bla bla quotidien,  la miss,  Singapour

Je haze très bien, et vous?

Share

Régulièrement je regarde le site, je commence des billets, je me dis que cette fois j’en ai fini avec ce hiatus qui traine…

 

Mais bon on enchaine un peu…

Sur les quasi-5 dernières semaines…

 

Heidi nous a fait un VNI ( pour Virus Non-Identifié, à ne pas confondre avec OVNI lol)

10 jours de fièvre, donc 10 jours à la maison, mais aucun autre symptôme décisif, il a donc fallu passer par la case prise de sang…

Je vous laisse imaginer la joie que c’était avec Heidi-non-mais-je-suis-phobique-vraiment-phobique-moi!

A peine rétablie il y avait la semaine d’examens pour la fin de son trimestre, son anniversaire, celui de Superchéri,  et la visite à Singapour d’une connaissance photographe de Superchéri…

 

Et depuis,  les vacances scolaires sur fond de haze qui s’installe sournoisement et augmente petit à petit…

 

Là on arrive gentiment à 2 semaines et demi de haze et des taux de PSI à 24h qui ne sont pas dramatiques mais ne redescendent rarement en dessous de 80 ( sur le haut du moderate quoi)   alors qu’on était en plein 7ème mois.

Et à la maison – asthmatique & co je vous le rappelle, et des poumons traumatisés par des années hongkongaises qui protestent dès qu’ils reçoivent autre chose que leur dose habituelle d’air plutôt pur –   ce qui devait arriver arriva…

Heidi respire comme un gros fumeur avec une BCPO avancée…    et son asthme est instable…

Je ne me vois pas les mains de fatigue, parce que je m’essouffle pour tout…

 

Bref, dans la série qu’a-t-on fait ce lundi…  au lieu de reprendre le chemin de l’école, Heidi et moi on est allé chez le médecin, comme de nombreux singapouriens!

 

Comment dire des trucs que j’ai pas encore dit sur le haze?

 

Comme d’habitude quand les taux étaient pas terribles mais qu’il n’y avait pas d’odeur pas grand monde n’y prêtait attention.  Depuis le week-end dernier les incendies sont apparemment hors de contrôle à Sumatra,  l’odeur de brûlé arrive bien jusqu’ici et du coup c’est de nouveau la panique.

Si j’étais une sociologue pour de vrai,  je tenterai vraiment de faire une thèse sur le fait que la panique est directement proportionnelle à l’odeur, parce qu’elle déclenche un réflexe primal de peur du feu ( alors que la pollution souvent plus violente et plus chronique mais sans cette odeur de brûlé prenante qu’on a à Hong Kong fait râler mais rarement paniquer )

Donc en quelques jours les rayons de purificateurs d’air se vident, les masques N95 sont pris d’assaut,  et les réseaux sociaux se lâchent, accusant généralement au passage la NEA de participer à une théorie du complot pour taire les taux réels…

Tout ça parce que pas grand monde ne comprend le principe des moyennes à 24h ni même de la moyenne à 3h qui remplace le valeur “actuelle” de l’AQICN ( autre grande source de chiffres pour la qualité de l’air qui en plus retraite les données que quasi toutes les stations de part le monde, donc qu’on peut y comparer notre inconfort à l’ampleur du désastre sur Sumatra)

Le but des valeurs actuelles ou du PSI a 3h c’est de faire un choix sur son activité en temps réel…  mais à part les concentrations de l’heure passée ( également données par la NEA cette année en µg/m3 )  aucun indice de pollution  n’est vraiment en temps réel, c’est toujours mouliné dans un algorithme, donc il y a toujours un effet de lissage qui ne rend pas compte directement de la situation sur le terrain.

 

Spécificité de cette édition 2015 du haze, elle désespère les gens parce qu’il pleut mais que l’odeur et les taux montent quand même.

