cinema,  pause culturelle

Ida – à voir pendant l’EUFF

Share

Dans les films qui seront projetés sans doute pour la seule et unique fois sur grand écran à Singapour durant le festival,

 

il y a le vainqueur 2015 de l’oscar du meilleur film étranger, le film polonais Ida

 

ida movie poster

 

J’en ai profité au passage pour apprendre plein de trucs ( absolument inutiles dans votre quotidien que je ne peux donc pas m’empêcher de vous raconter, lire une revue de film version la mère meri, vous devez l’avoir compris depuis le temps, c’est trivia gratuits inclus en sus ) sur l’industrie du film polonaise.

Non, parce que si les films polonais de A à Z, en polonais,  pas grand monde ne va pouvoir en citer et se rappeler d’en avoir vu un!   L’industrie du film polonaise a exporté notamment plusieurs de ses réalisateurs ( Roman Polanski notamment, ou Krzysztof Kieślowski ( la trilogie Bleu, Blanc, Rouge avec Juliette Binoche en rôle titre de Bleu, c’est lui)   et a grandement influencé certains courants artistiques européens.  Et leur école de cinéma – parmi les plus vieilles d’Europe –  a une solide réputation.

 

 

Ida, donc.

 

Le film a été un énorme succès en France, comme aux USA – à en croire wikipedia, il a ramené plus de 3 mios au box office de l’un comme de l’autre –  l’élevant au rang de film en polonais le plus vu dans ces 2 pays.

L’histoire est au premier abord simple:  Dans la Pologne des années 60, à la veille de prononcer ses voeux, une jeune novice se voit ordonnée d’aller rencontrer sa tante, et de passer du temps avec elle avant de faire le dernier pas sur le chemin logique où son enfance à l’orphelinat du couvent l’avait mise.

Elle découvre en rencontrant sa tante, personnalité flamboyante et parfois vulgaire aux antipodes de la jeune Anna, un énorme secret de famille qui remonte à la seconde guerre mondiale.  Anna qui sait désormais s’être appelée Ida, s’embarque avec sa tante dans un voyage à la poursuite des secrets qui l’ont conduite à grandir au couvent.

 

Po - IDA

 

Presque roadmovie,  le film raconte presque plus de choses dans ses visuels que dans les dialogues. L’enveloppe du film qui en fait toute sa poésie tragique.   Un film en noir et blanc au format improbable de nos jours:  celui de la télévision des années 60.   Pas de musique hormis celle jouée, entendue les personnages à l’écran jusqu’à la scène finale.

Une Pologne vide et déserte,  morose…   allusion aux purges communistes et aux années noires qui ont suivi la guerre.

Des cadrages improbables – si on s’en tient aux canons du genre ou aux règles d’or de la photographie vu il n’est pas rare d’avoir l’heroine qu’à moitié dans le champ-  et un jeu sur la lumière très travaillé… on aime ou on déteste mais on ne peut pas nier la démarche artistique.

 

Ida, with Dawid Ogrodnik and Agata Trzebuchowska

 

( Pour ceux qui se posent la question de mon ressenti :  pour moi le cadrage a marché, l’ambiance visuelle me séduisait,  c’est de là que me viennent les mots de poésie tragique,  visuellement le film m’a beaucoup plu, le jeu des acteurs aussi, mais l’absence de musique m’oppressait…  )

Ida est  jouée par une actrice non-professionnelle, touchante dans l’impression d’innocence éthérée qu’elle dégage, perdue dans un monde qui n’est à priori déjà plus le sien.

 

 

 

 

 

Les détails de la projection: 

 

A Singapour le film a obtenu un NC16

Il sera diffusé dans le cadre du festival le samedi 23 Mai à 21h30 au Golden Village de Suntech City.

Pour en savoir plus sur ce film et les autres, le site de l’EUFF

Pour acheter les billets ce sera directement sur le site de Golden Village

 

❊❊

 

 

Update:  La projection dans le cadre du festival est apparemment complète, mais mon petit doigt m’a dit qu’il devrait normalement y avoir une session de rattrapage dans une ambiance complètement différente, quelques jours plus tard, vu qu’apparemment the Projector ( cinéma indépendant qui a ses quartiers au Golden Mile Complex) vient d’annoncer une date de projection fin mai. La dernière fois que j’ai vérifié ils avaient encore des billets.

 

 

 

Share
Share