bla bla quotidien,  la miss,  meri-philosophe,  Singapour

Octobre Noir

Share

Bon vous l’aurez vu, ça fait un mois quasi que je n’ai pas laissé de billet.

 

 

Le quasi-hiatus du blog trouve sa racine dans le fait que c’est probablement le mois d’Octobre le plus noir qu’on se rappelle avoir vécu en très très longtemps.

Bon d’accord il y a 3 ans, avec la chute de cheval en montagne de Superchéri c’était puissant…  mais on était très conscient du fait qu’on avait eu beaucoup beaucoup de chance dans notre mésaventure, et qu’à la place d’avoir une opération et une convalescence, on aurait pu avoir un cercueil ou un tétraplégique.

Bon d’accord il y a 9 ans c’était puissant aussi… franchement débarqués à Hong Kong…   mais on était en plein dans l’ivresse du début d’expatriation qui faisait que même si s’en prenait de tous les côtés on vivait le tout comme une grande aventure exaltante, avec des nouveaux trucs à découvrir tous les jours.

Non, je dois remonter à octobre 2002, et l’automne doux-amer de folie qu’on avait vécu dans le sillage de la fin de vie de ma belle-mère.

 

 

IMG_9158 orchids

 

 

On est fin octobre…

 

 

On a, entre autres,  l’ordinateur de Superchéri qui a quasi littéralement explosé ( un gros tac et plus rien)  alors pas de données perdues ou presque MAIS il s’agit de remplacer l’ordinateur d’un photographe, donc avec de la puissance de traitement qui va avec.

Comment dire… Ah oui qu’on parle Mac ou Windows ( donc les prix sont plutôt similaires quand il s’agit d’assembler une machine professionnelle de ce calibre)  c’est une grosse grosse facture à l’arrivée!  Mettons de quoi faire voyager une famille de 3 en Suisse pour la fin d’année par exemple.

( N’ouvrons même pas le chapitre où un ordinateur est un membre de la famille à part entière quand on vit avec un informaticien, ou du drame que ça aurait été si par hasard l’AppleTV avait été connectée à son ordinateur à lui…  z’avez vu, on arrive quand même à trouver de l’humour là-dedans)

 

On continue à essayer de rattraper le train avec la santé d’Heidi.  Elle aura mis les pieds à l’école en moyenne 1 jour par semaine depuis septembre  pour son dernier trimestre de l’année.   On passe notre temps à modifier son traitement,  mais pour le moment on n’arrive pas à la soulager durablement, chaque amélioration est effacée par la dégradation suivante des niveaux de pollution.

En gros on devrait avoir la convergence d’une semaine relativement propre en qualité de l’air ET d’une augmentation de traitement qui aurait une chance de baisser l’inflammation de ses bronches pour espérer enfin voir le bout du tunnel, à l’heure actuelle c’est pas le cas.

Elle s’est affaiblie physiquement, et commence à perdre le moral à force de se trainer du canapé au bureau au lit.  Heidi est une petite fille joyeuse qui a l’habitude de faire avec et de trouver des tactiques pour gérer les frustrations de la vie, mais là, elle atteint sa dernière paille, comme elle dit,  parce que courir dans Minecraft ou y pécher ça va un moment mais ça ne remplace pas la vraie vie!

 

 

IMG_9152 - Version 2

 

On vous parle même pas de la bataille que c’est d’arriver à la garder alerte, concentrée et en forme pour 1h45 d’examens écrits… c’est un peu la panique à bord:  je la garde autant que possible dans le bain à la maison mais après une heure elle n’en peut plus.   Comme elle le dit si bien ” heureusement que j’avais pas mon PSLE cette année hein! ”  ( le PSLE c’est l’examen de fin du primaire)

La bonne nouvelle là-dedans, si on veut,  c’est que j’ai fait des gros progrès en gestion de protocole d’urgence, et que je n’ai plus autant besoin d’aller rapidement aux urgences qu’avant:  je peux gérer l’auto-médication contrôlée d’Heidi de manière beaucoup plus souple avant de devoir recourir à un avis médical.

Mais la qualité de l’air qui ne nous laisse guère de répit,  parce que lorsqu’on a pas la fumée de Sumatra, on a celle de Bornéo.

C’est la conscience en arrière-fond du drame humain, écologique et économique qui se joue.  Selon les estimations de Greenpeace, des vagues de haze comme ça c’est 100 000 morts directs et indirects. C’est la quantité de personnes mortes lors du tsunami en Indonésie en 2004… et de la chance relative qu’on a dans notre malheur d’avoir un accès facile à des urgences, la garantie d’un traitement médical approprié.

C’est mon propre asthme qui est à peine plus stable que celui d’Heidi, j’augmente lentement mais inexorablement les doses,  et j’essaie de ne pas trop me rappeler de la longue descente aux enfers physique d’Hong Kong ( comme si j’avais vraiment besoin de visuels me rappeler ou se situe le fond du fond physiquement pour moi)

 

Et au milieu de tout ça ( et encore la liste n’était pas exhaustive, hein, je vous ai choisi quelques extraits)

 

On vit un deuil.

 

IMG_9139 orchidees

 

Notre cousine des USA, celle que nous avions été voir en juin,  a perdu sa bataille contre le cancer.

C’est un deuil qu’on vit intensément à la maison,  d’une part parce qu’avec sa disparition c’est la famille de Superchéri qui se rétrécit encore un peu plus, et d’autre part parce que c’était une grande dame.

De celles dont tous ceux et celles qui l’ont connu disent le monde un peu plus vide depuis son départ.

On commence un peu à se demander qu’est-ce qui va encore nous tomber dessus…    Heidi a décrit cet automne comme une partie de ballon prisonnier ou tout le monde dans le camp adverse lui tire dessus.

Enfin voilà…

Malgré tous nos efforts, on a un peu de peine à trouver le fun ces dernières semaines…

Mais ça finira bien par revenir!
Bonne journée malgré tout!

p.s.  les photos c’est les orchidées du jardin botanique bien évidemment, on y avait passé un super moment avec elle.

 

 

 

Share
Share