meri-philosophe,  Nerd un jour

Une nouvelle enveloppe

Share

Un billet un poil introspectif…

Mouais je sais, on pourrait s’attendre à ce que je vous fasse le nouveau tour du propriétaire et basta

Mais à vrai dire, mettre en forme les nouveaux atours du site m’ont fait réfléchir à ce que je voulais comme écrin et pour quel contenu

Voir comment le blog avait évolué entre mes premiers pas, les chroniques semi-privées qui ont duré des années, et le lancement en public, et ce qu’il est maintenant…

Parce que l’apéro-blogueurs a aussi déclenché des réflexions… Au delà de l’injuste gueule de bois du lendemain qui me chicanait dans ma rédaction, je me rends compte qu’il y a une part de timidité – si si- au peu que j’ai finalement écrit sur la soirée…

La mère meri toute intimidée de se confronter à d’autres pairs ( plus un an et demi que je suis en ligne pour de vrai, faudrait que j’apprenne à assumer mon statut de blogueuse, non? )

J’admire les blogs beaux et propres, bien rangés et informatifs de Louis, Olivia ou Active Mummy in SG

Mais, il faut bien admettre que je suis totalement incapable de le reproduire… je serais malheureuse et mal dans ma peau à vouloir me glisser dans cette peau-là….

Et puis ça tombait bien…

Hier une de mes idoles-de-blog, soit Caroline de Pensées de ronde qui au final représente le plus ce à quoi j’aspire quand je tiens ce blog… parce qu’elle a ce même mélange de sujets et de trucs qui partent un peu dans tous les sens au milieu de plusieurs thématiques centrales, faisait un billet qui faisait écho à cette question que je me suis posée à chercher un nouveau look pour le site ( d’où le fait que finalement je vous fais partager mes tribulations mentales ) :

Pourquoi est-ce que je blogue?

Et la réponse était là… un peu le même genre de coup de tonnerre qu’en lisant Stupeur et Tremblements que j’avais dévoré, fascinée de trouver dans les mots d’autre un tel écho dans ce que j’avais vécu et n’arrivait à exprimer…

Ecrire et être lue…

Mon monde, ma perception du monde est en mots…

Je le peins, le décris, le vis au travers des multiples combinaisons de 26 caractères

Les mots m’enchantent et m’emmènent parfois dans une danse hypnotique telle que j’en oublie mon but premier juste à les écouter glisser.

Jeux de sons, de langage, je ne me lasse de jouer avec, de regarder les autres les manipuler.

Je peux passer des journées entières sans parler à personne et ne sentir aucun manque

Je ne peux passer une journée sans écrire, ne serait-ce que dans ma tête.

Un texte qui veut sortir, mais que je dois garder peut me bloquer au point de me paralyser, de m’empêcher d’agir ou de penser.

Ecrire, être lue…

Les mots me sont au fil des ans aussi vitaux que la nourriture…

Bon… j’ai pas encore fini la remise en forme donc raison de plus de ne PAS faire du tour du propriétaire… mais il faut bien que je fasse le grand saut… probablement encore quelques changements au programme sur ces prochains jours, au fur et à mesure de l’utilisation…

Share
Share