l’un de l’autre, leur relation n’est pas encore stable, et on ne peut pas, sous peine de recevoir la facture de la grosse colère,  les isoler des autres.

 

Bref…

 

C’est pas qu’on comprend pas les réticences de Lovely Nounou, Heidi a plus ou moins vécu les mêmes ( et les a géré en créant un compte instagram qu’elle alimente avec des photos des terreurs, et discute avec plein d’autres parents de perruches, c’est même à ce jour son compte instagram le plus suivi… la photo ci-dessous en est extraite 😉 ) et je crois avoir déjà dit que leur arrivée n’a pas exactement été une partie de plaisir pour moi non plus.

 

 

How do I open this thing, ahh this is so hard to open!! #IndianRingneck #IRN #thekirdies #kirdies #bird #Bazinga

A post shared by TheCrimeParrotBuddies (@thecrimeparrotbuddies) on

 

 

C’est juste qu’on ne peut pas y répondre et espérer que tout se passe bien pour tout le monde…   à vrai dire, à moins qu’elle ne passe du temps à interagir avec les dinosaures et confronte de face sa phobie, elle va droit à la catastrophe la prochaine fois qu’on part en vacances, parce qu’ils ne vont pas lui faire de cadeaux.

 

Ceci dit au fil des discussions, d’autres choses sont sorties…

 

On est un peu tous arrivés à la conclusion qu’ il fallait bien s’avouer que la description de son job avait bien changé au cours des années.  Heidi est une ado ( mais chuuuuut elle n’aime pas qu’on le lui rappelle)  qui vit de plus en plus sa vie , les animaux se sont multipliés et sont tous un peu particuliers…  soyons honnête, on a pas exactement l’archétype des animaux normaux ( encore que qu’est-ce qu’un animal de compagnie normal, bonne question… mais disons que les nôtres sont un peu tout le temps sur les bords qu’une courbe de Gauss entre les malades chroniques, ceux qui savent plus trop à quelle espèce ils appartiennent, etc. )

 

 

 

 

On a changé pas mal dans les 8 ans qui se sont écoulés depuis l’arrivée de Lovely Nounou dans notre vie.

Lovely Nounou de son côté,  a aussi beaucoup changé. Elle a passé ses 30 ans, rêve par moments de faire d’autres choses de sa vie…  parce que soyons honnête une vie à Singapour quand ça se passe bien avec ses patrons c’est sympa, mais c’est aussi une vie dans une bulle spatio-temporelle un poil infantilisante, où ses perspectives d’avenir sont extrêmement limitées, où elle vieillit d’un côté, que sa vie change aux Philippines, mais que son quotidien ici reste lui presque stationnaire.

Et puis, elle  a perdu sur ces dernières années pas mal de ses amies à Singapour…

Bref, tout ça pour dire que…

 

Lovely Nounou nous quitte…

 

Après moults refléxions, elle part rejoindre une de ses soeurs au Moyen Orient, qui lui a apparemment trouvé un job dans un bureau.   Pour être 100% honnête, on l’a encouragé à se lancer dans l’aventure, parce qu’elle avait envie de voir sa vie évoluer, et qu’on ne peut pas lui fournir ce qu’elle voulait, comme elle le voulait.

Son départ est agendé dans les semaines à venir, le temps que sa demande de visa là-bas soit gérée…

Elle va nous manquer ( je vous parle même pas de la note de psy qu’il va falloir pour l’iPatch parce que sa Lovely Nounou ne revient pas cette fois… naaaaan j’exagère, il va reporter sur moi, mais il va s’en remettre….  pffff )  même si on est vraiment contents pour elle, qu’elle écrive le chapitre suivant de sa vie.

 

 


 

 

 

Et on s’est dit que c’était comme un signe de s’intéresser à ce feeling qu’on avait eu pendant ses vacances: on a décidé de ne pas la remplacer…

 

 

Compte tenu du plaisir qu’on a eu à se débrouiller seul pendant ses dernières vacances, et du fait qu’en ce moment ma santé semble plutôt stable ( je vais pas m’étaler mais on a modifié un peu mon traitement il y a quelques mois et ça fonctionne vachement mieux qu’avant!)  on se dit qu’on va profiter du message et essayer de fonctionner seuls.

On a commencé à s’organiser pour l’après depuis quelques semaines déjà: on a rajouté un lave-vaisselle, et Superchéri s’est lancé dans une étude de marché comparative des aspirateurs-robots, on a réactivé nos divers comptes en ligne pour se faire livrer les courses à la maison au lieu de se déplacer, on fait des repérages ès femme de ménage qui passe une fois par semaine faire les à-fonds.

Bref, on se prépare à voler de nouveau sans filet…

On se réserve le droit de réévaluer le cas échéant, mais on a envie de vivre l’aventure 🙂

Ça signe la fin définitive de nos week-ends quasi improvisés vu qu’on devra en priorité avant même de gérer le reste trouver du monde pour gérer la ménagerie…

M’enfin…  est-ce qu’on en faisait vraiment?

Naaaaaan!  Depuis plusieurs années déjà, on ne part tous ensemble qu’une moyenne de deux fois par année, et ce n’est jamais improvisé, donc c’est pas comme si c’était une perte vitale!

 

Bon, avant que je ne tergiverse plus, ou que l’orage en préparation me fasse sauter les plombs, je vous envoie le billet… et vous donne rendez-vous pour le prochain d’ici quelques jours!

( il est écrit, il ne me reste qu’à lui mettre la touche finale, il faut que je vous présente…  Albert😂)

 

Bonne fin de journée!

Share