culture shock,  expatriation,  so singaporean

On a trouvé notre futur nid!

Share

Coucou du dimanche

 

Ce matin Heidi a joué à la grasse matinée: elle a ouvert l’oeil à 9h45!

Elle devait rattraper le sommeil en retard des ouvriers… on se demande s’ils arrêtent de bosser de temps en temps…

Photo prise hier soir à 23h40:

 

Il est 23h40, ils ont pas fini de poser la dalle du jour...
Il est 23h40, ils ont pas fini de poser la dalle du jour…

 

 

5 semaines à tirer!

En attendant bonne nouvelle:

L’opération recherche-nouveau-nid-pour-accueillir notre famille est close!

Nous avons trouvé notre bonheur hier au cours d’une visite comme on en avait jamais fait 😮 On a vécu une négociation de contrat de bail singapore style! On a fait nos recherches avec des envies de localisation en tête, on a été servi au delà de nos espérances 🙂

Mais revenons au début…

Nous avons commencé nos recherches avec notre liste d’espérances, et cet espèce de grand écart entre nos conceptions suisses qui font que se dire que dans 6 semaines on a plus de logement nous donne des sueurs froides et le fait que la réalité du logement de Singapour c’est que tout bouge vite, et que chercher à prendre un logement 6 semaines plus tard c’est s’exposer à des remarques de type «  wouahhh mais ça nous laisse une tonne de temps pour faire les travaux de rénovation que vous voulez! »

Le tout avec Heidi qui vit extrêmement mal l’incertitude. Et pour qui l’étendue de nos recherches était une source d’angoisse énorme: elle le sait, c’est toujours dans les HDB que les maids elles tombent par la fenêtre en étendant le linge sur les étendages ou en nettoyant les fenêtres et meurent, donc hors de question d’aller y vivre parce qu’elle veut pas que Lovely Nounou ne meurt. L’idée même qu’on envisage d’en visiter déclenche des crises d’hystérie.

 

Les crises d'hystérie d'Heidi, c'est à cause des fameuse barres à linges qu'on étend dehors... grande cause de chutes accidentelles
Les crises d’hystérie d’Heidi, c’est à cause des fameuse barres à linges qu’on étend dehors… grande cause de chutes accidentelles

 

Lovely Nounou qui se faisait quand même un poil de souci de savoir si on allait pas devoir la parquer dans un abri anti-bombes ( c’est malheureusement courant) même si on lui avait assuré que c’était pas dans nos plans.

Heidi est venue avec nous pour nos 2 premières visites, puis elle a décidé que c’était trop de stress de se projeter, de tomber amoureuse ou pas d’une pièce dans le vide… et nous a confié la suite des opérations en solo.

Chaque visite déclenche des longues discussions à la maison avec les pours et les contres, les comment on s’arrangerait, etc.

Après un marathon visites et du temps à tout re-évaluer à froid loin de l’enthousiasme ou non lors de la visite…

On a fini par recontacter pour une seconde visite un des objets qui nous a le plus plu… et cette fois on prend la miss avec.

Elle en fait des crises d’angoisse toute la journée…

On retrouve tout le monde là-bas.

On est parti dans nos recherches l’esprit ouvert et au final l’objet de nos rêves a pris la forme d’une EM… une executive maisonnette dans une HDB estate. Les EM c’est des appartements sur 2 étages dans les petits bâtiments ( généralement 4 étages) au sein d’une HDB estate. C’est des objets qui de base avaient été attribués à des familles, et qui les années passant ont maintenant relativement souvent des personnes âgées vivant seules dans un espace trop grands pour elles.

C’est des appartements spacieux ( l’espace fait partie de nos premiers critères!) et clairement une autre définition de la vie que celle de Condo ( une de nos voisines, singapourienne, nous a d’ailleurs regardé avec un drôle d’air quand elle a su où on déménageait… qui mais qui pourrait choisir un HDB quand on a un Condo… euh Condo super bruyant avec des travaux actuels et futurs partout autour contre HDB près de la nature et calme…. comment dire 🙂 ah oui choc des cultures inversés! 😮 quelque part en cours de la conversation c’était littéralement inscrit sur son visage «  je les comprendrai jamais ces expats! » )

L’EM convoitée est au bord du central catchment aussi, juste pas du même côté, avec un bon accès en transports publics, on ne perd pas beaucoup de temps pour rejoindre le centre-ville par rapport à maintenant.

