culture shock,  S'pore en culotte courte,  Singapour,  singapour pratique

La poussette dans les bus à Singapour

Share

Coucou du mardi

 

Bon alors vacances scolaires ici,  on a donc un programme du style… mini-golf pour aujourd’hui,  zoo, adventure cove etc. à placer d’ici à la fin de ce week-end.

Heidi se détend… ce qui a comme effet amusant de décupler la quantité de mots qu’elle invente ou massacre… c’est dans ces moments qu’on réalise la quantité d’efforts qu’elle met encore et toujours dans son quotidien pour parler correctement.

 

Au programme du jour sur le blog ( vu que j’ai pas encore d’expédition à raconter, hier on a fait calme) un billet dans le draft depuis une discussion sur Singapour Nanas…

 

La poussette dans les bus à Singapour

 

C’est un de ces trucs qui perturbe plus d’une nouvelle arrivée à Singapour:  on doit plier la poussette pour monter dans le bus. Il est interdit d’y monter avec une poussette ouverte et l’enfant dedans.

 

Parfois ils font des compromis sur le fait que la poussette reste ouverte, mais l’enfant ne peut y rester.

 

D’un coup on comprend mieux les locaux qui portent leurs enfants et mettent leurs sacs et courses dans la poussette… On comprend mieux le fait qu’ils débarquent en ville avec la maid systématiquement, qu’ils choisissent les grands centres commerciaux où ils vont pouvoir rester la journée entière dedans ( et donc avoir une utilité à la poussette)

On comprend mieux aussi l’utilité d’habiter sur le chemin d’un métro quand on a des enfants en bas âge, la tentation de la voiture pour les familles qui accumulent plusieurs jeunes enfants en même temps, respectivement l’omniprésence des enfants en écharpe en ville.

 

On comprend aussi mieux l’attrait pour les locaux de poussette comme on en voit jamais en Europe: la chaise de jardin avec roulettes et poignée de valise  ou encore la hotte à roulettes qui fait qu’on peut soit mettre l’enfant sur son dos, soit le pousser…

 

La fameuse chaise de jardin à roulettes…

 

Pour notre part on avait découvert ça à Hong Kong…  où ils appliquent également la règle des poussettes pliées avec rigueur.    C’est un gros choc des cultures au début, le fait qu’on considère un enfant comme en danger dans une poussette, et plus en sécurité dans les bras de ses parents – en même temps ils attachent pas souvent les enfants ici!

 

Regardez bien...  c'est à la fois un sac à dos enfant et une poussette...
Regardez bien… c’est à la fois un sac à dos enfant et une poussette…

 

L’argument qui prime c’est la sécurité globale des passagers en cas d’accident,  de savoir à quel point une poussette ouverte entrave la circulation dans le bus.

 

Par contre, on verra ici à Singapour des comportements qu’on ne verra jamais en Europe:  de la patience face à la mère qui embarque ses affaires dans le bus.

 

Il ne faut pas avoir peur de demander de l’aide, de prendre son temps… les passagers sont tolérants voire carrément participatifs.  S’ils sont intransigeants pour la poussette pliée ( en moyenne hein, ceci dit forcer le chauffeur à coups de manoeuvre du style je suis caucasienne je fais ce que je veux c’est un coup à se retrouver sur stomp* )  ils sont nettement plus patients qu’en Europe ( où on attend de toi que tu charges ta poussette seule et à la même vitesse que tu serais montée dans bus seule…  )

 

Souvent le chauffeur de bus ( vrai surtout dans un SBS, un peu moins dans un SMRT )  va même attendre que vous soyez sécurisé pour redémarrer.

 

Sur ce, je vous souhaite une bonne journée!

 

 

edit:  j’ai volontairement limité mon article à la problématique des poussettes –  après tout c’est pas comme je suis confrontée au problème pratique tous les jours…   mais pour en lire plus voilà comme Sylvie avait abordé son problème à l’époque

 

 

——–

 

* stomp – ou the real singapore d’ailleurs-  soit l’endroit où le singapourien moyen exprime son mécontentement, déclenchant facilement une cabale sur les réseaux sociaux qui peut prendre des proportions telle que la personne n’a d’autre choix que de quitter rapidement Singapour vu que de toute façon son employeur l’a viré à cause de la mauvaise pub que ça lui amène.  On a vu plusieurs cas sur ces derniers mois.

Si les singapouriens sont très ouverts, habitués à composer avec les différentes habitudes culturelles des uns et des autres, il y a des sujets sur lesquels ils n’ont aucun humour…

Tout ce qui touche à la critique de leur société – ils ont le droit de la critiquer, pas nous!

Tout ce qui touche au fait de ne pas se conformer aux règles de vie en société: l’intégration à Singapour ça passe essentiellement par le respect de ses règles, au vu des différences culturelles importantes entre communautés.   Donc même si parfois elles nous semblent un peu bizarres, respecter des coutumes comme la poussette pliée dans les bus,  les sens de marche dans le métro ( même si parfois eux ne le font pas… cf la question des petites transgressions singapouriennes)  et plein de petits trucs comme ça, c’est en grande partie à ça qu’ils vont mesurer l’adaptation et la question de savoir si tu es d’une communauté étrangère qui s’intègre ou pas.

 

Share
Share