meri-philosophe

Le droit à l’oubli, à son intimité…

Share

Coucou du jeudi

 

Bon alors, un peu d’intendance et de légèreté pour commencer: comme vous l’avez vu, j’ai enfin mis en ligne le nouveau look…  c’est pas encore final ( faut que je re-dessine le logo d’autant plus qu’on a bossé sur le look des personnages avec Heidi et qu’on y a rajouté Elsa),  mais c’était suffisamment satisfaisant pour que je me débarrasse déjà de l’ancien look qui était – je cite- so 2013!

 

 

Dans la foulée je me suis attaquée au challenge d’essayer de rassembler sur quelques pages toutes les demandes d’adresses francophones ou francophiles qui reviennent souvent sur Singapour Nanas – ça va de l’organisation d’anniversaire, aux médecines douces, aux orthophonistes, aux photographes, au catering jusqu’à l’épilation.  Les seules adresses que je ne pense pas remettre sont celles des médecins… là, pour être honnête,  je me sens pas à l’aise avec la responsabilité éventuelle.

Pour rendre à César, l’idée vient d’une conversation récente avec une autre blogueuse – qui même si elle n’a plus vraiment le temps de bloguer à encore des idées plein la tête 😉

Le projet est assez ambitieux – d’autant plus même si longs billets peuvent parfois le laisser croire, je ne fais le blog qu’en dilettante –  donc il va probablement me falloir quelques semaines pour tout rassembler et organiser.  Je vous signalerai les pages au fur et à mesure qu’elles ouvrent et compterai sur vous pour me signaler les changements, adresses plus valables, ou les nouveaux venus à l’avenir!

Je crois que le projet va me donner un coup de pouce pour atteindre le cap des mille!

 

poulettesetheidiauzoo1

 

 

Avec les mille qui approchent,  l’âge grandissant d’Heidi qui fait ses propres pas dans le monde des réseaux sociaux et la mésaventure récente d’une amie…

 

[ et attention… c’est là que le billet devient existentiel profond… ]

 

Je pense qu’une des raisons du silence récent:  c’était des moments à cogiter…

Comment gérer les challenges de maman-blogueuse qui parle de sa vie, de ses enfants mais respecter pour autant leur droit à l’oubli, le droit à leur intimité,  ne pas sur-partager et leur créer des problèmes? La question n’a pas vraiment de solution, et encore moins de solution unique.   Mais elle est à la racine de plus d’un abandon de blog.

Dans le cas de mon amie, elle a choisi de supprimer tout ce qu’elle avait mis en ligne, parce qu’un troll les prenait pour cibles et qu’elle ne voulait pas exposer ses enfants ( qui participaient au blog) à ça.

Mais au delà de son cas particulier, la question est plus globale, et ça fait longtemps que je me la pose…

On en croise souvent ces temps des partages viraux sur Facebook ou ailleurs, de parents qui racontent avec moults détails les mésaventures de leurs enfants pour faire avancer leur cause.  L’enfer est pavé de bonnes intentions et ils peuvent au final exposer les dits-enfants à des humiliations encore plus grandes que ce qu’ils avaient vécu au départ.

Bien sûr il est important de dénoncer, bien sûr il est important de parler…   mais ne faut-il pas aussi prendre le temps de peser le pour et le contre quant à la quantité d’informations qu’on divulgue sur son enfant.

Un enfant persécuté à l’école, si l’histoire arrive avant lui dans l’école suivante, a de gros risques de voir la situation se reproduire, juste parce que ses nouveaux camarades savent ce qui lui est arrivé.

 

 

poulettesetheidiauzoo2

 

 

A quel moment une anecdote marrante qu’on avait voulu partager devient la honte de la vie sociale de son enfant?   C’est une question qui a sa place dans chaque billet de blog qu’on écrit avec son enfant en “vedette”… parce qu’en tant qu’auteur on a une responsabilité…

Même si parfois la famille, les amis proches – qui sont les premiers lecteurs du blog, c’est souvent pour eux que l’aventure commence et les autres lecteurs arrivent un peu par hasard –  regrettent qu’on ne partage pas plus… quand quelque chose est public sur la toile, il faut apprendre à filtrer ce qu’on dit.

C’est la raison pour laquelle Heidi est Heidi – même sur ma page Facebook privée, même si quelques personnes parmi mes amis sont un peu bouchés à l’emery et peinent à comprendre que NON il faut utiliser Heidi et pas son vrai prénom –   la raison pour laquelle il n’y a pas de photo complète du visage d’Heidi même sur ma page Facebook privée.

( enfin si il y a peut-être une…  pour ses 10 ans je dois avoir mis une photo d’elle à sa naissance… elle a vaguement changé depuis!  Et puis on sait que quelques tiers ont mis des photos d’elle, on ne peut pas tout contrôler, mais on essaie dans ces cas de faire en sorte que l’identification sur ces photos ne permettent pas de remonter jusqu’à Heidi )

 

Autant on se sentait libres de partager les aventures de nos petits bambins, autant face à des enfants en âge scolaire, d’un seul coup on se sent plus facilement emprunté, mal à l’aise et on ne sait plus qu’est-ce qu’on a le droit de dire ou pas.

Dans le cas d’un blog d’expat à Singapour – petit microcosme où rapidement tout le monde se connait même si la communauté est plutôt grande –  bloguer trop librement peut faire que les enfants ont des retours au niveau de l’école de ce qui a été écrit sur le blog.

 

Et un exutoire fun pour partager des bons trucs peut devenir le terreau fertile de la persécution de son enfant par ses camarades de classe.

 

J’exagère?

 

Pas tellement… même si à Singapour je n’ai pas entendu parler de cas de persécution pour cause de blog entre les enfants, j’ai par contre lu plusieurs cas limites sur Singapour Nanas.  Où une question à priori innocente pour un renseignement a alimenté le moulin des rumeurs du LFS pour au moins une semaine.

 

Heidi grandissant et étant capable de donner son avis sur ce qu’elle est d’accord de partager ou pas,  je résous une partie de mes dilemmes en en parlant avec elle tout simplement.

Heidi m’a ainsi confirmé récemment qu’elle ne désirait toujours pas de photo complète d’elle ni son prénom sur la toile ( pour la plus grande perplexité des parents de certains de ses ami/es, il y a parfois des discussions d’autant plus compliquées qu’il y a des sensibilités culturelles là au milieu )

Elle m’a par contre dit qu’elle ne serait pas éventuellement contre le fait de participer plus activement ici.

 

Bref, en résumé pas de réponse à ces interrogations, juste la certitude qu’il faut sans cesse se les reposer, parce que les réponses vont se modifier au fil du temps.

 

 

Sur ce,  je vous laisse reprendre une activité normale  ( dans ces moments qu’on voit que je suis un enfant de la télé…  merci les guignols! )

 

 

Bonne journée!

 

 

 

p.s. les photos?  C’est Heidi au zoo récemment avec les poussins des poulettes à l’aventure de passage à Singapour.   Toujours un plaisir de passer un moment avec eux et les voir grandir!

 

 

Share
Share