juste pour rire,  la miss,  Les choiseaux

La ménagerie s’agrandit… les boulies

Share

Coucou la compagnie

 

 

J’espère que la semaine commence bien pour vous.   Ici, c’est la semaine du PSLE marking ( 4 jours sans école parce que les profs font les corrections des examens finaux des P6)  donc c’est école à la maison,  et elle sent vachement les examens de fin d’année qui approchent, cette semaine,  donc évidemment c’est un peu tendu ( à fortiori quand on a manqué autant que ce qu’Heidi a manqué cette année scolaire). On va dire que beaucoup se joue dessus.

Bref.

Passons donc ( enfin si j’arrive à faire en sorte de taper une phrase complète vu le nombre d’interruptions à la minute d’Heidi qui revise et vient me poser toutes ses questions ( que ce soit un trou dans sa connaissance ou une question qu’elle ne comprend pas)) à des sujets plus réjouissants:

 

Les boulies.

 

Alors là, normalement,  Superpapi et Supergranny sont morts de rire,  parce que le terme des boulies, on l’a chopé un après-midi d’été au col du Grand-St-Bernard il y a un peu plus de 5 ans de ça.

 

st-bernard-2011-1
Le col du Grand St-Bernard, le refuge et la frontière…

 

J’avais apparemment jamais écrit dessus à l’époque, mais imaginez une journée ensoleillée ( mais au dire de Little Miss Singapore glaciale dès qu’on était pas en train de courir ou de sauter d’un caillou à l’autre)  ousque Supergranny, Superpapi, Marraine, Heidi et moi, on était monté au col du Grand St-Bernard pour voir les chiens, parce que l’été c’est là-bas que la fondation Barry ( qui a repris l’élevage des St-Bernards depuis que les frères ne s’en occupent plus)  a ses quartiers ( l’hiver ils sont à Martigny).

Après la crise de panique parce que “oh mon dieu on est en Italie, et j’ai montré mon passeport à personne, je suis un immigrant illégal” ( à la décharge d’Heidi, elle n’est pas la seule à souffrir de ce syndrome, toutes les personnes qui ne peuvent pas ignorer qu’ils quittent leur pays parce qu’ils doivent systématiquement passer un contrôle aux frontières en souffrent.

Je me souviens encore de la tronche de ma famille d’accueil japonaise quand l’officier des douanes – on était pas encore dans Schengen pourtant – leur avait juste souri et fait signe de continuer lorsqu’on avait passé la frontière direction Chamonix, mythique!)  on avait pris un pique-nique avant d’aller visiter le refuge, se balader un moment avec une partie des chiens, puis on avait assisté à la pitance des chiots.

 

Col du Grand St-Bernard - un des chiots de la portée actuelle au chenil... ils sont de mi-juillet... ils sont 7 et trop craquants...
Hein que c’est mignon un chiot St-Bernard de quelques semaines!

 

 

En nuée ça donnait ça, ils étaient 7, ces boulies-là
En nuée ça donnait ça, ils étaient 7, ces boulies-là

 

 

Et la dame qui s’en occupait appelait sa horde de chiots ” les boulies” ( à ne pas confondre avec les bullies* encore que parfois quand Cuddles insiste très lourdement auprès de Lovely Nounou sur l’idée qu’elle n’aurait pas assez mangé, on se dit qu’il doit effectivement y avoir un problème d’auto-correcteur!)

( Et inutile de préciser qu’aussi mignons que soit un chiot St-Bernard, ça grandit tellement vite que contrairement à d’autres chiens, ou chats d’ailleurs, que tu peux porter quand ils ne font pas ce que tu veux, là,  il faut les entrainer à te suivre à la demande depuis tout petit, sinon tu es pas dans la mouise le temps qu’ils aient 4 mois!)

Bref…

Les boulies, pour décrire une horde de chatons qui par moment tient du fluide, et d’autres moments de l’anarchie totale…  Heidi et moi on s’est dit que ça le faisait.

