Les choiseaux

L’objet de sa convoitise

Share

Coucou du samedi

 

C’est les vacannnnnnnnnnces!!!!!

 

Inutile de préciser que du coup j’avais AC/DC à fond dans les oreilles de bon matin ( comprendre 6h et des poussières) parce que Superchéri partait chasser l’oiseau…

Et

Inutile de préciser non plus qu’Heidi a débarqué la bouche en coeur à 7h30…

Donc que pour le plan c’est-merveilleux-le-réveil-ne-sonne-pas-pendant-2-semaines c’est mal parti!

( sans compter qu’on doit être à l’aéroport lundi matin pour accueillir les super-grands-parents, que le 28 on est avec eux à l’aéroport de bon matin, pareil le 3 mars, et comme on compte vaguement faire quelques visites pendants nos escapades ce sera autant de jours peuplés de réveils matinaux! )

Mais on va pas chipoter pour si peu 🙂

Et profiter de ce temps – d’autant plus que je ne sais pas exactement je vais vous écrire sur les deux prochaines semaines, je vous promets rien ni dans un sens ni dans l’autre – pour vous raconter la dernière de l’iPatch.

Il faut dire qu’il est très fier de sa capacité à dresser sa meute à le comprendre et répondre à ses besoins. l’iPatch comme tout Jack Russell fait partie des chiens qui a une vague tendance à aboyer.

Comme on aime pas, il fait régulièrement des gros efforts pour ne pas aboyer:

– sur les livreurs
– sur les voisins
– sur les nettoyeurs

liste évidemment non-exhaustive.

Il remplace une sonnette déficiente, la plupart du temps, on sait quand il s’agite d’une certaine manière avec quasi-certitude que des copains de Condo d’Heidi sont plantés derrière la grille à attendre hors de portée qu’elle réponde…

Il aboie aussi quand on l’oublie sur le balcon ( il a le chic pour s’enfiler comme un chat et se coucher au soleil sans qu’on le voit)

Ou quand il a fait glisser son jouet sous le meuble de la télé ou sous le canapé et a besoin d’aide pour l’en extirper. Dans ce cas-là, il aboie selon un schéma particulier: il espace ses aboiements d’environ 15- 20 secondes, il aboie ni trop fort ni doucement pour autant, bref, c’est bien reconnaissable…

Donc je laisse tomber ce que j’étais en train de faire et je vais voir quel est le problème ( Lovely Nounou l’aurait-il de nouveau enfermé par accident sur le balcon?)

Et je trouve le chien posé comme ça:

 

merichan_photos_sketch-2013-02-23-01_39_23-2
( reproduction plus ou moins réaliste de la situation, sachant que c’est allé trop vite pour que j’immortalise le tout 😉 )

Là…

1. tu remercies le ciel qu’il ne soit pas un chihuahua assez mince pour s’enfiler entre l’espace entre les barrières, parce que sinon c’te nouille il serait allé se servir tout seul et j’ose pas imaginer les cauchemars d’Heidi s’il avait perdu l’équilibre au 11eme étage

2. tu maudis le voisin qui a réussi à faire tomber un morceau de viande

( d’autant plus qu’à la fréquence où il y a des panneaux du management qui fait la morale sur le fait que les fenêtres ne doivent pas être confondues avec la chute à ordures, photos d’os de poulet à l’appui, Gotta Love Singapore et sa manie de faire rentrer dans le rang en fichant la honte publique, tu te dis que c’est peut-être pas un accident.

Encore que Superchéri avait une jolie explication avec un rapace qui a saisi le morceau au vol dans l’assiette, avant que le morceau trop gras ne lui échappe de ses serres au moment il reprend son envol, atterrissant ainsi sur les bordures de notre balcon )

3. tu maudis le vent, la providence, les éléments, bref tout ce qui fait que tu te retrouves avec un morceau de viande sur les bordures de ton balcon, hors de ta portée, MAIS POURQUOI FALLAIT-IL QU’IL ATTERRISSE LA?

Le chien qui te regarde d’un air adorateur, séduction à fond les manettes histoire de faire de son mieux pour te persuader de résoudre son problème, et là tu éclates dans un fou-rire nerveux.

Tu vas chercher un balai, tu ramènes le morceau de viande à portée tout en continuant à rire, le tout sous l’oeil ahuri de Lovely Nounou qui croyait juste que le chien aboyait à cause de l’emménagement de nos nouveaux voisins de palier. Bien consciente que le chien ne va PAS arrêter d’aboyer jusqu’à ce que le morceau de viande disparaisse maintenant qu’il sait qu’il est là…

Et le chien de se précipiter et d’avaler le morceau tout rond avant que tu aies le temps de dire ouf ( il est vaguement au courant qu’il est pas sensé manger de la viande… ce qui a fortement augmenté sa rapidité de réaction lorsqu’il a une opportunité! )

Heureusement apparemment c’était du porc, la viande qu’il supporte le mieux…

 

Bonne journée! et bonnes vacances à tous les lfs-eurs 😀

Share
Share