On se rapproche du Zoo, du Bird Park ( vu le temps qu’on y passe c’est un facteur non-négligeable)

Donc on commence la visite, visite coup de coeur pour Heidi… qui se prend à s’imaginer dans chacune des pièces, elle s’attribue quasi immédiatement sa chambre. Visite très intense pour nous, parce qu’on fait le tour de chaque pièce en disant ce qu’on garde ou pas, on négocie ferme sur ce qui est pour nous le seul vrai point noir… l’installation d’une clim’ qui ne soit pas des unités de fenêtres plus bruyantes.

Heidi lâche en cours de route et va discuter le bout de gras devant la télévision avec les propriétaires.

Ils sont justement dans le cas de figure des personnes âgées quittant une maison trop grande pour eux, qui dans leurs recherches du locataire idéal cherchent à priori une famille, des gens en qui ils vont pouvoir avoir confiance. Vous vous souvenez de mon billet qui détaillait les règles pour les HDB, il se trouve que le propriétaire d’un logement HDB sous-loué illégalement risque gros: ça peut aller jusqu’à la saisie de l’appartement concerné par HDB! Dans la grande tradition du paternalisme singapourien, un propriétaire doit s’assurer que ses sous-locataires sont légaux et occupent adéquatement les lieux ( genre ne sont pas derrière en train de sous-sous-louer la pièce de l’appartement à 8 compatriotes qui vivent les uns sur les autres dans la dite pièce. )

Dans les annonces qui demandent explicitement ni PRC ni indien, il y a parfois derrière un propriétaire pour lequel maximiser son profit est moins important que d’avoir une sous-location sans soucis. C’était une des révélations de nos recherches: avec notre famille d’un enfant ( si singapourienne lol) 3 Ang Mo et une maid… on a un bon profil, qui plait tout particulièrement aux propriétaires qui ne veulent pas de soucis, et qui sont du coup décidés à faire peut-être plus de concessions pour qu’on signe!

Après une heure et demi à faire le tour de la maison, on quitte les lieux, et d’une fois qu’on est à 200 mètres de l’appartement… on passe de l’autre côté du miroir et on vit une négociation de bail singaporean style.

Lors de notre arrivée il y a 4 ans, on avait fait une discussion feutrée par email, avec des aller-retours entre les agents… qui avait pris du temps et des tonnes de papiers ( virtuels vu qu’on avait pas imprimés les emails)

Là on se retrouve en pleine 4eme dimension… quand arrivés à l’angle du bâtiment, l’agente, son chef reprennent très sérieusement la conversation, au vu de la concession sur le changement de la climatisation, notre première offre qui avait été informellement partagée est revue symboliquement à la hausse, le chef repart en direction de l’appartement et partage l’information…

– à ce stade comme Heidi pétait un peu un câble… comment peut-on continuer à discuter, elle est fatiguée elle! en plus on dit des choses pas forcément gentilles sur sa future-maison-qu’elle-aime-déjà… on l’aime ou on l’aime pas??? on veut habiter là ou pas??? donc j’abandonne Superchéri – qui comme moi est pas loin du point de rupture non plus, mais bon faut bien que l’un de nous se dévoue – et j’emmène Heidi voir le playground vu depuis la fenêtre de “sa“ chambre… –

J’aperçois de loin le chef faire l’aller-retour entre Superchéri et notre agente, et l’appartement… et le temps qu’on finisse notre visite Heidi et moi… c’est fait: on est parvenu à un accord avec la hausse symbolique proposée…

Là l’agente et son chef extirpent de la fourre qu’ils baladaient une letter of intent type, où il ne reste que quelques inscriptions à faire comme le nom des parties, l’objet, le montant du dépôt, quelques lignes pour les travaux/ meubles qui sont prévus etc. tout le monde signe, et chacun repart avec une des couches du papier…

😮 Nous qui croyions que ça se faisait de manière routinière via de belles lettres comme la première fois!