 

p.s. juste pour le plaisir, Heidi en train de marcher dans la montagne avec 2 St-Bernards
p.s. juste pour le plaisir, Heidi en train de marcher dans la montagne avec 2 St-Bernards, lesquelles étaient boueuses d’être aller barboter dans le lac!

 

 

Venons-en à nos moutons, euh nos chatons!  Nous en étions restés à l’arrivée à la maison de 2 chatons au lieu d’un…

 

 

Premier ENORME baton dans les roues.  Heidi n’arrive pas à retenir le prénom originel de Felix…   et décide immédiatement ( c’est mauvais signe, elle arrive JAMAIS à trouver un nom facilement d’habitude)  de le renommer Felix – alias Fix-it Felix Jr. et non pas Felix le chat, tradition Disney oblige – ou Fefe pour les intimes.

 

 

felix cat tree oct 16

 

Second baton dans les roues, l’arrivée à la maison ne se passe pas exactement comme prévu.  Cuddles est terrifiée du chien, alors que Fefe est raisonnablement curieux,  et elle décide rapidement de ne pas sortir du camp de base – comprendre la chambre d’Heidi au grand désappointement de Marichat qui n’apprécie guère le changement, quand bien même, en fait,  elle passe sa vie sur l’arbre à chat du salon, ou dans le casier de mon bureau qui contient un panier.

Fefe se fait très rapidement une place dans nos coeurs, à être la machine à bêtise intrépide ( il a quand même appris en moins de 12 heures à grimper dans la mezzanine d’Heidi alors que ni Marichat ni l’Elsa n’avaient jamais pu résoudre le problème, il a même réussi à utiliser l’échelle à barreaux ronds métalliques lisses pour le faire,  alors que pour un chat c’est hyper glissant!  Sa soeur d’ailleurs ne s’y risque pas, elle continue d’utiliser le chemin alternatif qui consiste à faire une séance de parkour via la bibliothèque et se hisser à la force de ses griffes dans le matelas… )

 

les_boulies_10_2016-2

 

Il est hyper sociable, et ne se laisse pas rebuter par les premières réactions un peu froides de Marichat, il continue d’essayer d’expliquer au chien comment jouer ( m’enfin quand il saute sur l’arrière-train du chien par surprise,  l’iPatch le prend pas très bien, je pense qu’il doit prendre ça comme une insulte à son tour de taille de se faire confondre avec un buffle ou un gnou! )

C’est lui qui grimpe entre les unités du serveur, et essaie de se transformer en poulpe liquide quand tu essaies de le retirer de là…

Il accourt quand sa soeur pleurniche,  il accourt quand Marichat pleurniche aussi, même si pour le moment elle ne le prend pas toujours très bien.

Bref,  après 3-4 jours la décision est prise: on le garde lui, et on rend sa soeur, qui continue à ne jamais sortir de la chambre.

Heidi est un peu triste, mais comprend le principe… et puis c’est Fefe qui vient dormir contre elle la nuit, a le plus de tolérance à lui servir de peluche vivante…  donc le changement de plan est raisonnablement facile à avaler. Superchéri quant à lui, préfère Fefe de toute façon. On avertit la dame du changement, et on prend rendez-vous pour rendre Cuddles.

 

 

C’est à ce stade-là que les choses déraillent…

 

 

Parce que si vous vous souvenez bien, au billet précédent, je vous avais parlé des rendez-vous vétérinaires de Marichat, ousque le vétérinaire me prend un gros poil pour une hurluberlue, et qu’on a conclu à la dépression dans la grande question de la poule et l’oeuf.

Mais ce qui nous a poussé à consulter de base, c’est que Marichat a commencé à refuser de s’alimenter et vomir, qu’on a réalisé qu’elle n’allait plus à selles depuis un moment ( comme les chatons étaient en quarantaine de leur côté, c’était facile de faire le décompte, maintenant qu’ils vivent essentiellement tous ensemble c’est plus enquiquinant de tenir le décompte à jour et savoir si on doit paniquer ou pas)

Donc vétérinaire, 3 médicaments pour réguler son transit et un sale pressentiment dont on arrive pas à se débarrasser que les mésaventures santé de Marichat ne font que commencer** plus tard…

Je me suis retrouvée incapable de rendre Cuddles***.

