juste pour rire,  Les choiseaux

La théorie des vases communicants

Share

C’est pas -plus- vraiment un secret que Superchéri et moi on aime bien parfois lever le nez de nos iTrucs respectifs et disserter sur le monde autour de nous.

 

 

Un des trucs qui ne cesse de nous fasciner ces temps, c’est les changements progressifs d’interaction entre les différents membres de la maisonnée depuis l’arrivée d’Elsa il y a quelques mois.

 

 

elsa bebe

 

 

Elsa  – parce qu’elle était “frozen in fear”  à ses premières heures chez nous –   est une semi-clandestine.  Sur le papier quand on habite en HDB on a pas le droit d’avoir un chat.  En pratique, du moment où on s’engage à empêcher le chat de sortir, qu’on le stérilise,  et qu’aucun de vos voisins ne se plaint,  il y a une zone grise de tolérance – la SPCA donne à l’adoption ses chats à des personnes qui habitent en HDB –  qui fait que dans la vraie vie contrairement à ce qui se dit sur le papier il y a plein de chats dans les appartements HDB. Du coup le temps de prendre nos marques avec la situation, on a plutôt été profil bas…  mais après plus de 8 mois de présence, je crois que c’est bon.

 

Donc Elsa est arrivée aux environs de 5 mois chez nous, crevant de faim dans la rue,  avec l’éducation complète d’un chat retourné à l’état sauvage.  Une peur bleue et haine profonde des chiens,  aucune connaissance d’un habitat humain,  les codes de communication d’un chat pas vraiment habitué à communiquer avec l’humain hormis pour les cris déchirants qui servent à  racketter le bipède persuader le bipède de donner la nourriture.

 

 

elsa le chat

 

Elsa, ceci dit, était lasse de se battre pour survivre… donc pour de la nourriture à foison, un endroit où elle était en sécurité ( un chaton seul a des prédateurs…)  au sec et confortable, elle a assez rapidement décidé que supporter un infâme canin, une bipède miniature qui veut sans arrêt la prendre dans les bras et lui infliger des caresses, c’est encore un bon deal.

 

Elsa a donc pris ses aises:   à ce jour elle n’essaie pas de sortir de la maison… enfin sauf un cas particulier près, j’y reviendrai!

 

Et depuis on observe…

 

De la guerre ouverte à la guerre froide à la paix armée sans aller jusqu’à la grande amitié, l’iPatch et elle se sont apprivoisés petit à petit.

 

L’iPatch a ainsi vite découvert qu’un chat ça avait des griffes, et qu’il fallait savoir faire des concessions pour éviter de se les prendre sur le museau ( donc que courser le chat n’était pas une activité si fun que ça finalement!)

 

Elsa a découvert qu’un chien avait son utilité ( genre savoir quand on doit aller se réfugier sous le grand lit parce qu’il y a quelqu’un à la porte)

 

Ils ont découvert tous les deux que finalement tant qu’à voir les humains déserter l’appartement pour vaquer à leurs mystérieuses occupations ( mais pourquoi, pourquoi tu ne me prends pas au magasin??? Comment ça je peux pas venir prendre des photos avec toi, c’est pas justement le but de faire s’envoler les oiseaux en les coursant?? )  ils préféraient être mal accompagnés que seuls dans l’appartement!

 

 

Le plus marrant c’est sans aucun doute les comportements qui  migrent d’un animal à l’autre.  Elsa et l’iPatch s’observent et apprennent l’un de l’autre.

 

 

On pourrait s’arrêter à la paix armée et au fait qu’ils semblent passer le plus clair de leur temps à se snober, vivre dans l’indifférence apparemment complète l’un de l’autre.  Au fait qu’ils se sont délimités des territoires,  le salon est une zone partagée, la cuisine également. Ils n’y ont généralement plus de conflits.

