au Japon,  la miss,  so singaporean

Un an au Japon, épisode V

Share

Coucou du mardi!

 

Dernier jour de la miss à la maison avant sa reprise des cours!! Ça se fête!!

Reste donc encore un jour pour me battre avec des notions comme le passé composé:

– mais maman j’ai oublié ce que c’est

– ah bin tu vois, quand tu dis j’ai oublié tu en as fait un 🙂

Faudra que je trouve un moment pour aller nager, d’autant plus que j’ai craqué et acheté un nouveau maillot de bain… j’ai un troisième Speedo 🙂 Et oui, j’ai plus de Speedo que de maillots de bain de loisirs et vu mes marques de bronzages qui s’accentuent, je suis de toute façon pas très tentée de mettre mes maillots loisirs les rares fois où je descends à la piscine pour autre chose que de faire mes longueurs.

J’attends aussi la livraison de la nouvelle fontaine.

On a chopé le virus de la fontaine il y a quelques semaines… entre Superchéri qui au fil de ses séjours en Chine s’est transformé en authentique buveur de thé, et qui en avait ras-le-bol de faire chauffer sa bouilloire pour oublier, et la miss qui refuse de boire de l’eau si elle n’est pas gazeuse ou gelée

( compte tenu du prix de l’eau gazeuse ici et de son catastrophique bilan écologique, parce que du Perrier embouteillée à la source en bouteille de 750ml à plus de 3 dollars la bouteille… pas terrible pour le budget, sachant que fille chérie boit une bouteille quotidienne à elle toute seule!)

On s’est donc dit que la fontaine faisait sens.

J’ai juste posé un dictait: hors de question d’avoir de l’eau distillée, c’est eau minérale ou rien du tout.

Donc Superchéri – qui a fait comme d’habitude une étude de marché approfondie avant de prendre une décision – avait choisi une compagnie, on a croché au concept, et les bouteilles de 19 litres ne font pas long feu, sauf qu’ils ont foiré toutes nos livraisons – 3 à ce jour- et du coup il s’est fâché et a exigé le remboursement et a changé de compagnie.

Aujourd’hui on donc a la nouvelle compagnie qui livre la nouvelle fontaine, demain l’ancienne compagnie qui vient récupérer la vieille fontaine – et entre deux on a un marathon liquide devant nous pour vider la moitié d’une bouteille de 19 litres d’ici là 🙂 noooon je plaisante! –

 

merichan_photos_japon_juillet_aout_1998_1

 

 

Aller, sur ce, toutes ces discussions d’eau réfrigérée ça me fait penser aux litres de thé réfrigéré que j’ai avalé au Japon,

 

pendant un été étouffant…

4 juillet LA nouvelle du jour… j’ai été faire ma première leçon d’Aikido… j’adore ça, je l’ai dans le sang donc bin suite lundi. Je trouve difficilement les mots pour en parler… j’espère que l’impression résistera au temps. Donc maintenant j’ai un peu plus de 7 mois pour en apprendre un max’ et ensuite je tenterais de trouver un club en Suisse… il parait que ça existe.

C’est dans ces moments, où je me dis que je restais « hors-norme » même au Japon, avec le recul parmi mes meilleurs moments, c’est mon amitié avec Nariko, l’assistante de l’ORL – et le club d’Aïkido, entourée d’adultes et de personnes qui n’avaient pas la moindre idée que j’avais 17 ans – et me traitaient en adulte.

 

merichan_photos_japon_juillet_aout_1998_4

 

merichan_photos_japon_juillet_aout_1998_5

 

 

 

5 juillet Le fou-rire du jour, j’ai chopé un documentaire sur la Suisse, plus exactement sur la Suisse primitive… après tu t’étonnes que les gens ici aient des illusions! Heidi et ses chèvres à tous les coins de rue, j’avoue que je prends un certain plaisir à leur casser leur illusions en leur expliquant qu’Heidi est un personnage de fiction, et que croire que les Suisses de la campagne vivent comme Heidi, c’est un peu comme de croire qu’en dehors de Tokyo tout le monde vit en kimono et katakana!

Avec le temps, comme ma connaissance de la façon de fonctionner des japonais augmente, je recours de plus en plus à des comparaisons quand je veux faire comprendre à propos de mon pays.