Fefe est hyper social,  encore plus que Marichat,  et lui faire faire le deuil de sa soeur, pour le laisser dans la situation où il risque de se retrouver seul… comment dire ah oui, le chat qui déprime gravement avec un deuil au point de mettre sa santé en danger on en a déjà un en stock en ce moment apparemment, si on pouvait s’en éviter un second ce serait pas mal!

Et puis, Cuddles donnait finalement des signes où elle prenait ses aises chez nous, et osait de plus en plus s’aventurer dans l’appartement.

Et puis Lovely Nounou a relayé via Heidi qu’elle faisait sécession si on la rendait parce qu’elle la trouve trop trop belle…

 

 

les_boulies_10_2016-4

 

 

Donc armée de toutes ses excuses raisons rationnelles extrêmement solides , j’ai admis que bref, on avait 3 chats!

Et évidemment à ce stade, l’histoire de la ménagerie à 5 ne fait bien sûr que commencer,  mais faut que je fasse des maths avec progéniture adorée, donc je vais vous laisser là!

 

Bonne journée!

 

 

 


*bullies pour petits tyrans 😉 si vous faites parties des lecteurs purement francophones du blog

** donc, pour résumer, Marichat a un transit qui s’est ralenti au stade où c’est dangereux pour sa santé.  A priori, en l’état actuel des investigations, c’est la conséquence de sa dépression.  Le problème étant que pour un chat, d’une fois que le phénomène démarre,  c’est difficile de le stopper, et que potentiellement elle va rester toute sa vie avec un transit plus délicat.   Là, elle nous donne quelques signes que ça fonctionne quand même sans traitement, mais je n’arrive pas à la sevrer complètement des médicaments, et c’est pas sûr qu’on y arrivera.

En plus “cerise” sur le gâteau, il y a des moments où elle nous rappelle fichtrement l’Elsa dans les endroits qu’elle lèche et l’application qu’elle y met.  Donc on est un peu nerveux qu’il y ait un problème sous-jacent qui va ressurgir à terme.  Ceci dit, elle n’a que quelques mois de moins que l’Elsa,  et au même âge l’Elsa avait déjà des problèmes de douleur marqués,  donc on se dit que si par hasard c’est bien les signes d’une tendance à la pancréatite,  de la faire maigrir devrait suffire à la stabiliser pour quelques années encore.

L’arrivée des chatons la stimule et la fait sortir de sa coquille petit à petit,  elle va mieux, rejoue un peu plus spontanément, et la seule raison pour laquelle Heidi n’a pas encore 3 chats à dormir dans sa chambre la nuit, c’est qu’elle ne se sent pas encore assez à l’aise pour rentrer sur ce qu’elle considère comme le camp de base des boulies.   Elle les appelle pour qu’ils restent avec elle au salon la nuit par contre, les pauvres ils ne savent plus où donner de la tête! 😂

***Ouais je sais, Cuddles c’est pas un prénom Disney,  techniquement c’est un prénom Pixar, mais on va pas chipoter!  Et oui, on a osé! Comme on aimait le prénom Cuddles et qu’on trouvait que ça lui allait plutôt bien,  on a été googler à donf’ pour dénicher si on pouvait le faire coller à notre tradition à posteriori, où s’il allait falloir qu’on l’appelle Bubbles à la place!  On a finalement déniché un Cuddles the Alligator, qui est un des jouets de bain de Bonnie, la petite fille de Toy Story 3 qui hérite des jouets d’Andy, et qui apparait dans le court-métrage diffusé au début du monde de Némo en 3D. En plus ça lui va bien, Cuddles l’Alligator, en ce moment elle fait ses dents, et vient nous mordiller pour gérer la douleur qu’elle ressent ( ouais apparemment, chez les chatons aussi, il y a des modèles qui souffrent quand ils sortent leurs dents définitives!)

 

 

 

 

Share
Share