 

Comme en 2013, les feux ont échappé au contrôle de ceux qui les avaient allumés, conduisant l’Indonésie à déclarer l’état d’urgences notamment dans la province de Riau ( si nous on se plaint de nos passages dans des valeurs de PSI à 200 et plus,  à Riau les quelques stations existantes ont apparemment eu des chiffres jusqu’à 1500…  )

Comme en 2013,  on a assisté au même jeu de ping pong entre l’Indonésie d’un côté et la Malaisie et Singapour de l’autre.

La Malaisie et Singapour proposent leur assistance pour éteindre les feux, l’Indonésie refuse, mais dit qu’une donation en cash elle accepterait…   Et puis comme ses voisins se plaignent, l’Indonésie fait des belles déclarations du genre ” mouaif en même temps ça faisait 10 mois que vous aviez de l’air pur alors vous allez pas chouiner si on vous enfume un peu” ( je paraphrase… mais même pas tellement)

Et cerise sur le gâteau, les indonésiens disent que toutes les plantations contrevenantes ( parce qu’allumer des feux pour préparer le replantage est illégal, même si tout le monde s’en fiche)   sont singapouriennes ou malaisiennes donc que Singapour ou la Malaisie devraient faire le ménage au lieu de se plaindre. Sauf que lorsque Singapour et la Malaisie demandent les noms de propriétaires concernés, l’Indonésie ne répond jamais…

Ceci dit, là,  cette année l’Indonésie a arrêté les exécutifs de certaines plantations…   à voir si ça finira en pétard mouillé ou si c’est vraiment un tour de vis.

 

Spécificité de cette édition 2015 à la maison?

 

Le temps qu’on arrive à mercredi, Heidi a fini aux urgences en détresse respiratoire.

Rien de bien grave… elle a récupéré des couleurs assez vite à se retrouver à respirer 4 jours de ventolin en 20 minutes…

Du coup on vit au rythme du protocole post-crise depuis mercredi, et on a rendez-vous dans quelques semaines dans l’unité asthme…    comme son école a des travaux d’agrandissements, avec les inévitables dégagements de poussière,  ces temps, je soupçonne qu’elle ne va pas pouvoir se débarrasser de ses médicaments sitôt le haze oublié.

Comment dire, elle le prend moyennement bien.

En attendant Heidi en détresse respiratoire en 2015, c’est assez “amusant”  elle a l’air d’avoir un mal d’altitude ou un mal des profondeurs:   tout va très bien, sauf qu’elle fonctionne au ralenti et n’a plus aucune conscience du danger éventuel…

Ça m’a rappelé quelque chose…

Un des souvenirs les plus frappants de ma commotion cérébrale quand j’avais grosso modo 12 ans, c’est que tout était cool, rien n’était grave, et que plus j’expliquais aux gens que j’allais très bien… plus ils paniquaient et je comprenais pas pourquoi…

Bin mercredi, j’ai eu un flashback inversé…   j’ai enfin vécu la situation du côté dans les chaussures de Supergranny.

Sur le moment, jusqu’à ce que la première série d’inhalateurs commence à faire effet, Heidi m’en voulait pas mal de l’avoir emmenée manu militari aux urgences, et de triper pareillement sur le fait que quelque chose n’allait pas, alors qu’elle se sentait très bien, elle, et qu’on l’ennuyait avec toutes nos questions sur comment elle se sentait!

 

Enfin voilà, du coup elle aura loupé toute cette semaine d’école, heureusement que pour le moment la situation aie l’air de se tasser…

 

Et moi je l’ai pas vue passer du temps, j’ai quasi rien fait des autres trucs que je devais faire  ( heureusement que c’est pas moi qui paie les factures, parce que c’est le genre de semaines ousqu’on se ferait couper l’électricité parce que payer la facture m’est sorti de la tête!)

 

Bon sur ce, je vous laisse… c’est presque l’heure du prochain ventolin…

 

 

p.s. la photo en tête de billet, c’est un ciel d’été bien bleu à Attalens en Suisse…   parce que ça commence à me manquer le ciel bleu!

 

Share
Share