au Japon,  la miss

Un an au Japon, épisode VI

Share

Coucou du jeudi!

 

Je vous ai fait faux bond hier, mais j’avais d’excellentes raisons: Heidi a -enfin- repris l’école!!!

Ce qui m’a valu de la monter à l’école, le temps de discuter avec l’infirmière, etc. Je suis sortie de là à 8h30, et là session rentrée escargot avec des routes saturées: il m’a fallu presque une heure pour arriver à la maison, un triste record.

Là dessus, le temps de m’occuper de quelques trucs importants et petite journée oblige, mademoiselle était de retour, en larmes parce que crevée et en hypoglycémie

– avec ce qu’elle mange ces temps, pas étonnant. On doit se battre elle et nous, je précise qu’elle joue le jeu, pour le moindre gramme qu’elle avale, l’antibiotique lui fiche en l’air la digestion, elle mange des portions comparables avec ce qu’elle mangeait à 6 mois 🙁 –

Un après-midi passé à rattraper le travail en retard, bosser sur le passé composé notamment,

Le gros gros bug étant le passé composé du verbe être…

Ça a tourné au pugilat, l’idée que le verbe être au passé composé utilise l’auxiliaire ( déjà qu’auxiliaire elle arrive pas à le prononcer, et me sort quasi systématiquement un mot différent) avoir…

Tu lui dis d’écrire « vous avez été » elle te dit OK et t’écrit « vous êtes été »

On y a passé le reste de la journée, ce qui a eu pour conséquence en plus qu’elle m’a fait une tête au carré parce que tu comprends maintenant qu’elle est guérie elle devrait enfin pouvoir retourner au playground! Sauf que vu sa fatigue, j’ai mis le véto, pas vraiment envie qu’elle tombe et se blesse…

Aujourd’hui c’est café-blogueuse, et espérons-le une fille un peu moins fatiguée à récupérer à 15h40. La bonne nouvelle étant que la semaine est finie et que du coup c’est pas trop grave si elle l’est.

 

merichan_photos_summer_camp_afs_3

 

 

Je vous laisse avec l’épisode suivant de mon année au Japon…

 

Le camp d’été AFS

 

 

Dans un peu tous les pays, l’AFS organise des sorties communes et des camps. Ça permet de se revoir, de partager nos expériences, de comparer des difficultés finalement très similaires.

Bref, c’est un excellent outil de debriefing pour s’assurer que tout le monde réalise que oui on est seul dans notre quotidien, mais qu’on est tous ensemble quand il s’agit de nos expériences de vie.

Ils ont d’ailleurs le même genre de diagramme que ceux qu’on présente aux expatriés, sur la succession des périodes de blues, et d’euphorie, etc. Je me souviens très clairement que lorsqu’on m’en avait parlé à 16 ans je les avais écouté d’une oreille en me fichant d’eux parce que moi JAMAIS…

Et que lorsque les mecs chargés d’accompagner notre expatriation – oui on est parti en 2006 la première fois, donc à l’époque ça se faisait encore de manière assez systématique, je sais pas si c’est toujours le cas – nous ont ressortis des diagrammes étonnamment semblables et nous ont expliqué les différentes phases du choc des cultures et de l’adaptation, je leur ai ri au nez aussi mais pour d’autres raisons cette fois.

Ça aurait probablement été dans la veine de naaaaan mais ne vous en faites pas, votre diagramme je le connais, je l’ai déjà vécu. En pratique, je me suis contentée de décliner le fait de fait de participer au workshop, Superchéri y était allé tout seul.

Les camps et autres sorties, c’est aussi l’occasion pour certains jeunes de faire un peu de visites,

Les familles d’accueil sont bénévoles, et elles s’engagent de base à faire partager la vie de la famille. Maintenant on est pas tous égaux – outre les questions d’affinités – vu que certaines familles arrivent à dégager beaucoup de temps – et le budget aussi- pour faire des visites spéciales, tandis que d’autres n’ont tout simplement pas le temps ou les moyens.