Vu que tout le monde est content de la négociation, on retourne à l’appartement pour s’installer sur la table de la cuisine pour remplir la lettre d’intention. Et là Heidi comprend que c’est fait… elle explose de joie, tout le monde a droit à ses exclamations «  je vais adorer vivre ici, j’adoooore cette maison, c’est génial » Elle m’emprunte mon téléphone, fait des photos de toutes les pièces et les envoie à Lovely Nounou pour lui raconter le tout en temps réel…

Pendant que nous les adultes on résout le dernier moment choc des cultures de la journée: «  vous avez un chèque pour la caution? »

« euh nonnnn, on a beau vivre depuis 4 ans à Singapour nous n’avons pas de carnet de chèque et pas vraiment l’intention de nous y mettre. »

flottement…

« euh du cash alors? »

«  non mais donnez-moi les coordonnées bancaires je vais un virement à l’instant où j’arrive à la maison et je vous envoie les références de la transaction »

re-flottement… le temps que tout le monde réalise que finalement la solution va fonctionner… et de trouver les données bancaires nécessaires. On termine les signatures… et on repart chez nous.

Il est 21h15

Arrivés à la maison on se lance dans l’explication, enfin dans la traduction en termes compréhensibles des explications surexcitées d’Heidi à Lovely Nounou sur ce qui est au programme.

On envoie les what’sapp de rigueur, les copies des pièces d’identités de tout le monde pour les besoins du dossier… on se rend compte qu’il manque une donnée pour effectuer le transfert, on re-contacte notre agente qui recontacte l’agente du proprio, on aura le retour des données vers 23h00 heure à laquelle Superchéri finalisera le transfert ( je vous avais dit que l’agent immobilier était une espèce qui vivait avec des drôles d’horaire)

Peine à croire qu’il reste encore le plus dur devant nous… déménager pour de vrai loooool c’est pour dans un peu plus de 5 semaines.

 

L’expérience est enivrante… et nous aura appris 2-3 utiles lors d’une négociation pour un appartement à Singapour:

 

Si on est dans la phase sérieuse, pour compléter le dossier de bail, le propriétaire – ou son agent- va vouloir une copie des permis de séjour de tout le monde, FDW comprise.

  • Si vous n’avez pas un scanner et une adresse email à qui transmettre le tout, prenez donc avec vous une photocopie des papiers ( en noir et blanc, les reproductions couleurs de pièces d’identités singapouriennes ne sont pas légales selon certaines sources, mais j’ai pas réussi à trouver une source online simple qui donne la réponse définitive à la question )
  • Si vous en avez un – contrairement à nous – prenez également votre carnet de chèques avec 😉 Même si les paiements directs sont devenus plus courants qu’il y a 4 ans à notre arrivée et sont devenus une solution relativement souvent proposée par les gens – raison pour laquelle on a toujours pas de carnet de chèques et qu’on en aura jamais – tout le monde, en particulier les personnes plus âgées, ne sont pas encore habituées à ce changement qui rentre petit à petit dans les moeurs ( au fur et à mesure qu’il devient de plus en plus simple de déplacer des sommes d’argent plus importantes sans recourir aux chèques)

De ce qu’on a vu autant quand on est face à des gens habitués aux expats les choses prennent leur temps, autant quand on rentre vraiment dans la jungle singapourienne du logement, les choses se décident vite, donc il faut savoir ce que vous voulez et ce que vous voulez obtenir et les choses peuvent aller très très vite…

Si vous faites un transfert assurez-vous d’avoir toutes les données ( histoire de ne pas avoir à courir après jusqu’à 23h passées comme nous) A Singapour on a besoin du bank code et du branch code en plus du numéro de compte et de nom du titulaire. Mais attention si le bank code est facilement trouvable online, le branch code doit être donné ( et non il n’est pas forcément présent dans le numéro de compte, ça dépend des banques)

Voilà…

L’aventure immobilière est close pour nous pour l’instant, reste maintenant l’aventure déménagement intra-insulaire, avant d’ouvrir – au vu de nos choix de partir en HDB tout un chapitre sur les différences relatives de la vie en HDB par rapport par celle de Condo 🙂

Chouette 🙂 plein de billets en perspectives ( j’adore quand mes sujets me tombent tous crus dans le bec )

Bonne fin de week-end!

 

Share
Share