so singaporean

Au hasard d’un trajet en taxi

Share

Coucou de l’avant-dernier jour de l’avent

 

( euh du dimanche quoi)

OU comme Heidi – qui lit sur mon épaule – vient de le dire en se marrant:

 


Coucou de la veille de la veille de Noël

 

 

( elle trouve ça tellement drôle qu’elle est d’ailleurs en train de continuer à remonter dans le temps… « hier c’était la veille de la veille de la veille de Noël » )

 

merichan_photos_orchid_garden_16_12_2012_2

 

Bon déjà mea culpa, je vous avais dit dans le dernier billet que je vous mettais certaines de mes photos de l’orchid garden, et je viens de réaliser que j’ai oublié, comme profusément expliqué à Supergranny et Superpapi ces derniers jours… mes neurones sont un peu en surchauffe à ne pas relâcher sur la liste de trucs à faire depuis octobre et du coup je commence à oublier des trucs… la honte!

( certains diront que c’est pas nouveau… mouais je peux malheureusement pas leur donner tort!)

Dont acte, les voilà:

 

merichan_photos_orchid_garden_16_12_2012_1

 

merichan_photos_orchid_garden_16_12_2012_3

 

 

merichan_photos_orchid_garden_16_12_2012_4

 

 

 

 

 

Pis sinon une ces petites rencontres avec un chauffeur de taxi qui me laisse un souvenir plus particulier.

Après 3 ans à Singapour, j’ai eu le temps de voir et revoir certains chauffeurs de taxi. Parfois ils se souviennent de moi, parfois je me souviens d’eux.

Après 3 ans à Singapour, j’ai eu le temps d’expérimenter déjà trop souvent à mon goût ces trajets où tu pries d’un bout à l’autre, parce que le chauffeur pique du nez et aurait du cesser de bosser il y a un moment déjà.

Après 3 ans à Singapour, j’ai eu le temps d’avoir les chauffeurs qui te baladent pour faire monter le compteur, ceux des limousines chrysler qui t’expliquent que nooooon ils sont pas plus chers que les autres, ceux dont les taxis puent, ceux dont les taxis sont tellement rutilants que tu as peur d’y faire une tâche ( et évidemment c’est cette fois que tu as le chien et que tu le vois perdre ses poils à vue d’oeil, ton prochain chien tu le prends NOIR!!!!!!) les contestataires sociaux et autres marginaux qui t’expliquent que le gouvernement singapourien est en train de comploter contre eux ou autre variante du genre, ceux qui discutent le bout de gras avec Heidi ( et des fois ça en devient sacrément comique, notamment quand Heidi bouffe le nez du chauffeur parce que c’est interdit de boire dans un taxi, c’est écrit là!)

Après 3 ans à Singapour, tu peux souvent pallier aux problèmes pour s’orienter qu’ils ont parfois, surtout s’ils sont nouveaux.

Après 3 ans à Singapour, tu peux reconnaître les nouveaux ( c’est souvent ceux qui sont plus méticuleux que les autres sur les règles de la circulation routière)

Après 3 ans à Singapour, tu peux classer les chauffeurs de taxi singapouriens… les retraités dont la rente est trop faible et qui arrondissent leurs fins de mois, ceux qui sont chauffeurs parce qu’ils sont au chômage, ceux qui sont chauffeurs parce que c’est le seul métier qui leur laisse de place.

Il y a quand même indéniablement plus de personnes avec des tics envahissants, de personnes qui sortent des normes dans les chauffeurs de taxi singapouriens que n’importe où ailleurs au monde dans le ressenti que j’en ai à vivre ici à long terme. Chauffeur de taxi c’est toujours ce même filet d’aide sociale à Singapour, métier refuge pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent faire autrement.

Parfois c’est pour le pire ( ces fois ou tu te dis que tu vas vraiment y rester avant la fin du trajet) mais parfois tu as l’impression que c’est pour le meilleur…

L’autre jour, donc, on monte dans le taxi à Novena avec Heidi. Le chauffeur de taxi, commence par réciter les bâtiments autour de mon Condo, OK, jusqu’ici rien de bien étonnant, surtout qu’il a un très très fort accent, donc que c’est un bon moyen de s’assurer et lui et moi qu’on est bien d’accord sur la destination.

Ensuite il enchaine en demandant si Heidi est mon seul enfant. Assez classique aussi, mais sa réponse l’est un peu moins… il m’explique que son frère a deux enfants, en insistant bien sur le deux.

Soit.

Pis droit derrière, il se lance dans une explication sur le fait que le taxi juste devant nous, contrairement à l’autre limo mercedes de Delgro qui était deux voitures devant nous sur notre gauche, était plus confortable parce que tout neuf.

Ahhhh

Et il enchaine sur la façon de les distinguer… apparemment à la série de lettres au début de la plaque d’immatriculation, les SHB sont les nouveaux véhicules de delgro.

Ah bin merci, je savais pas…

Pis derrière il repart dans une tirade et notre lieu de destination, re-récite les bâtiments autour du Condo, en précisant en plus le nombre de virages à droite et à gauche qu’il va devoir faire.

Et là je percute.

Notre chauffeur de taxi est autiste.

Suffisamment fonctionnel pour avoir un métier et le pratiquer ( probablement depuis longtemps vu la différence entre la photo de sa licence et son apparence) mais il doit parfois déstabiliser ses clients…

Avec un grand sourire, détendue maintenant que j’ai compris les petites inadéquations de son comportement… en plus il est nettement moins flippant que certains chauffeurs qui sont dévorés de tics visibles, je lui confirme les virages à droite et à gauche ( après avoir vite visualisé le tout pour m’assurer que je lui confirmais quelque chose de correct)

Il est tout content et le reste du trajet se passe sans histoires.

Et je reste finalement avec une de ces jolies histoires de chauffeur de taxi comme filet social… un joli souvenir de ce trajet.

Pis au passage Heidi est très contente de savoir comment reconnaître les nouvelles limos mercedes face aux plus anciennes, un jeu de plus à faire en plus de trouver les fiats, les alfas et autres voitures de luxe ou de collection 🙂

Sinon ici bin les préparatifs de Noël battent leur plein, on va aller remplir le frigo – oui c’est dimanche et alors…. où la preuve par A+B qu’on vit à Singapour depuis trop longtemps –

Et la miss en trépigne d’impatience ( enfin version Heidi, hein, elle est d’une discipline face aux cadeaux qui force l’admiration: elle ne nous harcèle pas pour savoir quand on les ouvre, qu’est-ce que c’est, ne tente pas de les manipuler etc. Vous imaginez qu’on peut lui laisser un calendrier de l’avent à sa portée et qu’elle ne tente même pas d’ouvrir tout le calendrier d’un coup…. je sais pas vous, mais moi j’ai jamais pu résister… )

Bonne journée!

 

Share
Share