Ici je faisais rétrospectivement – malgré mes impressions de solitude et d’ennui – partie des chanceuses, vu que j’ai fait au moins une visite par mois.

Ma famille d’accueil m’a emmené voir pas mal de choses dans les environs, et même plus loin – vu que plus tard dans l’année, on est parti 3 jours à Kyoto ma mère d’accueil et moi, je vous en parlerais plus tard, et qu’ils m’ont pris avec eux lors des vacances de Noël en Malaisie et à Singapour – mais c’était de loin pas le cas de tout le monde.

Bref.

 

merichan_photos_summer_camp_afs_5

 

 

Le camp d’été AFS à la sauce japonaise, c’était sans doute le plus sérieux que j’ai fait. Non parce que j’en ai fait en Suisse aussi – avant de partir, après je les ai un peu séchés assez rapidement, on se refait pas, j’ai pas plus que ça une âme grégaire et autant j’adore disséquer le phénomène, autant je me sens pas vraiment à l’aise dans ces trucs, donc que si je peux les éviter, j’évite.

Inutile de préciser qu’à 16-17 ans en plus, j’étais d’autant plus en phase avec l’esprit Kumbaya… je me sentais un peu comme Mercredi Addams qui débarque dans le camp scout…

Les jeux de groupe, les animations, et les soirées au coin du feu de camp, à fortiori avec tout le sérieux des japonais qui quand ils font quelque chose y mettent un zèle qu’on trouve pas chez des européens, point de second degré et de recul face à leurs animations, et rester sérieuse ça a été sport…

Non parce que ceux qui me connaissent – Supergranny par exemple – se représentent probablement bien l’effort à fournir pour ne pas tourner en dérision en même temps que je chante des trucs du genre:

AFS is love
AFS is brotherhood
We are here
For just one year
To make our message clear

3 août

Bon bin la veille de ce satané camp, rien à signaler de particulier… on m’a montré le chemin jusqu’à et depuis la gare d’Okazaki Est.

Autrement je suis aussi restée l’Aikido jusqu’à 21h30 et pour terminer la soirée… je me suis tressé les cheveux devant la rediff’ de Hey!Hey!Hey! ( une des nombreuses émissions musicales que je regardais ) Tout ça pour ne réussir à m’endormir qu’à 4 heures du mat’… j’avais la trouille.

4 – là je précise que sur la fin du mois de juillet, j’ai switché dans mon journal sur les dates à la japonaise, l’idéogramme est à prononcer nichi et signifie jour-

Des fois je HAIS les parents… ils m’ont mis dans le train à 8h40… j’étais donc plus qu’en avance pour le rendez-vous qui était à 10h30!!! Sinon une fois retrouvé les autres le trajet s’est fait tranquille, il y a eu karaoké, mais pas trop. J’ai discuté japonais à l’aller… vu que la seule personne à proximité de moi le parlait.

J’ai revu tout le monde, Hugo a maigri, jojo a pris 12kg… bref aucun de nous ne ressemblait exactement à qu’il était en mars. L’endroit est superbe… et bien qu’envahi par les moustiques… il est avant tout frais…. quel bonheur!!!

 

merichan_photos_summer_camp_afs_1

 

On était 6 dans notre bungalow… au début je me suis demandé comment on ferait, mais finalement on a réussi à ne pas se marcher dessus… et ce pour les 3 nuits… mais bon on s’est jamais vraiment parlé pour autant… alors que de base ils avaient probablement tentés de nous mélanger pour ça! J’étais dans le groupe 7, Hugo dans le 6… c’est pas juste… Tobias, lui était avec Lotte!!

Programme du premier jour, après installation on a eu temps de temps de communication en groupe, tests d’évaluation et souper ( curry) préparés par les japonais du camp. Le soir on est resté à discuter après une leçon de danse que je n’ai pas suivi pour cause de douleur dans la jambe gauche.

