so singaporean

Il était temps!

Share

Après plus de 2 ans et demi à Singapour…

J’ai fait ma carte fidélité au Sushi Tei

 

Coucou du jeudi!

 

Alors ici c’est journée tranquille à la maison…

Heidi est devant la télé en train de se faire une overdose de Babibouchettes – noooon j’ai pas perdu les pédales, elle regarde les DVDs que sa mère lui avait amoureusement acheté dans une crise aigüe de nostalgie de son enfance il y a de cela des éternités en Suisse-

NdlR: pour les lecteurs non- suisses romands, ou pour les suisses romands qui ont moins de 20 ans, les Babibouchettes c’était l’émission pour enfants de la TSR de 1981 à 1999 cf. Wikipédia

Histoire de laisser un peu de temps à son traitement de fond contre l’asthme pour faire effet – d’autant plus qu’aujourd’hui elle aurait eu sport, comment dire, un poil contreproductif pour apaiser des poumons malmenés-

Pour en revenir à l’annonce grandiloquente du jour:

Hier soir – vu que mon frigo était un poil vide à l’insu de mon plein gré- on a fini par manger dehors. Enfin dehors, dans notre seconde maison, vu qu’au Sushi Tei de Thomson Plaza tout le monde nous connait ou presque – toute ressemblance avec ce qui se passait au japonais de Discovery Bay de Hong Kong où deux après notre départ ils se souviennent encore de nous n’est absolument pas fortuite.

 

merichan_photos_sushitei_22_02

 

Du coup il y a quelques temps – vu la fréquence à laquelle on vient- les serveuses ont commencé à se dire que ça n’allait pas, mais alors pas du tout et qu’il fallait AB-SO-LU-MENT nous aider à réaliser qu’il FALLAIT qu’on prenne la carte fidélité.

Les cartes fidelités à Singapour c’est une épidémie: le moindre vendeur a la sienne, et c’est un concours national de savoir qui en collectionne le plus.

La carte plus pour Fair Price, la Passion Link ( qui au passage peut aussi servir de carte de transport) pour Cold Storage, etc. etc. etc. La liste est sans fin.

Et inutile de dire que l’effet sur une nana qui refusait par principe de prendre une carte Cumulus et une Supercard ( les cartes respectives de la Migros et de la Coop, les deux chaines de supermarché de Suisse, pour les non-suisses qui lisent) est relativement rédhibitoire: sur ce point-là je suis une TRES mauvaise singapourienne.

J’ai un nombre très restreint de cartes fidelités dans mon porte-monnaie.

J’ai celle de Kinokuniya… parce que c’est 10% à 20% de rabais immédiats sur les livres et que j’utilise religieusement.

J’ai celle de Brown Rice Paradise parce que c’est 10% de rabais immédiat sur mes achats que j’utilise religieusement aussi, mais là même si j’oubliais vu qu’elles me connaissent toutes elles me retrouvent la plupart du temps dans leur base de données, sans même avoir la carte sous le nez.

J’ai celle de Toys’r’us prise dans un moment de faiblesse, mais que j’ai toujours pas compris comment utiliser et récupérer les points, et que j’oublie de présenter au moins une fois sur deux.

Et depuis hier, j’ai celle du Sushi Tei – qu’à vrai dire j’aurais du faire l’effort de demander plus tôt, vu que c’est 10% de rabais immédiat sur l’addition ( et puis aussi des points qu’on peut changer à terme en bons mais ça c’est lointain, c’est pas le genre de trucs qui me motivent)

La carte du Sushi Tei est payante, 88 dollars, mais on reçoit 100 dollars de bons donc techniquement si tu manges souvent chez eux, ils t’offrent de facto 12 dollars pour manger chez eux.

Heidi – qui elle adooooooooooore les cartes fidelités et ne comprend pas vraiment l’allergie de sa mère aux dites-cartes- est enchantée de savoir que j’ai enfin rejoint le rang, enfin au moins pour le Sushi Tei, le personnel du Sushi Tei de Thomson Plaza aussi.

Non parce qu’en bons singapouriens, ça les perturbait pas mal le fait que je puisse ne pas sauter sur l’occasion de faire la carte fidélité.

Du coup hier soir ils étaient tous contents

Bon c’est probablement lié aussi au fait que c’était une petite soirée, et que du coup ils avaient le temps d’observer la miss dans toute sa splendeur:

qui s’exclame d’une voix qui porte dans tout le restaurant « yeah! so yummy » quand son plat de sushi arrive

qui réorganise avec patience ses sushis: hier elle a utilisé les oeufs de crevette de ses Ebikko Gunkan à la place de la sauce au soya et les a répartis consciencieusement sur ses 3 sushis aux avocats – sans mayo s’il vous plait- et ses 12 sushis au concombre.

– vu le gabarit de la miss c’est une quantité qui les hallucine, pour donner une référence, elle a mangé plus que moi hier soir –

qui tente de laper – oui c’est pour ça qu’elle a les deux mains sur son assiette sur la photo du jour, elle a été immortalisée dans le feu de l’action, enfin son début- le reste des oeufs pour lesquels elle n’a pas trouvé de place sur les autres sushis

là elle s’est fait rappeler à l’ordre, du coup elle a commencé à les manger à la baguette, ce qui les a au moins autant hallucinés que la quantité qu’elle mangeait, parce qu’une gamine caucasienne pur sucre en train de manger aux baguettes des oeufs de crevette, c’est pas tous les jours qu’ils en voient.

Naaaaan mais je l’aime ma fille… sans elle j’aurais deux fois moins de trucs à raconter sur ce blog au moins! Et Supergranny vous dirait sans doute que c’est un juste retour de balancier vu tout ce que je lui ai fait subir à elle…

Bonne journée!

 

Share
Share