juste pour rire,  Les choiseaux

La ménagerie s’agrandit… deuil, déprime & suite logique

Share

Coucou la compagnie…

 

 

Bon alors concernant le délai pour fournir ce billet-ci, je vous prie de renvoyer les plaintes à l’adresse de Bazinga directement.

Où quand ta perruche décide de t’aider à taper…

1. ça arrache les touches de ton clavier
2. ça s’installe sur ton doigt et refuse de bouger de là
3. si tu arrives à la persuader de bouger, ça pleurniche ( comprendre te défonce les tympans à hurler en vrai)  pour te convaincre de la reprendre…

( et non, contrairement à Superchéri elle ne me monte pas sur l’épaule, donc je ne peux pas me la jouer comme ça, et puis quand elle lui fait le coup, entre les moments où elle lui replie le col, et ceux où elle lui pince les oreilles,   il ne peut pas exactement bosser en paix non plus! )

 

"Tu as vu? Je suis déjà la parfaite caricature de l'auteur... avec ma tasse de café vide qui traine encore sur mon bureau!"
“Tu as vu? Je suis déjà la parfaite caricature de l’auteur… avec ma tasse de café vide qui traine encore sur mon bureau!”

 

Donc, c’était un long travail de persuasion pour lui faire comprendre le bien-fondé de me regarder depuis sa cage et de surveiller l’écran à distance par dessus mon épaule, avant d’arriver à reprendre un billet. Que je devais généralement interrompre derechef parce que c’était l’heure d’aller chercher Heidi 😂

 

Mais là, pour le moment, on est plus ou moins au point, donc allons-y!

 

Bon alors,  vous savez déjà tout de l’arrivée de Bazinga 😀

 

Mais quid des chats?

 

 

Marichat déprime
“Madame? Faut qu’on cause… alors comme ça un chat a plus le droit de déprimer et de se lamenter sur sa solitude en paix? Il fallait que tu me ramènes de la compagnie? 2 chatons en plus? Je proteste!!”

 

 

Alors là, on va faire un petit crochet par le départ d’Elsa, dont je vous ai toujours pas parlé en détail, mais disons en résumé qu’on a pris la décision de l’endormir, compte tenu du fait que les traitements ne couvraient pas sa douleur et qu’inexorablement elle continuait à diminuer.

Depuis des mois, on vivait avec 2 chats qu’on ne pouvait que très rarement laisser en même temps dans le même espace vital.

On pensait donc  – un peu –  naïvement que Marichat allait se sentir quelque peu soulagée de ne pas risquer de se faire voler dans les poils à chaque fois qu’elle mettait le nez hors de son camp de base.

Que nenni…  elle a passé son temps à chercher l’Elsa, et avec notre absence subséquente, s’est discrètement enfoncée dans une belle dépression ( oui, je vous dis ça après 2 passages chez le vétérinaire, où à force d’examens on est arrivé à la conclusion que c’est bien la dépression qui chapeaute ses autres soucis. Ils me prennent un peu pour une hurluberlue là-bas… m’enfin il fallait bien qu’ils le comprennent un jour! )

On est rentré de Suisse pour avoir un chat qui mangeait plus grand chose, négligeait un poil sa toilette, et dormait quasi 23h par jour.

On s’était toujours dit que c’était un chat à chats ( comprendre ces chats qui sont malheureux s’ils ne vivent pas en groupe)  mais à ce point-là, on ne s’imaginait pas…

Bref,  alors même qu’on est dans le plus intense de la phase d’arrivée de Bazinga, on se lance directement dans la “chasse” au chaton ( histoire d’optimiser les chances que toute la ménagerie s’entende).