Je me souviens d’une discussion épique ou on me demandait mais pourquoi et comment la Suisse avait pu refuser de rentrer dans l’Europe. Celle-ci j’y avais droit souvent, au bout d’un moment j’avais trouvé la parade. Lancer mon interlocuteur dans une discussion hypothétique. Et si les pays d’Asie se lancent dans une grande alliance, est-ce que le Japon joint cette alliance ou fait bande à part?

Etonnamment d’une fois que j’avais posé cette question-là, plus personne ne trouvait les suisses si fous que ça d’avoir refusé d’adhérer à l’Europe!

7 juillet c’est le début des nouveaux dramas, et cette fois-ci je croche! Les Japonais ne font pas vraiment des séries à l’américaine avec des saisons à pléthore. La norme c’est plutôt l’équivalent de sagas de l’été sur nos télévisions francophones, des histoires qui vont s’étaler sur une douzaine d’épisodes.

Sur les nouveaux dramas, il y a un drama qui reste dans les annales encore maintenant, vu qu’il parlait pour la première fois très ouvertement du Sida, des maladies sexuellement transmissibles, il parlait aussi de la problématique de la prostitution étudiante – Dans les grandes villes, il n’est pas rare que les jeunes étudiantes arrondissent leurs fins de mois avec quelques passes, histoire de pouvoir se payer les derniers gadgets à la mode – dans un enrobage garanti d’accrocher toutes les jeunes filles devant leur télévision.

Inutile de préciser que j’ai fait partie du lot, que j’ai pleuré comme une madeleine à chaque épisode, et que Supergranny et Superpapi ont eu le plaisir douteux de recevoir le résumé détaillé de chaque épisode semaine après semaine 😀

Le 18 juillet c’est le début des vacances d’été, les clubs continuent à tourner, donc entre deux otites je vais nager, mais c’est pas la grande forme.

Avec le recul on peut dire que j’étais en train de faire une des premières poussées de ma drôle-de-myasthénie, mais à l’époque les raisons pour lesquelles je finissais dans un état d’épuisement tel en arrivant à l’école après mes 40 minutes de vélo, ou au retour à la maison que tant à l’école qu’à la maison une sieste s’imposait restaient obscures. M’enfin j’avais un peu pris mes quartiers à l’infirmerie, je débarquais, je dormais une heure ou deux, et je repartais en classe… officiellement c’était pour des questions de migraine.

Pendant les vacances scolaires, le rythme est indolent – hormis mes allers au club de natation et à l’Aïkido – les journées sont longues et vides. Mes soeurs d’accueil bossent comme des folles pour leur prochaine série d’examens, et entre deux sortent décompresser avec leurs copines. Je suis souvent seule, du coup j’écris beaucoup

– sur cette période j’ai commencé, parfois fini plus d’une quinzaine de manuscrits, qui ne valent rien littérairement parlant, mais qui par contre pour certains ont des bonnes idées, c’est dans ma liste interminables de choses à faire de voir ce que je peux sauver de ce que j’ai écrit à l’époque, je les balade avec moi depuis 14 ans où que je déménage dans l’espoir d’enfin m’y attaquer-

je travaille mes traductions de chansons de Glay, j’ai trouvé un ou deux livres en anglais, que je lis à défaut de trouver du français.

C’est drôle mais à force de m’obstiner je me rends compte que je les comprends encore pas si mal que ça.

Le week-end on fait quelques expéditions, pour rendre visites aux oncles et tantes, on fait aussi des expéditions en montagne – profiter d’un peu de fraicheur.

 

merichan_photos_japon_juillet_aout_1998_2


Là c’était la famille du frère de ma mère d’accueil, la photo en haut de billet, c’est la famille de la soeur de mon père d’accueil.

 

merichan_photos_japon_juillet_aout_1998_3

 

Je ne fais pas plus long pour aujourd’hui 🙂

J’ai les deux gros chapitres de l’été devant moi: le Summer Camp organisé par l’AFS et le concert de Glay qui ont chacun été toute une aventure. Ce sera les prochains épisodes 🙂

La pizza de midi est prête – sans lait. sans gluten s’il vous plait – je vous laisse donc

Bonne journée!


Share
Share