la miss,  Singapour,  so singaporean

Aventures après-ventes

Share

Coucou la compagnie!

 

 

Deuxième jour d’école pour mademoiselle angel, en espérant qu’il se passera mieux qu’hier: appel de l’infirmière à la récré, et re-appel à la pause cantine, je suis donc allée chercher la miss.

Elle a passé l’aprem à pester contre sa méchante mère qui soignait sa migraine à décorner les boeufs par du calme, de la pénombre et du silence ( ce qui si vous l’aviez pas encore deviné consiste à -au moins- de la torture selon les articles de la déclaration des droits de l’enfant version la miss!)

Mais on est têtu… on recommence aujourd’hui… en espérant qu’aujourd’hui elle tient!

Bref…

Tout ça pour introduire le fait qu’hier je me suis résignée à faire ce que je ne voulais pas faire et repoussait depuis quelques jours: retourner chez Carrefour!

Histoire d’obtenir le remplacement de patins à roulettes – que la miss a pas encore pu tenter de mettre aux pieds hein vous voyez le rapport maintenant 😉 – donc la boîte indiquait une taille 32-35 mais qui étaient en fait des 35-38

20 jours après l’achat – ce qui est 5 jours trop tard selon le joli écriteau au service client qui présente leurs conditions d’échange et remboursement!!!

Pourquoi la hantise de retourner chez Carrefour?

Parce que je déteste le magasin: il est glauque, a l’air délabré, pue toujours le Durian ( c’est le seul grand magasin alimentaire qui a un stand de découpe de Durian à ciel ouvert… ça embaume tout le magasin. La luminosité y semble tout droit sortie d’un mauvais film d’horreur, tu trouves jamais rien au même endroit d’une fois à l’autre, tu trouves jamais rien tout court!

Et le service – attention c’est un exploit de dire ça sans s’étouffer- est inexistant.

J’y avais acheté les patins à roulettes de fille chérie le jour-même de sa commotion, constaté l’erreur d’étiquetage mais n’avait rien eu le temps de faire depuis… parce qu’évidemment c’est une expédition d’y aller et qu’avec la miss à plein temps à la maison ça a pas été simple… Donc je savais que j’étais hors délai pour exiger le remplacement.

Mais bon… j’ai même pas eu besoin de faire toute une histoire… m’a juste fallu redire 3 fois que je voulais pas de remboursement juste la bonne taille, pour que je me retrouve avec le remboursement, et la consigne de bien ouvrir la boîte pour vérifier la taille avant de quitter le magasin cette fois…

Ok….

Donc je fais les courses normales ( découvert un truc pour lesquels ils étaient utiles: ils ont facilement des cartons de Perrier en stock… vu la consommation industrielle que m’en font Superchéri et la miss c’est toujours ça de pris, je guette par contre toujours les haricots surgelés marque carrefour… des vrais haricots européens… mais manque de bol ils sont en rupture de stock depuis au moins 2 mois… )

J’arrive au rayon sport… personne…

Je tourne un peu dans les environs personne…

Je fais toutes les boîtes restantes des patins à roulettes… 2 indiquent la bonne taille sur l’extérieur mais pas à l’intérieur… sympa!

Je finis par constater que le seul exemplaire à la bonne taille de tout le rayon, c’est le modèle d’expo….

Je re-tente de trouver quelqu’un…. expliquer mon souci…

Peine perdue…

– C’est là que je reçois le second téléphone de l’infirmière et que je comprends que je dois tout lâcher pour aller récupérer fille chérie… –

Je prends donc une décision: j’ouvre une des boîte qui indiquait la bonne taille mais ne l’était pas, je sors les patins trop petits de la dite-boîte, je les pose sur les grilles d’exposition… et j’enfile le modèle d’expo dans la boîte

Puis je file à la caisse ni vu ni connu…

Si si j’ai osé faire ça!

La morale de l’histoire c’est qu’il fait pas bon être un outsider de la grande distribution dans un pays gouverné par un duopole, on va vivoter et du coup avoir un magasin minable!

( toute ressemblance avec le modèle suisse de Coop et Migros n’étant absolument pas fortuite… ça marche tout pareil ici sauf qu’on dit Cold Storage et Fair Price, avec deux chaines qui contrôlent tout ou presque, mènent la vie dure à la concurrence

et les mêmes arguments pour justifier la persistance du duopole: petit marché, confiance séculaire des clients etc.

De ces moments ou je me dis que Singapour mérite vraiment son nom de Suisse de l’Asie! )

Sinon on saute du coq à l’âne pour l’illustration et terminer c’te envolée lyrique du jour:

On a eu un invité surprise dans l’après-midi: il/elle s’est posé sur nos rideaux, il/elle avait la taille de la paume de ma main…

 

sauterelle_geante

 

Mais ça a été un invité éphèmère et très poli: il est monté très docilement sur le bouquin que je lui ai proposé et s’est envolé vers les arbres en face à l’instant où je l’ai eu ramené vers le bord du balcon.

 

Bonne journée!!!

Share
Share