 

 

Cuddles dont le nom ne fonctionne avec notre manie de donner des prénoms Disney à nos animaux mais qui était si 'cuddly'
Cuddles dont le nom ne fonctionne avec notre manie de donner des prénoms Disney à nos animaux mais qui était si ‘cuddly’

 

 

Le réseau des Crazy Cat Ladies qu’on s’est arrangé sur Facebook fonctionne bien, et en moins de 24h j’ai le nom d’une dame qui a des chats à placer.  Elle nous envoie une photo adorable d’une petite femelle de 3 mois et demi,  qu’ils appellent Cuddles,  et qui est majoritairement noire, et sans queue ( ce qui chagrine Superchéri mais perso ne me dérange pas, ça me donne l’impression d’avoir un chat de race)

 

 

Rendez-vous est pris pour le week-end suivant.

 

 

Le week-end suivant, après un achat à l’arrache la veille au soir d’un panier à chats, alors que je sortais du cinéma avec Heidi,  Flo et ses kids ( parce que j’ai jamais pu rentrer à la maison avec le panier d’Elsa… qui de toute façon avait mal supporté l’humidité du balcon)  direction la région du stadium, ses condos au bord de l’eau et rien d’autres.

Pour passer un moment avec la quintessence de la crazy-cat-lady accidentelle ( parce que moi, je le suis absolument sciemment… )

 

 

Felix et Cuddles

 

 

La CCL accidentelle?  C’est la personne qui nourrit un chat errant une fois par pitié, sauf que rapidement les chats du quartier se passent le mot et viennent de plus en plus nombreux au point de rendez-vous.   Et puis un jour,  s’il y a des femelles non-stérilisées dans le lot, elles vont probablement commencer à amener les petits… et de générations en générations, non seulement en deux temps trois mouvements vous avez 20 à 30 chats qui débarquent,  mais en plus les secondes générations vont probablement vous faire confiance pour vous occuper de leurs petits ( mais qui ne se laissent pas attraper pour se faire stériliser pour autant).

C’est un peu ce qui arrivé à cette famille.  Et Cuddles fait partie d’un lot de 7 chatons, déposés les uns après les autres chez la dame au moment du sevrage.

Elle travaille donc à placer une partie des chats, et plus particulièrement les chatons ( parce qu’évidemment c’est les plus simples à placer en général, parce qu’ils sont trop chouuuuuuus- mais pour être honnête ceux qui se font abandonner aussi le plus facilement quand leurs adoptants désenchantent 😢 –  quand bien même ce sont d’authentiques machines à bêtises, etc.)

 

M’enfin vous me direz, comment on en arrive de l’arrivée annoncée chez nous de Cuddles à 2 chatons?

 

 

Bin parce que la dame a un plan de la mort qui tue, compte tenu de la personnalité de ses chats ( et un gros piège compte tenu du coeur d’artichaut d’Heidi…)  pour faire une adaptation en douceur…  c’est de nous prêter un second chaton de la portée,  alias Felix-qui-s’appelait-pas-encore-comme-ça-mais-dont-Heidi-a-jamais-pu-apprendre-le-nom-donc-qu’elle-l’a-renommé-illico,  pour quelques jours le temps que Cuddles s’adapte à son changement d’environnement et ensuite hop on le ramène.

 

 

"Dis madame, pourquoi c'est que l'oiseau qui écrit le billet, moi aussi je veux aider, tiens j'ai déjà les lunettes... Quoi comment ça elles ne sont pas au bon endroit?"
“Dis madame, pourquoi c’est que l’oiseau qui écrit le billet, moi aussi je veux aider, tiens j’ai déjà les lunettes… Quoi comment ça elles ne sont pas au bon endroit?”

 

 

Heidi hoche vigoureusement la tête, dit qu’elle va gérer, que c’est pas un souci…   donc bin on repart avec 2 chatons.

Ouais, des fois, ma capacité à dire catégoriquement non à ce qui me semble être une fausse bonne idée est légèrement déficiente, z’avez le droit de vous moquer!

Et là… une fois à la maison… tout déraille…

 

 

Ce sera pour le prochain billet 😇 et je suis navrée:  le temps d’arriver à mettre le point final, sur ce billet-ci, ça veut dire que le cliffhanger ne sera résolu que lundi!

 

 

Bon week-end, hein!

 

 

 

 

 

 

 

Share
Share