Ceci dit,  l’iPatch risque par contre toujours la cécité à rentrer dans notre chambre en cas d’orage. Notre chambre est à elle ( on y est tout juste toléré, enfin si on a pas l’idée saugrenue de vouloir partir en vacances, auquel cas elle tente de nous en chasser pour nous empêcher de terminer nos bagages!)

L’Elsa, quant à elle, est persona non grata sur le lit d’Heidi, qui est à l’iPatch ( mais elle peut quand même rentrer dans la chambre, hein… enfin si Heidi est d’accord, parce que si Heidi proteste, le chien rentre en action et chasse le chat, déclenchant une scène de poursuite digne d’un Tom & Jerry ( J’exagère à peine!)

Mais non, quand on y regarde de plus près,  les interactions et l’échange d’information entre eux est nettement plus importants que leur animosité restante pourrait laisser le supposer.

 

 

elsa and patch

 

 

Elsa adopte des tactiques de chien: elle te suit à la trace, te colle le museau dans les jambes et te lèche les mollets quand tu prépares à manger histoire d’attirer ton attention ( comportement relativement récent, qui est le miroir absolu de l’iPatch)  moins drôle: elle a commencé à employer la même persistance têtue que l’iPatch autour des repas; elle flirte avec la persécution de Lovely Nounou.

 

Il a fallu engueuler l’iPatch – et l’empêcher de suivre Lovely Nounou partout quand elle cuisine, ce qu’elle le laissait faire – pour arriver à diminuer le comportement chez Elsa.

 

l’iPatch revient piquer de la nourriture dans les assiettes et monte plus facilement sur les meubles ce qu’il ne faisait jamais.

 

 

Bref, résultats des courses…

 

 

On avait déjà un chien qui se prenait pour un chat…   ( à savoir qu’outre les questions de médicaments, il y a le fait que l’iPatch aime venir se rouler en boule sur tes genoux, le fait qu’il refuse catégoriquement de courir après un objet qu’on lui a lancé, le fait qu’il passe vraiment toute sa vie à dormir )

 

Maintenant on a en prime, un chat qui se prend pour un chien ( Elsa, elle, te rapporte la souris si tu la lui lances ( pas systématiquement mais vachement plus souvent que l’iPatch) ,   se couche sur le ventre et te regarde avec ses pattes repliées sur le ventre ( bon d’accord les chats vont ça aussi quand ils se sentent en confiance, mais bon sachant qu’elle continue à ne pas trop aimer le chien, c’est presque étonnant qu’elle le fasse!) et j’en passe!

 

 

C’est le double du fun à la maison, comme dirait Heidi…

 

 

Cerise sur le gâteau, c’est le triangle relationnel des “3” gosses de la maison…

Heidi, l’iPatch et l’Elsa comme les fratries purement humaines, sont toujours partants pour venir mettre le nez dans les histoires qui ne les regardent pas de leurs “frère, et soeurs”.  Si tu en engueules un,  tu peux être sûr que tu as les autres qui débarquent la bouche en coeur et regardent avidement le ou la coupable du moment se faire remonter les bretelles.

 

elsa and patch

 

 

Disons le tout net, si c’est Elsa,  il faut alors avoir les jambes bien mobiles, parce qu’elle va volontiers donner quelques coups de pattes toutes griffes dehors en direction des badauds qui avaient l’outrecuidance de se repaître du spectacle de son humiliation ( ouais elle parle compliqué l’Elsa 😉 )

 

Perso ça me fait mourir de rire de la voir souffler sur le chien, puis de se draper dans toute sa dignité pour quitter la pièce, faisant littéralement prendre corps à la grâce sinueuse du félin.

 

 

Le cas particulier où elle cherche à sortir? ( c’est ici qu’on vérifie si vous avez bien suivi.  J’avais dit plus haut que je reviendrai dessus)

 

Des fois, elle fait mine de nous accompagner pour promener l’iPatch.

 

 

 

Bonne journée

Et à lundi prochain pour la millième,  ceci était officiellement le 999ième billet publié sur le blog!

 

 

 

 

 

Share
Share