Je suis allée me coucher vers minuit, mais d’après ce que je sais… certains ont fait duré leur partie de strip-poker jusqu’à 3h du mat’

2eme jour ( 5) lever à 7h30 à cause du petit-déjeuner en self-service et en quantité limitée… quand je suis arrivée il ne restait déjà plus grand chose… Les derniers n’ont eu droit qu’à du riz blanc.

On a fait près de 4km de marche jusqu’à cette satanée école… le tout parsemé d’un quizz… ou on est arrivé second… à cause d’une des filles qui a imposé la réponse selon laquelle le mot “soccer” venait de l’espagnol… tsss je te jure!

Après ça, au bingo on est arrivé second aussi, donc un classement général de 2eme suite à une première place pour les points ou on était 4 à avoir le même nombre et qu’on a tiré au sort… le cadeau? Un feu d’artifice pour le dernier soir… top délire n’est-ce pas….

Après ça on a nagé un moment, résultat une superbe allergie au soleil!

Souper barbecue et ensuite concert de tambours… alors ça c’était époustouflant! Je me suis couchée avant le départ des autres pour la montagne et une grotte à visiter… j’étais trop fatiguée… d’après Hugo j’ai rien manqué!

6... grand blanc sur ce qu’on a fait la journée… ça devait donc pas être transcendantal… pour le soir comme c’était notre dernière nuit… on a tous décidé de ne pas dormir… on a eu une belle soirée, plein de talent show, plus ou moins pitoyables sauf celui des volontaires… qui jouaient littéralement avec le feu, et le premier “si on allait à une party” hilarant!

merichan_photos_summer_camp_afs_2

 

Encore que celui de Ryan était pas mal… surtout notre tête a moment ou ils se sont relevés et qu’on a découvert que les jambes de dessous, pourtant mimant celles d’une femme à la perfection, et que Ryan se gênait pas pour caresser suggestivement… étaient celles d’un mec!!

Après ça on a chant tous en choeur autour du camp “AFS is love, AFS is brotherhood”… j’étais celle qui massacrait l’hymne… mais c’est vrai que putain ça casse les pieds l’idéalisme petite fleur bleue que certains trainent…

Après pour la suite de la soirée, on s’est goinfré de choco, de chips… vu qu’on voulait tenir jusqu’au matin.

7 Moi j’ai voyagé d’un groupe à l’autre… pour finir vers 4 heures du matin au moment ou j’avais décidé de lâcher prise… de toute façon il pleuvait… bin dans mon bungalow que j’avais quitté une demi-heure plus tôt parce que ça s’endormait, l’ambiance était de retour… j’ai dansé jusqu’à 5h30 du matin environ puis petit à petit on s’est assoupi les uns sur les autres… on était plus de 20 dans le bungalow!!

Bon par contre le chouette truc c’est que j’étais une des premières au petit déj’ et que j’ai pu me goinfrer… ensuite bin empaquetage, nettoyage, pluie et encore pluie… conséquence on s’est retrouvé entassé dans une cabine pour l’évaluation du camp et le pique-nique. Après ça les adieux et le retour au car… c’était déjà fini.

 

merichan_photos_summer_camp_afs_4

 

Arrivé à Nagoya, j’ai été saisie de la trouille intégrale de remonter dans le train seule, j’ai donc voulu revenir en même temps que Lotte, Olivia et Phillip… manque de bol ces messieurs-dames voulaient rester en ville… je suis restée un moment mais j’ai fini par craquer… j’avais une envie viscérale de rentrer et je les ai plantés devant la gare… après avoir dit au revoir.

Pour le train j’ai pas pris le bon… heureusement on m’a aiguillé sur un train plus rapide… donc je suis encore arrivée à Okazaki dans des heures raisonnables. En rentrant, douche.. je me suis aussi fait tous mes dramas en retard… kamisama, GTO et la période bleue…. ahhh j’adore ça être à la maison!!
Prochain épisode, le concert de Glay:-)

Je vous souhaite une bonne journée!

 

Share
Share